Quand le chef devient une distraction

Pierre Karl Péladeau... (Archives La Presse)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Déjà que la saison n'allait pas bien, voici que les distractions hors glace empêchent l'équipe de retomber sur ses pieds et de performer comme le voudraient ses partisans.

Comme les Canadiens dans le classement, le Parti québécois (PQ) dégringole dans les sondages. La différence est que ce n'est pas un joueur de troisième trio qui en est la cause, mais le capitaine.

Pierre Karl Péladeau est devenu une distraction pour le PQ, ce qui l'empêche de jouer son rôle d'opposition.

L'actualité ne tourne plus qu'autour des difficultés et ratés de PKP, abandonnant toute la patinoire au gouvernement Couillard, ce qui n'est pas une bonne idée.

L'annonce de la rupture du mariage de M. Péladeau et de Julie Snyder ne fait qu'y ajouter. Difficile pour lui d'invoquer le droit à la vie privée. Il a lui-même choisi de faire participer sa famille à sa vie publique.

Mme Snyder était même un des principaux atouts politiques de M. Péladeau en raison de sa notoriété et l'affection qu'elle a du public. La rupture risque d'ailleurs d'avoir des conséquences politiques plus grandes que pour un autre politicien qui se sépare.

M. Péladeau a choisi de renoncer à ses activités publiques pendant deux jours. C'était la meilleure chose à faire. La seule à vrai dire.

Sa semaine était de toute façon perdue. Eût-il maintenu ses activités que les sujets à son ordre du jour auraient été occultés par les déboires de son mariage. Ou par les questions sur la fiscalité des filiales de Québecor.

Ce sera partie remise, mais quand la tempête souffle trop fort, il vaut mieux baisser la tête et laisser passer le vent.

Bien qu'il soit au coeur de la tourmente, M. Péladeau n'est pas la seule cause des «distractions» qui font l'actualité.

La fixation de l'agenda public procède d'une relation complexe entre les acteurs politiques et les médias. Une guerre de pouvoirs où chacun cherche à contourner l'agenda de l'autre.

Il faut voir le plaisir des collègues journalistes lorsqu'ils mordent dans le sujet du jour et réussissent à faire dérailler le plan de match des acteurs politiques.

Cette dynamique est amplifiée par l'effet de meute qui pousse chaque jour les micros devant les mêmes bouches pour poser les mêmes questions sur les mêmes sujets.

Cela donne l'impression que le sujet traité est d'une importance telle qu'il faille mettre de côté tous les autres, ce qui n'est pas toujours le cas.

Probable que M. Péladeau paye aussi pour sa stratégie d'affrontement avec les journalistes. Pour sa réticence à répondre aux questions et son choix de les ignorer et de leur préférer les médias sociaux.

Lorsqu'il menace de poursuivre les médias et ses adversaires plutôt que de prendre le temps de répondre et corriger les choses au besoin, M.Péladeau montre une incompréhension totale de ce qu'est la vie démocratique et des débats où différents points de vue sont légitimes. Pas seulement celui du pdg.

Venu d'un milieu différent de celui de ses prédécesseurs, M.Péladeau annonçait une façon différente de faire de la politique. Il y aurait avec lui plus de direct et moins de langue de bois. Y compris envers les médias.

Vouloir faire les choses de façon différente peut effectivement être un atout en politique. M.Péladeau apportait au PQ une vision d'entrepreneur qui allait permettre un argumentaire différent et de rejoindre une clientèle différente. 

Le problème est qu'à ce jour, les résultats sont minces, pour ne pas dire inexistants.

En entrevue à la fin de l'année, M. Péladeau a convenu qu'il était encore en apprentissage de son nouveau métier. Les distractions des dernières semaines et des derniers mois ont montré l'ampleur du chemin qui lui reste à faire.

Depuis des mois, on a moins parlé de la vision du PQ et des ratés du gouvernement Couillard que des querelles intestines au cabinet de M. Péladeau; du départ de soldats valeureux du parti; des liens confus du chef avec son ancienne entreprise; de ses menaces de poursuites à tout vent; de ses déclarations maladroites; de son acrimonie contre les médias et les adversaires politiques; de son mariage et maintenant de sa séparation.

Les récentes difficultés familiales de M. Péladeau ont sans doute contribué à la mauvaise humeur et au ton belliqueux de sa rentrée politique. Tout le monde est humain. Mais les distractions hors glace s'étaient manifestées bien avant.

Est-il trop tard pour M. Péladeau? Certains le croient et ont commencé à penser qu'il ne dirigera pas le PQ aux prochaines élections. 

On avait dit la même chose de Pauline Marois pendant une période de turbulence, ce qui ne l'a pas empêchée ensuite d'être élue.

On a tendance à oublier que le métier de chef de l'opposition est ingrat et difficile pour tout le monde. Probablement plus pour les chefs du PQ que pour les autres, compte tenu de sa culture qui favorise les débats ouverts.

Les qualités qui avaient poussé le PQ vers M. Péladeau sont en théorie toujours là : capacité à lier contact avec les citoyens ordinaires; parcours d'entrepreneur à succès; vision large du rôle de l'État dans l'économie et la société; détermination à réaliser la souveraineté. 

Ce que M. Péladeau ne semble pas avoir encore compris, c'est qu'un chef de parti et de gouvernement ne peut agir comme un pdg d'entreprise omnipotent qui n'aurait de compte à rendre à personne.

Je ne sais pas si ça s'apprend. En cette période trouble, la meilleure nouvelle pour le PQ est qu'il reste beaucoup de temps avant le prochain grand rendez-vous.

L'expérience des dernières années au provincial et au fédéral montre que les élections se gagnent maintenant à la dernière minute, pendant les campagnes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer