Le taxage des heures de pointe

CHRONIQUE / L'idée nous fait monter la pression juste à y penser mais peut-être... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / L'idée nous fait monter la pression juste à y penser mais peut-être faudra-t-il un jour se résigner à l'évidence : la meilleure façon - peut-être la seule - de réduire la congestion serait un péage sur les ponts et les autoroutes.

Il y a longtemps que des villes et des États d'Europe et d'Amérique du Nord y recourent.

Voici que des économistes de la Commission de l'écofiscalité du Canada plaident à leur tour pour une tarification dans l'étude «Circulation fluide en vue...» parue cette semaine.

La thèse est simple : l'accès gratuit aux routes provoque l'encombrement. Il suffirait de tarifer cet accès pour réduire la congestion.

Une sorte de ticket modérateur, modulable selon les réalités et les sensibilités de chaque ville.

Une congestion très lourde appellerait des mesures plus contraignantes comme à Londres ou Stockholm qui tarifent l'accès à leur centre-ville.

Des villes moins congestionnées comme Québec pourraient limiter le péage aux seules heures de pointe, à quelques autoroutes, ponts ou voies de circulation.

L'idée est que le péage fasse réfléchir. Qu'on y pense à deux fois avant d'aller s'engluer dans le trafic.

S'il doit payer pour l'autoroute le matin ou le soir, l'automobiliste cherchera un autre itinéraire ou une autre heure pour circuler; il trouvera des passagers pour partager la facture ou peut-être un autre moyen de transport.

Il pourrait vouloir se loger plus près de son travail pour sauver le péage, ce qui réduit la pression sur l'étalement urbain.

Un péage pourrait calmer l'heure de pointe à Québec là où la sensibilisation et la bonne volonté n'y arrivent pas.

Je pense aux horaires de travail, dont j'ai déjà parlé dans cette chronique.

Il suffirait que l'Université Laval ou les compagnies d'assurances (ou d'autres) retardent de 30 minutes le début des cours ou l'entrée au travail pour changer la donne.

Sauf que ça n'arrive pas, faute d'intérêt et de volonté.

Tarifer les heures de pointe sur les routes pourrait être le coup de pied au derrière qui manque. La pression du changement viendrait alors des employés et des étudiants qui voudraient échapper aux péages.

*** 

Les auteurs rappellent que la congestion a un coût collectif élevé. Les retards et contraintes de transport se payent et les factures sont refilées aux clients.

La congestion pousse les pouvoirs publics à élargir à coup de milliards les voies de circulation. 

Le bénéfice ne dure pourtant qu'un temps. D'autres voitures finissent par remplir la nouvelle voie rapide et la congestion revient.

Même les investissements en transport en commun ont un effet limité. On transporte plus de voyageurs à la fois, mais les voies libérées sont récupérées par des voitures. Reste la tarification. Malheureusement.

***

Je vous entends hurler contre toute nouvelle taxe. C'est évidemment le maillon faible du scénario. Outre le principe, il y a aussi un coût d'équipements pour tarifer. Pas pour rien que les politiciens sont si réticents au péage et ne s'y risquent que dans le contexte de PPP.

On peut aussi être préoccupé par l'aspect social «régressif» d'un péage routier qui ferait davantage souffrir les gagne-petit que les riches. 

Encore que les plus vulnérables ne sont peut-être pas les plus attachés aux heures de pointe et que souvent, ils n'ont pas de voiture pour encombrer les routes.

***

Tarifer la congestion est la «pièce manquante de toute politique éclairée de transport», plaident les économistes. 

Québec devrait-elle revoir son Plan de mobilité durable pour ajouter cette pièce? Je vous laisse y réfléchir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer