La théorie du pire

La sécurité a été renforcée au Festival d'été... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

La sécurité a été renforcée au Festival d'été de Québec après l'attaque de Nice. L'erreur serait de croire qu'on peut empêcher le pire en élevant davantage de clôtures et en augmentant les interdits et les fouilles dans l'espace public. Comme si la menace allait gentiment faire la file au guichet.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Chaque tragédie et ses victimes innocentes ramènent les mêmes questions sur la sécurité dans les lieux publics et la capacité des forces de l'ordre à répondre aux attaques des terroristes et des forcenés.

La première réponse est simple: malgré parfois des bavures ou des ratés, les autorités réagissent avec beaucoup de professionnalisme. Souvent même avec héroïsme pour arracher des vies au destin. Ce fut le cas cette semaine encore à Nice.

La réponse à l'autre question est moins évidente. Qu'aurait-on pu faire de plus ou de mieux pour détecter la menace et prévenir l'hécatombe?

Deux valeurs auxquelles nous tenons entrent ici en conflit. Celle de la meilleure sécurité possible et celle de la plus grande liberté possible.

La diversité des cibles et des modus operandi montre qu'on ne pourra jamais tout prévoir. Qu'il y aura toujours quelque part assez de personnes dans un même lieu pour en faire une cible pour qui cherche un maximum de dommages et de visibilité.

Salles de spectacles, manifestations, fêtes populaires, transports publics, trottoirs de centre-ville, centres commerciaux, marchés, stades de sport, plages en été, bureaux, tours d'habitations, écoles, hôpitaux, etc. Il n'y a pas de limites à ce qui pourrait faire mal.

On ne parle pas ici des cibles «naturelles» que sont les lieux de pouvoir politique, économique, militaire ou religieux, mais de lieux de la vie quotidienne.

Aucune ville ou aucun endroit n'est vraiment à l'abri, même si les récents attentats suggèrent que le risque est plus élevé dans les grandes capitales.

À chaque attentat, j'ai une pensée pour Québec et pour le chef de police Michel Desgagné, pour qui il faut toujours envisager le pire et s'y préparer. Sa philosophie est qu'il vaut mieux trop de sécurité que pas assez.

Cela a conduit au resserrement de la sécurité lors des grands événements publics. Autant les manifestations que les activités festives comme la St-Jean ou le Festival d'été. Ce réflexe a fini par faire des petits.

La dernière trouvaille en date est l'interdiction d'apporter sa bouteille d'eau au Festival d'été. Comme si le risque d'attentat à l'eau piégée était plus grand que le risque d'insolation ou de coup de chaleur par une journée de canicule.

Personne n'est dupe. On sait bien que le principal risque ici n'est pas l'attentat, mais celui de nuire aux commanditaires du Festival qui veulent garder le monopole de l'alcool.

***

Cela dit, M. Desgagné a raison de croire que le pire peut arriver. Le pire vient d'arriver à Nice. Il était arrivé à Paris, à Bruxelles, à Orlando, à Dallas, en Californie, à Ouagadougou, à Istanbul. Le pire arrive tous les jours en Irak et en Syrie.

Le pire est arrivé à Québec en 1984 au Parlement et à Polytechnique en 1989, à Saint-Jean-sur-Richelieu, à Ottawa. Il est possible que le pire revienne chez nous.

L'erreur serait de croire qu'on peut empêcher le pire en élevant davantage de clôtures et en augmentant les interdits et les fouilles dans l'espace public. Comme si la menace allait gentiment faire la file au guichet.

***

On a progressivement accepté de vivre dans un environnement où il y a davantage de contrôles qu'avant. On accepte de ne plus pouvoir entrer au bureau ou dans les édifices publics sans carte d'accès.

On accepte de plus en plus de privations aux libertés de circulation au nom de la précaution collective et ça ne va pas aller en diminuant.

La réalité est cependant que le pire pourra quand même arriver et que toutes ces privations de liberté risquent d'être bien inutiles.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer