Les voies réversibles

Rendre réversibles une ou deux des voies actuelles...

Agrandir

Rendre réversibles une ou deux des voies actuelles permettrait «d'augmenter» encore davantage la capacité du pont Laporte aux heures de pointe.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / L'ajout d'une septième voie réversible au milieu du pont Pierre-Laporte est une hypothèse incontournable des réflexions à venir pour améliorer les liens entre la Rive-Sud et la Rive-Nord.

J'imagine qu'on voudra réfléchir aussi à la possibilité de rendre réversibles une ou deux des voies actuelles, ce qui permettrait «d'augmenter» encore davantage la capacité du pont Laporte aux heures de pointe.

La difficulté n'est pas tant de créer ces voies réversibles sur le pont que de s'assurer que le réseau routier sera capable d'absorber le débit supplémentaire.

Dans tous les cas de figure, l'ajout de voies réversibles sur le pont Pierre-Laporte impliquera de redessiner les échangeurs sur les deux rives.

Un projet de septième voie réversible sur le pont Laporte traîne dans les cartons du ministère des Transports (MTQ) depuis au moins 10 ans.

«C'est un projet parmi d'autres», avait commenté en 2007 le directeur régional du Ministère, qui trouvait que c'était «compliqué» et visiblement, n'en faisait pas une priorité.

Le débat sur le troisième lien pourrait changer la donne. D'autant plus que le Ministère prévoit reconstruire les échangeurs de la tête des ponts qui arrivent à la fin de leur vie utile.

Le plan du Ministère n'est toujours pas public, mais on a compris qu'aucun changement majeur n'était prévu par rapport aux configurations actuelles.

«L'urgence» de mettre sur la table des mesures d'atténuation du trafic pourrait inciter (forcer) le MTQ à revoir ses plans pour y intégrer ses voies réversibles sur le pont Laporte.

Il m'a semblé que le maire Labeaume ouvrait la porte à ce scénario lundi soir au conseil municipal.

Il n'a rien dit de précis mais il a soigneusement semé des indices. Quand on lit entre ses lignes, on voit se dessiner le scénario des voies réversibles.

1. M. Labeaume a décrit le pont Pierre-Laporte à l'heure de pointe du matin. «Complètement congestionné» pour les gens de la Rive-Sud qui vont vers le nord, mais «ça file comme ça» pour ceux de la Rive-Nord qui vont à Lévis.

«Vous prendriez la même photo à 5h du soir, ce serait l'inverse.»

J'y ai vu une façon d'attirer l'attention sur le fait qu'il y a de la place sur le pont Laporte pour faire passer plus de voitures.

Il y a déjà une voie réversible sur le pont de Québec et sur une bonne vingtaine d'ouvrages et autoroutes au Canada. On les compte par centaines à l'échelle planétaire. C'est un moyen éprouvé d'accroître la capacité des infrastructures de transport.

2. M. Labeaume a fait un lien entre «la capacité des ponts d'en prendre» et le travail à faire «sur la tête des ponts».

«Je ne sais pas si je vous donne un indice. Je ne sais pas si vous allumez un petit peu», a-t-il titillé.

Ça m'a en effet «allumé un petit peu». J'ai compris que pour des voies réversibles, il faudra revoir le plan du MTQ pour les échangeurs à la tête des ponts.

3. Le maire pourrait avoir une autre bonne raison de souhaiter un réaménagement majeur des approches des ponts.

Le développement massif envisagé sur le boulevard Laurier et à la tête des ponts, notamment le projet du Phare, aura un impact majeur sur la circulation, un secteur déjà très congestionné.

On voit mal comment la Ville pourrait autoriser ce développement sans s'assurer de ne pas aggraver la congestion. La reconfiguration des bretelles d'accès aux ponts serait une occasion de trouver des réponses.

Le maire a par ailleurs souhaité mettre «du rationnel, des chiffres et des données» dans le débat sur le troisième lien, «au lieu de faire de la démagogie».

À la bonne heure.

C'est vrai qu'il manque de calme, de raison et de données dans ce débat. Notamment, des chiffres à jour sur l'origine et la destination des déplacements à Québec et Lévis.

Comment décider de la nature et de l'emplacement d'un hypothétique troisième lien quand on ne sait pas clairement qui va où.

Ce qui manque aussi, c'est des projections et des simulations des impacts d'un troisième lien sur les déplacements futurs. Ces analyses sont complexes, mais essentielles pour éclairer les réflexions à venir.

J'imagine que cela fera partie de «l'itinéraire» vers un troisième lien que le maire veut proposer au ministère des Transports.

En attendant des propositions concrètes, je note que ce qui a été le plus réversible à ce jour, c'est la voix des politiciens.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer