Sale temps pour le bon sens

En politicien aguerri, le ministre des Transports, Laurent... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

En politicien aguerri, le ministre des Transports, Laurent Lessard laisse soigneusement un maximum de portes ouvertes en ce qui concerne les demandes de nouvelles routes.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / On assiste cet hiver à une surenchère de projets routiers sortis des boules de cristal et parfois des boules à mites.

Ces projets prétendent soulager la congestion, ce qui est un objectif louable. 

Ces projets vont cependant stimuler l'étalement urbain, alourdir les finances publiques et n'auront qu'un effet mitigé et éphémère sur le trafic.

Ces effets sont prévisibles parce que documentés par la recherche. Mais dans cette Amérique de 2017, la science et les faits ne semblent plus peser lourd. 

«Québec vit son moment Trump», ironise Christian Savard, directeur général de Vivre en ville.   

Toutes les demandes, même les plus improbables, semblent tout à coup légitimées.

Le ministère des Transports est devenu un bar ouvert où se servent les élus à l'approche des élections municipales et provinciales.

On promet d'élargir l'autoroute Laurentienne, Henri-IV et la «20» à Lévis; on ressuscite le prolongement de l'autoroute Félix-Leclerc vers Saint-Augustin; on réclame un troisième lien, etc. 

L'urgence électorale commande de faire croire aux citoyens coincés dans le trafic que les élus s'occupent d'eux. 

En politicien aguerri, le ministre des Transports, Laurent Lessard laisse soigneusement un maximum de portes ouvertes. 

Il ne veut déplaire ni aux maires, ni à ses collègues députés et ministres qui lui réclament ces routes. 

Sans doute le ministre est-il préoccupé aussi de ne pas abandonner le terrain de Québec à la CAQ qui cartonne dans les sondages. 

Le député Éric Caire, champion incontesté du «tout pour l'auto», réclamait frénétiquement un «bureau de projet» pour un troisième lien. Le ministre Lessard vient de le lui donner. 

Je ne sais pas si les mots veulent encore dire quelque chose, mais un «bureau de projet» arrive normalement après les études d'avant-projet. 

Et après que le financement eut été inscrit au Programme québécois des infrastructures, ce qui n'est pas le cas du projet de troisième lien.

Cela dit, on retient que le ministre Lessard tenait à assurer que le projet de troisième lien progresse. 

J'aime penser qu'un ministre des Transports plus rigoureux et plus cohérent sur les principes de développement durable ne se serait pas prêté si facilement à tant de complaisance. Sylvain Gaudreault, par exemple, qui a occupé le fauteuil pour le PQ de 2012 et 2014.

Mauvais hiver donc pour le développement durable et la lutte contre l'étalement urbain. 

Et comme si ça ne suffisait pas, voici poindre la menace d'une grève du transport en commun (RTC).

Je n'ai jamais vu d'étude sur les conséquences psychologiques des grèves du RTC (la dernière remonte à 2006). 

Je sais cependant que le RTC n'a pas (encore) convaincu tout le monde de la fiabilité de son service. Une grève ne sera rien pour arranger les choses. Surtout dans le contexte où les «tout pour l'auto» mènent un baroud d'honneur pour essayer de faire dérailler le projet de Service rapide par bus (SRB).

Le ministre Lessard a cette fois eu le courage de leur tenir tête et de maintenir son appui au SRB. Ne perdons cependant pas de vue que le financement de ce projet nécessaire n'est toujours pas acquis.

On apprenait la semaine dernière que Sainte-Brigitte-de-Laval, petite ville de la lointaine périphérie nord, va élargir sa rue principale.

Elle prévoit aussi une voie de contournement et un nouvel accès à travers bois vers Lac-Beauport et l'autoroute qui mène à Québec. 

L'élargissement de Laurentienne est ainsi une bonne nouvelle pour les citoyens de Sainte-Brigitte et du Nord. Mais pas une bonne nouvelle pour le développement durable.

Sainte-Brigitte-de-Laval, c'est la quintessence de l'étalement urbain. La petite paroisse irlandaise, devenue ville forestière au milieu du siècle dernier, vit aujourd'hui un boom urbain.

De 2011 à 2016, sa population a bondi de 29 %, la plus forte croissance au Québec des villes de plus de 5000 habitants. 

Cela s'explique par l'attrait de la nature, le prix des maisons et la proximité des services de Québec.  

C'est cependant à Sainte-Brigitte que les citoyens de la région se lèvent le plus tôt et mettent le plus de temps à se rendre au travail. D'où leurs pressions pour accroître les accès routiers. 

Sainte-Brigitte demande aussi une école secondaire pour éviter que les élèves passent une heure le matin dans l'autobus et une heure le soir pour revenir. 

Je peux comprendre les parents et les élèves de vouloir améliorer leur qualité de vie. Mais pendant ce temps, on peine à garder des écoles ouvertes au coeur de l'agglomération.

La ville demandera ensuite un CLSC, un hôpital, un aréna, plus d'équipements sportifs et culturels, une meilleure desserte de transport en commun, encore plus de routes, etc.

Tout ça à la charge de l'État. 

Sur son site Internet, Sainte-Brigitte continue d'inviter les citoyens à s'y installer en se vantant d'être à 25 minutes du centre-ville de Québec. 

Et quand ce n'est plus possible en 25 minutes, elle demande de nouvelles routes. Ainsi tourne la spirale infernale de l'étalement urbain, encouragée par l'élargissement des autoroutes et les troisièmes liens. 

Je veux bien que les citoyens aient le choix de s'installer où ils veulent, d'y payer leur maison moins cher qu'en ville et de vivre dans la nature. 

À condition d'assumer les conséquences de leur choix. Pas en demandant aux autres de payer à leur place.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer