Étaler l'heure de pointe

Puisque la congestion se produit quand trop de citoyens...

Agrandir

Puisque la congestion se produit quand trop de citoyens cherchent à aller aux mêmes endroits en même temps, la solution pourrait être d'étaler l'heure de pointe.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / La congestion se produit lorsque trop de citoyens cherchent à aller aux mêmes endroits en même temps.

Le réflexe traditionnel des administrations publiques est alors d'élargir les routes pour que plus de citoyens puissent continuer à aller aux mêmes endroits en même temps.

Pour les mêmes raisons, on bonifie le transport en commun, ce qui est souhaitable mais ne règle pas tout.

Ce que je ne comprends pas, c'est la résistance des administrations à envisager l'autre hypothèse :

puisque le problème est de vouloir aller tous aux mêmes endroits en même temps, la solution pourrait être de ne pas tous y aller en même temps.

On pourrait travailler sur les horaires de travail et de cours, plutôt que seulement sur la capacité des infrastructures de transport.

Retarder l'entrée au travail ou en classe pour une partie des citoyens pourrait faire une différence. On voit déjà cette différence quand les écoles, l'université et les cégeps sont fermés.

On la verrait sans doute si un nombre significatif d'employés de l'État, des services publics ou de gros employeurs (ex. : Desjardins, assureurs, etc.) entrait au travail quelques minutes plus tard.

Contrairement aux grands travaux d'infrastructure, changer des horaires pourrait avoir un effet immédiat pour calmer les heures de pointe. Sans compter l'immense avantage que ça ne coûte rien ou presque.

Il suffirait d'un peu de volonté pour enclencher cette réflexion. La relance prochaine d'un comité de mobilité Québec-Lévis pourrait en être l'occasion.

L'exemple de Rennes en Normandie (200 000 habitants) montre que des interventions limitées peuvent donner des résultats.

En 2011, le métro de Rennes était congestionné à l'heure de pointe et l'ajout de rames n'y avait rien changé.

Une discussion a été menée avec les grands générateurs de déplacements. L'Université Rennes-II a accepté de repousser de 15 minutes les cours de la moitié de ses 23 000 étudiants.

Il en a résulté une baisse de 17 % de la charge des rames de métro pendant l'hyper-pointe du matin. Les voyageurs y ont pour leur part gagné en fluidité de circulation et en confort.

Un métro n'est pas un réseau d'autoroutes mais je ne vois pas pourquoi le modèle ne pourrait pas fonctionner.

On pourrait commencer par les secteurs qui génèrent le plus de déplacements aux heures de pointe : boulevard Laurier, Université Laval et cégeps, colline parlementaire, campus Desjardins de Lévis, etc.

Retarder l'entrée en classe dans les cégeps et les universités aurait en prime l'avantage de mieux suivre les biorythmes naturels des étudiants de cet âge. Je les entends déjà nous remercier.

Étaler les heures d'entrée au travail ou à l'école n'est pas une solution magique. Pas plus que les autres avenues envisagées.

Les contraintes d'organisation de la vie de famille avec de jeunes enfants peuvent vite devenir un obstacle si on se met à jouer avec les horaires.

Mais l'intérêt de cette idée est qu'elle n'implique pas de mur-à-mur et s'accommode plutôt bien de la flexibilité.

Ce mur-à-mur n'est d'ailleurs pas souhaitable. Si tous les horaires étaient repoussés en même temps, on n'y gagnerait rien.

Il en va de même du télétravail, des horaires flexibles ou de la compression des horaires (4 jours au lieu de 5; 9 jours au lieu de 10), etc.

Toute réorganisation du travail permettant de faire moins de déplacements ou de les faire à un autre moment aiderait à soulager l'heure de pointe.

Pour autant bien sûr que d'autres voitures ne viennent pas tout de suite prendre leur place dans le trafic.

C'est malheureusement ce qui se produit le plus souvent, montrent des études. Lorsqu'on élargit les routes ou que la circulation devient plus facile, les citoyens se déplacent plus et la congestion ne diminue pas.

Les nouvelles technologies de communication favorisent l'éclatement des horaires de travail et le travail à distance. C'est vrai aussi des cours à l'université qui se donnent de plus en plus souvent en ligne.

Il s'agirait d'accélérer cette tendance, particulièrement pour le travail.

Les premières réflexions sur la gestion du temps ont commencé en Italie au milieu des années 80.

Il s'agissait au départ d'adapter l'offre de services publics à la réalité des horaires familiaux éclatés. Des dizaines de villes d'Europe se sont depuis dotées de «bureau des temps» dont les mandats n'ont cessé de s'élargir.

Mieux gérer le temps permet en outre de mieux utiliser les équipements publics. Par exemple, en allongeant les heures d'ouverture et en favorisant les salles multiusages pour éviter d'en construire de nouvelles.

Si l'Assemblée nationale avait mieux «géré» le temps, elle aurait pu changer l'horaire de certaines commissions parlementaires.

Cela aurait peut-être évité d'agrandir à coup de millions de dollars pour ajouter une salle de commission nécessaire uniquement en période de pointe.

Il en va ainsi du réseau routier. Pour l'essentiel, celui de Québec répond aux besoins, car la circulation est (assez) fluide la plupart du temps.

Sauf à l'heure de pointe bien sûr. Et sauf les matins où un accident paralyse l'accès au pont. Ces jours-là, on mesure davantage la vulnérabilité du réseau.

Raison de plus pour chercher à réduire le volume des déplacements aux heures de pointe.

J'ai continué à recevoir vos commentaires et suggestions sur les moyens d'atténuer la congestion. Plusieurs d'entre vous ont d'ailleurs évoqué les horaires de travail. Pour les autres, je ne vous ai pas oubliés et vais y revenir.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer