François Marchand songe à la mairie

Conseiller municipal dans l'administration de Jean Pelletier de 1985... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Conseiller municipal dans l'administration de Jean Pelletier de 1985 à 1989 et candidat défait à la mairie contre Jean-Paul L'Allier en 1993, l'avocat François Marchand songe à affronter Régis Labeaume aux élections de l'an prochain.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / L'avocat François Marchand songe à affronter le maire Régis Labeaume aux élections de l'automne 2017.

M. Marchand confirme avoir été «approché par un groupe» et dit «être en réflexion active». «Ça me tente», lance-t-il, bien que sa décision ne soit pas prise encore.

Des militants du parti d'opposition Démocratie Québec réticents à la candidature d'Anne Guérette souhaitent la venue de M. Marchand.

Ce dernier a été conseiller municipal dans l'administration de Jean Pelletier (1985-1989) et candidat défait à la mairie contre Jean-Paul L'Allier (1993). Il n'appartient actuellement à aucun parti.

Ces dernières années, M. Marchand a été un commentateur régulier de l'actualité municipale dans les médias, le plus souvent sur des enjeux juridiques et d'aménagement.

On a perçu depuis quelques mois qu'il cherchait à élargir le registre et prenait de plus en plus l'initiative de s'annoncer sur la place publique. Il a signé des lettres ouvertes dans les journaux et déposera un mémoire critique du projet de loi sur la capitale.

Sentant que son «objectivité» pourrait désormais être mise en question, il estime avoir «le devoir de dire» qu'il est en «réflexion active» sur une candidature.

M. Marchand ne rejette pas l'idée de se joindre à Démocratie Québec, mais dit avoir «horreur de vendre des cartes de membre et de faire du financement politique».

Il me semble difficile dans ce contexte de penser gagner une course à la direction d'un parti.

Les intentions de Mme Guérette pour la mairie sont connues depuis longtemps, et elle jouit d'une longue avance pour l'organisation. On voit mal qu'au dernier moment, elle cède gentiment sa place à un nouveau venu.

La perspective d'une course à la direction «n'est pas un obstacle», mais c'est «un autre questionnement», reconnaît M. Marchand, qui évoque aussi la possibilité de se présenter comme indépendant.

On comprend que le défi n'en serait pas moins important. «Je n'ai pas d'argent, pas de firme de communication, je n'ai que mes idées», explique l'avocat.

Il repousse par ailleurs l'hypothèse d'être candidat comme conseiller de quartier. «Je suis rendu ailleurs», dit-il.

J'imagine que M. Marchand ne se fait pas trop d'illusions sur ses chances de gagner à la mairie en 2017.

«C'est un gros défi», convient-il, rappelant que le maire est présent dans les médias tous les jours.

Mais il dit «constater le mécontentement», encore qu'il ait du mal à le «quantifier».

Habitué aux débats en cour où «les avocats se font démolir», Me Marchand dit ne pas craindre de se faire attaquer s'il décide d'affronter le maire.

Il porte d'ailleurs un jugement sévère sur la qualité des débats à Québec.

«Tout le monde s'écrase devant le maire, tous partis et gouvernements confondus», perçoit-il.

«C'est l'insulte et les coups de gueule... Il n'y a pas de débats intelligents... Ce sont des décisions sans débat... C'est dangereux pour l'avenir de la ville... un autre mandat [de Labeaume] va être pénible», analyse-t-il.

«Si j'y vais, ça va être pour ça. Le débat me tente.»

Il annonce aussi une «vision différente» sur des enjeux de contenu. Il perçoit, par exemple, que «la Ville va dans la mauvaise direction» en prônant l'élargissement des autoroutes pour régler les problèmes de circulation. Il voit lui aussi des contradictions entre les plans de la Ville (mobilité durable) et le discours du maire.

À la fin des années 80, François Marchand a été conseiller dans l'équipe de Jean Pelletier, un maire au style autoritaire que Régis Labeaume a souvent présenté comme son «mentor» politique.

M. Marchand y fut responsable des dossiers d'aménagement et du premier plan directeur d'urbanisme de la Ville.

Outre ses études de droit, il a une maîtrise de l'Université Laval en aménagement du territoire et en développement régional.

Il voit une différence entre MM. Pelletier et Labeaume.

M. Pelletier était un «homme de grande culture et de grande intelligence. Quand on se mettait debout devant lui avec des arguments, on pouvait avoir raison».

Il perçoit que ce n'est pas le cas avec le maire Labeaume. «Ceux qui ne sont pas d'accord sont tous des imbéciles.»

Je n'irais pas jusque là.

Il est vrai que le maire Labeaume refuse d'engager des débats de fond sur la place publique et préfère attaquer les messagers, qu'ils soient journalistes, élus de l'opposition ou acteurs de la vie publique.

C'est une attitude désagréable et antidémocratique qui paralyse toute possibilité de débat public serein.

Mais je soupçonne que dans le privé, M. Labeaume est capable d'entendre des arguments contraires et, éventuellement, de changer d'idée, comme pouvait le faire le maire Pelletier. Ce qui ne justifie pas l'attitude en public.

J'ignore si M. Marchand sera candidat à la mairie au terme de sa réflexion.

Il aborde de lui-même le fait que certains penseront qu'il «cherche de la publicité» pour sa pratique privée d'avocat. «Ce n'est pas faux», dit-il.

Pour ma part, je ne doute pas de ses convictions ni de la sincérité de son intérêt pour la chose publique municipale.

Libre d'attache et maître de sa pratique professionnelle, François Marchand a sans doute moins à perdre que d'autres à s'afficher contre le maire.

S'il n'est pas candidat pour l'an prochain, ce pourrait très bien être pour les élections suivantes. La politique est une maladie tenace, pour qui en est atteint.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer