Fraude, corruption, erreurs ou mensonges...

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il appartiendra aux tribunaux de déterminer où se situe la vérité dans l'affaire Duffy. Mais les conséquences politiques de son procès sont évidentes : les scandales qui ont entaché la réputation du Sénat et semé le doute sur l'intégrité du gouvernement Harper sont de retour dans l'actualité.

Les scandales, c'est de la dynamite en politique. Celui des commandites a contribué à la défaite des libéraux et à la victoire électorale de Stephen Harper, en janvier 2006. Aux prochaines élections, celui du Sénat profitera à Thomas Mulcair et à Justin Trudeau. Dans quelle mesure? On ne le saura que le jour du scrutin.

Ce qui apparaît clairement, à la lumière de la première journée du témoignage de Nigel Wright, l'ancien directeur de cabinet de Stephen Harper, c'est que le bureau du premier ministre a fait des efforts considérables pour évacuer et même camoufler l'abus des fonds publics reproché à Mike Duffy. En soit, cela n'est pas surprenant : le rôle d'un directeur de cabinet de premier ministre est de protéger son patron. Cela implique des discussions tous les jours et plusieurs fois par jour avec le premier ministre, pour le prévenir de ce qui s'en vient et le consulter sur les décisions importantes.

Un bon directeur de cabinet n'accable pas le chef du gouvernement avec des détails inutiles et des décisions sans grandes conséquences. Il doit faire la part des choses entre ce qui est important, et ce qui l'est moins. C'est une responsabilité énorme. J'ai travaillé trois ans au bureau de Brian Mulroney, sous trois directeurs de cabinet : Stanley Hart, Norman Spector et Hugh Segal. Je ne peux imaginer aucun de ces trois hommes tenant Mulroney dans l'ignorance d'une décision comme celle qu'a prise Nigel Wright en remboursant lui-même les fonds qu'aurait usurpés Mike Duffy. C'est tout simplement trop gros.

M. Wright a déclaré mercredi n'avoir informé le premier ministre que sur les lignes de presse qui seraient utilisées pour sortir le gouvernement de cette controverse. C'est bizarre parce que ces lignes de presse ne donnaient pas l'heure juste. M. Harper n'aurait pas eu toute la vérité de la part de son directeur de cabinet? Ce serait surprenant.

Il est plausible que le premier ministre ait demandé à son directeur de cabinet de «régler cette affaire» comme bon lui semblait. Mais une telle carte blanche sur un scandale de cette nature serait condamnable et irresponsable.

***

Il faut bien comprendre ici que Mike Duffy n'était pas un sénateur comme les autres. Je l'ai connu pendant mes années à Ottawa. C'était une grande vedette de la CBC, un conférencier amusant et très recherché. Il m'a déjà dit toucher 5000 $ par discours, plus les frais de déplacement et d'hébergement. C'est cette vedette que Harper a nommée au Sénat, le 22 décembre 2008. Une vedette que les conservateurs ont déléguée partout au pays pour les représenter auprès des militants et pour séduire l'électorat. Une vedette qui a bien servi son parti et le premier ministre, jusqu'à ce que le scandale n'éclate.

On comprend donc que Duffy ait été insulté lorsque le bureau de Stephen Harper lui a demandé de rembourser les sommes touchées en trop. On comprend qu'il ait résisté, qu'il ait négocié, qu'il ait fait appel auprès du premier ministre en personne. Et on comprend sa colère et son désir de vengeance lorsqu'il s'est senti abandonné par Stephen Harper.

On pourrait écrire un roman ou produire une série télévisée sur cette histoire. Mais pas tout de suite. Il faudra d'abord aller voter, le 19 octobre, et connaître le verdict de l'électorat.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer