«Ma maison ne vaut plus rien!»

Des propriétaires ahuris ont constaté dans le dernier... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Des propriétaires ahuris ont constaté dans le dernier rôle d'évaluation que la valeur de leur maison n'était que de 9000 $, 10 000 $ ou 28 000 $. Un conseil : oubliez le chiffre d'évaluation du bâtiment.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plusieurs téléphones et courriels angoissés de citoyens qui croient voir s'effondrer l'investissement de leur vie.

«Ma maison ne vaut plus rien», ont-ils découvert dans le rôle d'évaluation de la Ville de Québec. 

Des chiffres troublants en effet : 9000 $ pour un bungalow rue de la Seine à Sainte-Foy; 10 000 $ pour un autre sur la rue voisine, 28 000 $ un peu plus loin.

On peut multiplier ainsi les exemples à Sainte-Foy, et dans d'autres banlieues.

On ne parle pas ici de bicoques décrépies le nez dans une mégaporcherie ou un site d'enfouissement. 

On parle de jolies maisons dans Saint-Louis-de-France, près du nouveau quartier d'affaires. Revêtement de pierres grises, abri d'auto, arbustes bien taillés devant et grands arbres derrière.

Le chiffre est là, implacable. Valeur du bâtiment : 9000 $. En baisse de 60 000 $ depuis le rôle évaluation précédent. 

Des propriétaires ahuris imaginent déjà les promoteurs à leurs portes pour démolir puisque la maison ne vaut plus rien. 

À tous ces propriétaires, un même conseil : oubliez le chiffre d'évaluation du bâtiment. 

Ça ne veut rien dire. Incidemment, il est rare de vendre sa maison sans le terrain où elle est bâtie.

Le chiffre qui compte, c'est la valeur de la propriété (terrain et bâtiment). C'est ce que vous pouvez espérer obtenir si vous vendez.

Pourquoi alors perdre du temps à attribuer une valeur au bâtiment? On se le demande.

En fait, la seule raison, c'est que le gouvernement l'exige. La Ville de Québec avait demandé déjà à en être dispensée, mais ce fut refusé. 

Je ne serais pas surpris qu'elle revienne à la charge, car la mesure n'est pas utile et provoque de la confusion.

On peut par ailleurs se demander comment la Ville peut attribuer une valeur de bâtiment aussi dérisoire à des maisons qui, à l'évidence, valent bien davantage.

L'explication est technique mais simple à comprendre.

L'évaluateur fixe la valeur d'une propriété selon les critères suivants : transactions récentes dans le voisinage, grandeur du terrain, superficie habitable, qualité de construction, âge de la maison, etc.

 Il examine les ventes de terrains vacants et détermine la valeur du terrain au pied carré pour chaque voisinage.

 On fait la soustraction. Valeur de la propriété moins valeur du terrain = valeur du bâtiment. L'exercice est purement mathématique.

Le résultat n'a rien à voir avec la valeur intrinsèque de la maison, avec le soin mis à l'entretenir ou avec ce qu'il en coûterait pour reconstruire. Le chiffre est là parce qu'il fallait un chiffre pour être conforme à la loi.

Cela dit, le parc immobilier des quartiers centraux et des premières banlieues vieillit. Des travaux seront souvent nécessaires pour rénover ou remettre les maisons à niveau. Cela se traduit par des délais de vente plus longs et parfois, des prix d'évaluation inférieurs (ex. : Sainte-Foy, Sillery, Montcalm, etc.).

On ne s'étonne plus que des promoteurs préfèrent démolir et reconstruire à neuf, souvent deux unités plutôt qu'une, si ce n'est davantage.

Le chef de l'opposition, Paul Shoiry, s'en est inquiété la semaine dernière. L'écart entre la valeur des bâtisses et celui des terrains envoie le message que seul le terrain a de la valeur et que les maisons ne sont bonnes qu'à être démolies. M. Shoiry n'a pas tort.

La densification des banlieues heurte déjà beaucoup de sensibilités.

On se demande pourquoi maintenir une formule d'évaluation à deux vitesses (bâtisse et terrain) qui amplifie les inquiétudes sans apporter quoi que ce soit d'utile.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer