Songe d'une nuit d'été

Sans surprise, les partisans des Nordiques réunis à... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Sans surprise, les partisans des Nordiques réunis à L'Inox mercredi ont appris que Québec ne faisait pas partie des plans de la LNH pour sa prochaine expansion.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / On aurait voulu que ce soit «tout est bien qui finit bien», mais on reste sur «songe d'une nuit d'été». «Beaucoup de bruit pour rien», dirait Shakespeare.

Québec rentre de Las Vegas les mains vides. «Être ou ne pas être?» La LNH a choisi que Québec ne serait pas.

On l'avait vu venir. La Ligue et Québecor nous y avaient préparés depuis un moment. Il restait à encaisser le coup.

Celui-ci fut sans merci. L'argument du dollar instable. Celui du marché économique de Québec. Celui de l'équilibre du nombre d'équipes entre l'Est et l'Ouest.

Rien dans les mots de Gary Bettman qui permette à Québec d'espérer. «Peut-être un jour, si les circonstances le permettent», a vaguement promis le vice-président de la Ligue, Bill Daly.

Mais entre les lignes, on comprend que même l'hypothèse d'une délocalisation d'équipe mal en point se butera aux aléas du dollar canadien.

Le moment le plus pénible du point de presse fut celui où le président de Québecor, Pierre Dion, s'est avancé au micro pour remercier la Ligue nationale.

Vous avez bien lu et entendu : pour remercier «Gary» et la Ligue nationale.

Je sais que M. Dion n'avait pas le choix. Il ne pouvait pas planter la Ligue puisqu'il espère encore avoir un jour une équipe. 

Mais la remercier de quoi, on se le demande. De sa «considération»?

Bettman a eu trois mots à peu près gentils pour Québec qui puaient la condescendance. Il ne doute pas de notre passion pour le hockey ni des qualités de propriétaire de Québecor ou celles du Centre Vidéotron.

On le remercie. C'est réconfortant. Pour le reste, il a renvoyé Québec à son petit bonheur.

En ce jour de deuil national, veille de Saint-Jean Baptiste, les fleurs de lys resteront tranquillement sur les drapeaux au lieu de s'éclater sur les chandails des Nordiques.

Il y a dans l'élan brisé de projet d'expansion la trame narrative des grands drames de Shakespeare où les héros, portés par leurs désirs, finissent par se heurter à la fatalité.

Pour vous aider à surmonter la peine, voici des extraits choisis, repris sur le site du Figaro. Shakespeare, revisité en trois périodes et une de plus.

Première période :

La douleur

«Oh! combien ce monde de jours ouvrables est encombré de ronces!» (Comme il vous plaira)

«Combien le train du monde me semble lassant, insipide, banal et stérile!» (Hamlet)

«Viens, épaisse nuit, enveloppe-toi des plus sombres fumées de l'Enfer.» (Macbeth)

«Tous les jours sont des nuits pour moi tant que je ne te vois pas...» (Sonnet 43)

«Il vaut mieux être trompé tout à fait que d'avoir le moindre soupçon.» (Othello)

«Mieux vaut être méprisé et le savoir qu'être méprisé et s'entendre flatter.» (Le roi Lear)

Deuxième période : La colère

«C'est un malheur du temps que les fous guident les aveugles.» (Le roi Lear)

«Cette époque est désaxée.» (Hamlet)

«Quand l'argent précède, toutes les portes s'ouvrent.» (citation)

«Quand les coquins riches ont besoin de coquins pauvres, les pauvres peuvent faire le prix qu'ils veulent.» (Beaucoup de bruit pour rien)

«Oh! Attention, monseigneur, à la jalousie; c'est le monstre aux yeux verts qui tourmente la proie dont il se nourrit.» (Othello)

Troisième période :

La résignation

«Je tiens ce monde pour ce qu'il est : un théâtre où chacun doit jouer son rôle.» (Le Marchand de Venise)

«Il est dans la nature des hommes de quereller pour de petites choses, bien que les grandes seules les préoccupent.» (Othello)

«Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil.» (La tempête)

«Les hommes prisent l'objet qu'ils ne possèdent pas bien au-dessus de sa valeur.» (Henry VI)

«Celui qui accepte avec le sourire d'être volé, vole lui-même quelque chose à son voleur.» (citation)

Prolongation : La sagesse

«Gémir sur un malheur passé, c'est le plus sûr moyen d'en attirer un autre.» (Othello)

«Un peu de chagrin prouve beaucoup d'amour, mais beaucoup de chagrin montre trop peu d'esprit.» (Roméo et Juliette)

«Une chute profonde mène souvent vers le plus grand bonheur.» (citation)

«Rien n'est bon ni mauvais en soi, tout dépend de ce que l'on en pense.» (Hamlet)

«Allons sagement et doucement : trébuche qui court vite.» (Roméo et Juliette)

«Le passé est un prologue.» (La tempête)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer