Couillard doit rééquilibrer son cabinet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La grande crainte du Parti libéral du Québec, au début des années 2000, était de devenir le parti des anglais, du West Island, un parti relégué aux circonscriptions à forte proportion anglophone ou ethnique.

À la suite de l'élection de Véronyque Tremblay... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 1.0

Agrandir

À la suite de l'élection de Véronyque Tremblay et de Sébastien Proulx lundi, la région de la Capitale-Nationale compte maintenant neuf députés libéraux. Toutefois, Québec n'a que deux représentants au sein du Conseil des ministres.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Sébastien Proulx... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 1.1

Agrandir

Sébastien Proulx

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

La double victoire aux élections complémentaires de lundi porte à neuf le nombre de députés du PLQ dans la seule région de la Capitale-Nationale. C'est énorme, et ça commande un rééquilibrage au sein du Conseil des ministres qui ne compte que deux représentants de la région de Québec, comparativement à 12 pour celle de Montréal. Et je n'inclus pas dans ce groupe les Jean-Marc Fournier ou Pierre Moreau qui sont très près de la métropole.

Il ne s'agit pas ici de faire le lobby de la capitale. C'est un constat: aucun gouvernement n'a intérêt à concentrer sa représentation dans une seule région, au détriment des autres. Pauline Marois a donné l'exemple en se faisant élire dans Charlevoix en 2007. Philippe Couillard a fait de même en prenant le risque de se présenter dans Roberval, au lieu de choisir un château fort libéral à Montréal ou à Québec.

Les libéraux ont mis beaucoup d'efforts, au cours des dernières années, pour reprendre leur place dans les régions du Québec. Après leur avancée de lundi dans la capitale nationale, ils n'ont pas d'excuse pour reporter le rééquilibrage qui s'impose au sein du Conseil des ministres. Ne serait-ce que pour des considérations partisanes, ils ont tout intérêt à bouger rapidement pour consolider leurs acquis.

Les fins de sessions parlementaires ramènent toujours les possibilités et les rumeurs de remaniement ministériel. C'est encore le cas cette année. À compter de la semaine prochaine, une nouvelle fenêtre s'ouvrira pour Philippe Couillard s'il a l'intention de se lancer dans cet exercice. Les rumeurs veulent qu'il soit partagé entre une action immédiate et le mois d'août. Il est toujours pénible pour un premier ministre de s'aventurer dans ce genre de changement. La tentation d'attendre l'emporte parfois. Mais peu importe que ce soit maintenant ou à la fin de l'été, des décisions s'imposent pour corriger certaines faiblesses dans le cabinet actuel. M. Couillard devrait donc en profiter pour revoir également l'équilibre régional au sein de son groupe ministériel.

Malgré ses progrès dans les circonscriptions francophones, le gouvernement montre des lacunes graves dans la représentation des régions. Si l'Outaouais québécois, par exemple, est représentée par Stéphanie Vallée élue dans Gatineau, c'est la Montréalaise Lise Thériault qui représente Lanaudière. Christine St-Pierre, une autre Montréalaise, est responsable de la région des Laurentides. Même chose pour Pierre Arcand, qui représente la Côte-Nord. C'est loin, la Côte-Nord, et c'est immense! Jean D'Amour représente tout le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine, le territoire d'un pays comparé à l'île de Montréal! Admettez qu'on pourrait faire mieux...

Bref, il y a trop de Montréalais dans cette galère. Je comprends qu'il est parfois impossible pour un premier ministre de rééquilibrer les choses. Mais depuis les élections complémentaires de lundi, ce n'est pas le cas dans la capitale nationale. On comptait trois ministres dans le cabinet avant la démission d'Yves Bolduc. Les rumeurs y envoient Sébastien Proux, élu lundi dans Jean-Talon. Ce serait un minimum. Je ne sais pas si Véronyque Tremblay a ce qu'il faut pour accéder au saint des saints, mais les libéraux lui doivent une fière chandelle! Bien sûr, ça ferait des jaloux. Mais comme dirait Jean Chrétien, «que voulez-vous?» Et puis ce serait un progrès dans la représentation des femmes qui laisse à désirer dans ce gouvernement.

Partager

À lire aussi

  • Brigitte Breton | Victoire, gifle et espoir

    Brigitte Breton

    Victoire, gifle et espoir

    Méfiez-vous de l'effet prémonitoire et ne donnez pas aux élections partielles une signification qu'elles n'ont pas. Les résultats dans les... »

  • Gilbert Lavoie | Soirée noire pour la CAQ

    Gilbert Lavoie

    Soirée noire pour la CAQ

    Au lieu de prédire une victoire aux élections complémentaires de lundi où ils n'avaient aucune chance, les péquistes avaient fait valoir que toute... »

  • «Victoire historique» dans Chauveau

    Politique

    «Victoire historique» dans Chauveau

    La journaliste Véronyque Tremblay a réalisé un gain important pour le Parti libéral du Québec lundi soir en remportant l'élection partielle dans... »

  • Doublé libéral: Tremblay et Proulx au Salon bleu

    Politique

    Doublé libéral: Tremblay et Proulx au Salon bleu

    Le Parti libéral du Québec a consolidé sa majorité à l'Assemblée nationale en l'emportant dans la circonscription de Chauveau, lundi. Il a réalisé un... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer