Où sont passés les dissidents?

Au cours des années, le one man show... (PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL, ERICK LABBÉ)

Agrandir

Au cours des années, le one man show municipal du maire Labeaume s'est mué en collaboration avec Montréal et l'Union des municipalités du Québec.

PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL, ERICK LABBÉ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La logique voudrait qu'après plusieurs années de pouvoir, les critiques et les voix dissidentes se multiplient, jusqu'au jour où les citoyens en ont assez.

On avait senti sourdre ce mécontentement contre les conservateurs autoritaires et, dans une moindre mesure, contre le gouvernement Charest.

Rien de tel (encore) après huit ans d'administration Labeaume. Loin de s'amplifier, les voix d'opposition semblent s'estomper avec le temps.

Je ne parle pas du parti d'opposition qu'on continue d'entendre, mais de la société civile et autres acteurs publics.

Où sont passés les dissidents? Ont-ils tous peur du maire, sont-ils résignés ou se sont-ils laissé convaincre que Québec est bien gérée et fait de bons choix?

Les rares critiques ne viennent plus que des syndicats et encore, le plus souvent des centrales.

Les Métallos, dans le conflit des traversiers. Le Syndicat canadien de la fonction publique, en dénonçant le «ras-le-bol d'être les têtes de Turc et les boucs émissaires de l'incompétence de certains qui gèrent les deniers publics».

Je ne sens pas que ces critiques, fondées ou pas, soient le reflet ou le signal d'une insatisfaction populaire grandissante. Plutôt une réaction mécanique et corporative contre un maire antisyndical.

Les employés de la Ville sont plus discrets depuis que les conventions ont été ratifiées avec de fortes majorités.

Des gens d'affaires qui dénonçaient jadis les taxes semblent satisfaits des accommodements obtenus et se font photographier avec le maire.

Après des épisodes froids ou houleux, l'harmonie est revenue avec le Port, l'aéroport, les Champs-de-Bataille, la Commission de la capitale, etc.

Le Conseil de la culture qui s'était inquiété de l'impact de l'amphithéâtre s'est depuis assis avec la Ville et Québecor.

Le Conseil régional de l'environnement salue le nouveau Plan de gestion des matières résiduelles comme «un pas en avant».

En grogne contre la Ville à l'été 2014, le propriétaire du Concorde remercie aujourd'hui le maire et le félicite de lui avoir permis de relancer l'hôtel avec succès.

Le maire de L'Ancienne-Lorette retient ses attaques sur les taxes d'agglomération et la rivière Lorette et parle d'un ton plus conciliant. Comme le nouveau maire de Saint-Augustin.

Il reste ici et là des voix isolées.

Jean Pilote (Capitole) continue de dénoncer les concerts gratuits et la concurrence des pouvoirs publics.

L'artiste Luc Archambault a déchiré sa chemise quand la Ville a bulldozé l'oeuvre de la place de Paris.

Denis de Belleval poursuit un combat d'arrière-garde contre l'amphithéâtre.

Marcel Aubut était un des derniers à affronter le maire en public, jusqu'à ce que son aura s'éteigne brutalement.

Il reste des médias et quelques groupes de citoyens inquiets des impacts du Port dans Limoilou, de la densification du plateau de Sainte-Foy-Sillery ou irrités par des parcomètres.

De deux choses l'une. Ou bien les dissidents ont compris qu'il est contre-productif, voire dangereux, d'affronter le maire.

Ou bien ces dissidents sont peu nombreux et cantonnés autour d'enjeux qui ne lèvent pas.

Le bilan des dernières années Labeaume n'est pas parfait, mais il faut être bon prince :

les relations de travail se sont améliorées; l'amphithéâtre a été livré aux conditions promises; les finances sont maîtrisées; la Ville est sensible à la culture, à l'immigration, à la pauvreté; elle continue de s'embellir et ses programmes particuliers d'urbanisme respectent les meilleures pratiques urbanistiques.

Reste à voir pour le Phare.

Le one man show municipal du maire Labeaume s'est mué en collaboration avec Montréal et l'Union des municipalités du Québec.

Le bilan est moins convaincant en environnement, où les actions tardent à suivre le discours et parfois le contredisent : gestion des ordures, source d'eau potable; écoquartiers; mobilité durable, etc.

Rien de convaincant non plus en ce qui concerne la gestion de la congestion. Il y a eu des ratés dans le financement politique, la gestion des manifs, Expo Québec, le coffre-fort virtuel, etc. Sauf que rien ne semble atteindre l'administration Labeaume.

S'il fallait voir un signe d'essoufflement, ce serait davantage dans la difficulté à trouver le prochain grand projet qui rassemblerait les citoyens. On ne pourra pas vivre que de l'espoir d'un retour des Nordiques.

À mi-mandat, Démocratie Québec vient de tenir son cocktail annuel de financement. Ses 150 participants attestent d'une certaine vitalité.

Le parti d'opposition continue cependant de chercher des dons de 95 $, ce qui lui permet de se soustraire à l'obligation de divulguer le nom des donateurs. Un choix douteux pour un parti qui a le mot démocratie dans sa raison sociale.

Le parti le justifie par la crainte que ses donateurs subissent des représailles.

Je suis retombé cette semaine sur une déclaration de l'ex-

conseiller Patrick Paquet après qu'il eut quitté Équipe Labeaume.

«Tout le monde a peur de confronter Régis parce qu'il va essayer de vous démolir. Il va attaquer votre réputation, vous allez le voir dans la façon dont il vous traite et vous attaque.»

J'ai entendu d'autres citoyens et gens d'affaires dire la même chose... en demandant l'anonymat.

C'est une des explications à la rareté des points de vue dissidents à Québec.

L'autre est qu'une majorité de citoyens sont satisfaits de leur maire, malgré ses sautes d'humeur, son style abrasif et son mépris pour les points de vue contraires.

Peut-être y a-t-il même davantage de citoyens qui l'apprécient pour ce style que le contraire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer