Vos idées pour contrer la congestion

CHRONIQUE / Le débat sur un troisième lien a le mérite de forcer la réflexion... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Le débat sur un troisième lien a le mérite de forcer la réflexion sur nos habitudes de vie, nos façons de nous déplacer et d'occuper le territoire.

Je vois que des élus, le ministre de la Capitale-Nationale, François Blais, en tête, semblent bien inspirés lorsqu'il est question d'allonger et d'élargir les autoroutes.

Souhaitons que les discussions qui s'amorcent avec les élus locaux portent aussi sur d'autres scénarios.

Vous avez été nombreux à me faire part de vos commentaires et suggestions pour réduire la congestion, éviter de l'aggraver et se projeter dans l'avenir.

Il s'agit parfois de moyens connus. D'autres sont inédits et audacieux. 

Certains ne pourront avoir qu'un effet à long terme. Par exemple, l'idée de quartiers mixtes où il est possible d'habiter, aller à l'école, travailler, sortir et faire ses achats sans avoir besoin chaque fois de l'auto.

C'est faisable. Pensez à Saint-Jean-Baptiste, à Montcalm, à Limoilou, à Saint-Roch. Mais ce n'est pas (encore) le modèle des banlieues.

La liste qui suit n'a rien d'exhaustif. Certains des projets vous sembleront irréalistes à cause des coûts, des impossibilités techniques ou politiques ou de l'impact sur le paysage.

Mais comme on parle pour parler, je vous les soumets quand même. Brasser des idées dérangeantes n'est jamais inutile.

Métro aérien 

L'idée a germé lors d'une «charrette d'architecture». Le jeune architecte Antoine Guy y a proposé d'utiliser l'espace vide dans la falaise sous l'avenue Honoré-Mercier comme station de départ pour un métro.

Celui-ci traverserait la falaise sous les Plaines pour ensuite franchir le fleuve par un pont à haubans (réservé au métro, aux vélos et aux piétons) et atterrir sur le boulevard Guillaume-Couture à Lévis. 

Ce métro permettrait de refermer le «U» du tracé du service rapide par bus (SRB) et favoriserait le transport en commun.

Deux objections en partant : les coûts et l'impact sur le paysage, si près du Vieux-Québec.

L'architecte plaide ici qu'un pont peut aussi devenir une signature moderne pour une ville. Il donne l'exemple du pont Chaban-Delmas dans le vieux Bordeaux.

Tunnel SRB

Un tunnel sous-fluvial exclusif au SRB pour relier les deux centres-ville. Ici encore, beaucoup de questions sur les coûts, la faisabilité et l'achalandage, mais les sondages disent qu'une majorité de citoyens croient au SRB. 

Second tablier sur le pont Pierre-Laporte

L'idée est d'augmenter la capacité du pont à six voies dans chaque direction pour éviter l'étranglement dans les approches. 

On comprend l'intention, mais le pont Pierre-Laporte n'a pas été conçu pour deux tabliers. Il y a de gros doutes sur la faisabilité, les coûts et la capacité d'absorption des réseaux routiers de chaque côté.

L'hypothèse de voies réversibles, déjà dans les cartons du ministère des Transports, semble plus prometteuse.

Tunnel routier à l'est 

Vous êtes nombreux à croire qu'un tunnel près de l'île d'Orléans qui compléterait le «périphérique» de Québec peut régler les problèmes de congestion. Ce n'est pas mon avis, mais je vous l'ai déjà dit. 

Tarifer l'entrée en ville 

Imposer un tarif sur les stationnements, les autoroutes et/ou encore sur les ponts pour dissuader des citoyens de prendre leur voiture.

La tarification pourrait être graduée selon la lourdeur de la circulation, selon le même principe qu'Uber, qui demande plus cher aux heures où il y a plus de demande.

Plusieurs villes limitent ainsi l'accès au centre-ville (Londres, Stockholm) ou tarifent l'accès à des voies réservées (États-Unis).

Une telle mesure serait impopulaire et se heurterait à de fortes résistances politiques, j'imagine, mais elle pourrait être efficace. Se pose ensuite la question de l'équité sociale. Des travailleurs qui gagnent peu et sont contraints à des horaires fixes seraient plus pénalisés que ceux ont des horaires flexibles ou gagnent de meilleurs salaires.

Horaires variables et télétravail 

J'ai déjà dit tout le bien que je pensais du télétravail, des horaires flexibles et de l'étalement de l'heure de pointe en décalant les heures d'entrée en classe ou au travail. Beaucoup d'entre vous partagent ce point de vue. Inutile d'insister davantage.

Rouler sur l'accotement

Une lectrice rapporte que Boston permet de circuler sur les accotements pendant les heures de pointe, ce qui permet d'ajouter une voie sans élargir les autoroutes.

«J'imagine que les Québécois seraient aussi capables de s'y adapter que nos voisins américains. Qu'en pensez-vous?» me demande la lectrice. Je lui ai répondu que je n'en savais rien. Il me semble que j'aurais peur du free for all.

Plus de traversiers 

Beaucoup de lecteurs proposent de mieux utiliser le fleuve pour soulager les heures de pointe : ajouter un bateau, hausser la fréquence, ajouter des traversiers pour piétons, réduire les tarifs de passage, déployer une flotte d'hydroglisseurs entre les deux rives, etc. Rien contre l'idée du fleuve. La difficulté n'est pas tant de traverser le fleuve que de s'y rendre et une fois de l'autre côté, de rejoindre son lieu de travail ou d'études. Il faudrait des navettes, coordonner les horaires, etc. S'il faut changer trois ou quatre fois de moyen de transport, ça risque de n'intéresser personne.

Téléphérique entre les rives 

L'idée revient périodiquement. Tendre des câbles entre Québec et Lévis et y accrocher des cabines de téléphérique.

La ville de Brest (Bretagne) inaugure ce mois-ci le premier téléphérique «urbain» en France. Capacité de 1200 passagers à l'heure dans des cabines de 60 voyageurs. Traversée en 3 minutes pour une distance de 460 mètres au-dessus du fleuve Penfeld (il y aurait plus du double à Québec). Coût annoncé : 19 millions d'euros. Un pont aurait coûté le triple.

Il y a aussi un «tramway aérien» ou téléphérique à New York, entre Roosevelt Island et Upper East Side au-dessus de la East River.

À Québec? Je ne sais pas. Le volume de passagers d'un téléphérique me semble faible pour penser réduire la congestion. Sans compter les coûts, l'impact sur le paysage et la coordination avec d'autres modes de transport.

Voitures automatisées

La venue des voitures autonomes (sans conducteur) va régler le problème dans un horizon de 10 à 15 ans, prédit un lecteur. Cette technologie, gérée par un algorithme, permettrait de réduire la distance entre les voitures en marche et de les «emboîter» efficacement lorsque les voies convergent. La capacité du pont pourrait, dit-il, s'en trouver multipliée par deux, trois ou quatre.

Intéressant, mais ça fait 20 ans que cette technologie est annoncée, et on n'y est toujours pas. Pas sûr d'avoir envie de mettre l'avenir de la circulation et ma sécurité à la merci d'un bogue d'ordinateur.

Mieux utiliser le pont de Québec

Rendre réversibles toutes les voies du pont de Québec, «élargir» le pont en y accrochant une passerelle pour vélos et piétons; y faire passer des trains de banlieue ou des navettes; etc.

On n'arrive pas à peinturer le pont, mais ça ne vous empêche pas d'avoir pour lui toutes sortes d'ambitions. Incidemment, les chambres de commerce de Québec et de Lévis et l'Université Laval convient le public à un forum sur le pont le Québec le 8 novembre prochain au Centre des congrès. Vos lettres et mémoires peuvent être envoyés à info@cciquebec.ca

Trains de banlieue 

Beaucoup d'intérêt pour des trains de banlieue. Je me souviens que la Communauté métropolitaine de Québec s'est intéressée, il y a quelques années, aux voies et aux emprises ferroviaires existantes. Il n'en a rien résulté de concret, mais peut-être vaudrait-il la peine d'y réfléchir à nouveau.

Je sais qu'il y a des difficultés techniques à envisager du transport local sur les mêmes voies que le transport interurbain. Se pose aussi le problème de la «rupture de charge». Il faut que le train puisse mener à destination sans avoir à changer trop souvent de mode de transport.

Or je ne vois pas de rails sur la colline parlementaire et autour de l'Université. 

Gratuité ou tarifs réduits pour le transport par bus du RTC

Rien de très nouveau. L'idée est d'encourager les citoyens à prendre davantage le transport en commun. Une bonne intention, mais personnellement, je crois que c'est la qualité de l'offre plus que le tarif qui convaincra les citoyens. Le jour où Québec pourrait offrir un transport en commun plus rapide et efficace que l'auto, les citoyens vont y aller d'eux-mêmes. Comme les soirs de Festival d'été. 

Mieux gérer les feux de circulation 

Une meilleure gestion des feux de circulation? On y rêve tous les jours.

Imaginez, tous les feux au vert sur le boulevard Laurier de 6h à 8h le matin depuis la sortie des ponts jusqu'à la lumière du CHUL, suggère un lecteur qui pâtit aux feux de Lavigerie et de la route de l'Église. Qu'est-ce que ça va être avec le projet du Phare?

Je voudrais bien que tout se règle par des feux verts, mais je doute que si peu suffise pour alléger la congestion.

Habiter sur la bonne rive

Les citoyens devraient habiter sur la rive où ils travaillent, ça leur éviterait de traverser les ponts aux heures de pointe. Plusieurs d'entre vous le disent avec respect. D'autres de façon plus brutale et sans la moindre empathie.

La question est pertinente. Elle rejoint l'idée de lutter contre la congestion en attaquant le problème à la source : en limitant les déplacements.

Cela implique de se loger quand on le peut plus près de son lieu de travail et de ses activités. Facile à dire, mais le coût des maisons est souvent un frein à habiter près du centre. Jusqu'au jour où il faut se rendre à l'évidence : il y a aussi un prix à payer pour habiter plus loin. Si ce n'est pas en argent, c'est en temps perdu dans la congestion.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer