À la table de M. Couillard

Le 29 mai 2014, plusieurs dizaines d'invités de... (tirée du film La Ripaille)

Agrandir

Le 29 mai 2014, plusieurs dizaines d'invités de la Chambre de commerce de la Baie des Chaleurs ont payé 250 $ pour un souper gastronomique au café Birks à Montréal. Philippe Couillard, nouvellement élu, est à la table d'honneur, entre le pdg de Ciment McInnis, Christian Gagnon, et plus loin, celui de Pétrolia, Alexandre Gagnon.

tirée du film La Ripaille

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / L'histoire est racontée en noir et blanc avec des effets visuels et sonores qui accentuent le caractère engagé du film, mais les faits parlent d'eux-mêmes.

Il y a, ce soir-là, réunis au café Birks à Montréal, plusieurs dizaines d'invités de la Chambre de commerce de la Baie des Chaleurs qui ont payé 250 $ pour un souper gastronomique.

Le nouveau premier ministre Philippe Couillard est à la table d'honneur, entre le pdg de Ciment McInnis, Christian Gagnon, et plus loin, celui de Pétrolia, Alexandre Gagnon.

Nous sommes le 29 mai 2014, le même soir où les Canadiens, à bout de ressources, seront éliminés en demi-finale par les Rangers. Mais chez Birks, on a plus important à discuter ce soir-là.

Le gouvernement s'apprête à déposer son premier budget. 

Ce n'est pas connu ce soir-là, mais il s'apprête aussi à autoriser le forage pétrolier à Anticosti (30 mai 2014). 

Il confirmera quelques jours plus tard (2 juin) un investissement de 450 millions $ dans la cimenterie de Port-Daniel et la création d'un fonds de 1 milliard $ pour des projets miniers et pétroliers (4 juin).

Ce n'est qu'un hasard si le souper de la Chambre a lieu la même semaine que ces décisions importantes.

La liste de la table d'honneur montre cependant que les lobbies étaient aux premières loges au moment où le gouvernement prenait ces décisions.

Documentariste indépendant, Moïse Marcoux-Chabot a filmé ce souper du 29 mai et en a tiré un document d'une douzaine de minutes : La Ripaille. (1) 

Le document n'avait pas eu un grand retentissement à l'époque, mais le contexte d'aujourd'hui lui redonne toute sa pertinence.  

On y voit Philippe Couillard s'adresser aux convives en évoquant spécifiquement les trois sites pétroliers du Québec. 

«On va aborder ça de façon très large et on va donner le signal que nous favorisons l'exploitation de nos ressources naturelles».

Il fait alors valoir que les régions pourront en tirer des bénéfices directs et que c'est «une façon d'aider à rendre plus acceptables nos projets».

La suite est tout aussi intéressante.

«Il y a une liste infinie de raisons pour lesquelles ne pas faire un projet, on peut en parler jusqu'à demain», explique M. Couillard. 

«Nous, on aime mieux se poser la question : qu'est-ce que ça prend pour qu'un projet marche?»

Les temps changent. C'est aujourd'hui M. Couillard qui décline une «liste infinie de raisons» pour ne pas faire Anticosti.

Il y a de très bonnes raisons de souhaiter exploiter le pétrole d'Anticosti, comme le gouvernement s'y était engagé. 

Et il y en a de tout aussi valables pour ne pas vouloir s'y risquer.

Un premier ministre, comme tout citoyen, a le droit de changer d'idée, que ce soit pour des motifs idéologiques, techniques ou économiques. 

Il s'agit alors de l'exposer sereinement et de tenir compte des conséquences de son virage. 

C'est ce qui agace dans la posture actuelle de M. Couillard. Le manque d'explications.

Sa fuite. Son déni de ses positions antérieures. Son incohérence. Il rejette le pétrole, mais bénit la cimenterie de Port-Daniel qui deviendra le plus gros pollueur de l'histoire et qui, ironiquement, carburera aux résidus d'hydrocarbures.

Ce qui agace, c'est le doute sur ses motivations. Agit-il par conviction ou par stratégie? 

Transfiguré par son passage à Paris où il fut acclamé en héros, M. Couillard prépare-t-il déjà une prochaine carrière à l'international? 

Ce ne serait pas la première fois. Lorsqu'il a quitté son siège de ministre en juin 2008, il s'était déjà négocié en douce une sortie. 

(1) Le document de Moïse Marcoux-Chabot peut être vu à Moisemarcouxchabot.com/la-ripaille/

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer