Soirée noire pour la CAQ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au lieu de prédire une victoire aux élections complémentaires de lundi où ils n'avaient aucune chance, les péquistes avaient fait valoir que toute hausse dans leurs appuis serait une victoire morale. C'est ce qui s'est passé lundi soir dans Jean-Talon, où leur pourcentage a grimpé de plus de 7 %, mais leur progression de 3,4 % dans Chauveau n'est pas à la hauteur de leurs attentes.

Les résultats de lundi soir sont une défaite crève-coeur pour François Legault qui avait déployé des efforts considérables pour conserver Chauveau, où Gérard Deltell avait gagné avec une majorité de près de 10 000 voix en 2014. Une défaite d'autant plus cruelle que la CAQ a également vu ses appuis fondre de 6 % dans Jean-Talon, qui est restée fidèle aux libéraux. 

François Legault a fait une belle campagne, mais il a commis une erreur stratégique en misant sur la notoriété de Jocelyne Cazin qu'il a parachutée dans Chauveau, comme il l'avait fait dans Lévis avec l'animateur François Paradis. Cette fois, les libéraux avaient vu le coup venir. Ils avaient recruté une vedette locale, Véronyque Tremblay, qui habitait et connaissait Chauveau.

Ce qui doit frustrer François Legault, c'est de constater que le chef du Parti conserveur du Québec, Adrien Pouliot, est allé chercher 5 % d'appui chez un électorat de droite qui aurait normalement dû aller à la CAQ. Il y a là un phénomène qui rappelle les votes souverainistes qui vont à Québec solidaire au lieu de soutenir le PQ.

Double victoire libérale

Quelle que soit l'interprétation à donner aux malheurs de la CAQ et à la hausse des appuis au PQ, il reste que les libéraux ont gagné ces deux élections complémentaires haut la main. La lutte a cependant été beaucoup plus serrée dans Jean-Talon qu'aux élections de 2014. Là encore, les libéraux auraient peut-être eu un meilleur résultat s'ils y avaient présenté un candidat local au lieu d'y parachuter Sébastien Proulx, un conseiller de Philippe Couillard. Ancien leader parlementaire de l'ADQ, M. Proulx jouit d'une bonne expérience politique et il aura probablement une place au sein du Conseil des ministres. Mais il est de Trois-Rivières et il était peu connu à Québec.

La grande victoire de Philippe Couillard est d'avoir remporté les deux élections complémentaires après un an de pouvoir et des politiques budgétaires controversées. Comme les élections complémentaires sont généralement l'occasion, pour les électeurs, d'envoyer un message au gouvernement, les libéraux y verront un appui à leurs politiques. Quarante et un pour cent d'appui dans deux circonscriptions francophones, c'est un excellent résultat.

La grande question qui se pose au lendemain de ces élections est de savoir s'il faut y voir un effet Péladeau-Snyder. Une hausse de 7,4 points de pourcentage dans Jean-Talon et de 3,4 points dans Chauveau, c'est intéressant pour le PQ, mais ce n'est pas spectaculaire étant donné tout le battage publicitaire entourant le nouveau chef et sa conjointe. 

Au fond, le véritable espoir de Pierre Karl Péladeau repose davantage dans la tendance lourde des sondages à venir au cours de la prochaine année. Si la défaite de la CAQ dans Chauveau annonce le retour à la polarisation des votes entre le PLQ et le PQ, on le constatera rapidement dans les sondages de la prochaine année. Il serait toutefois prématuré et bien imprudent, pour le moment, de prédire la disparition de la Coalition avenir Québec. Nous sommes à trois ans des prochaines élections générales...

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer