John Boehner rencontre le pape... puis démissionne-test

John Boehner a pris tout le monde par... (AP, Lauren Victoria Burke)

Agrandir

John Boehner a pris tout le monde par surprise.

AP, Lauren Victoria Burke

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Erica Werner, Alan Fram
Associated Press
WASHINGTON

Le président de la Chambre des représentants des États-Unis, John Boehner, a surpris ses collègues républicains en annonçant vendredi qu'il quittait l'un des postes les plus influents à Washington à la fin d'octobre, laissant le champ libre aux plus conservateurs qui lui tenaient tête.

Boehner, qui est deuxième dans l'ordre de succession à la présidence, a fait part de sa décision lors d'une réunion privée du caucus républicain, qui survient au lendemain de l'un des moments importants de sa carrière politique - une rencontre avec le pape François.

Le représentant républicain a obtenu 13 mandats consécutifs des électeurs de l'Ohio et il était président de la Chambre des représentants depuis janvier 2011.

Au bord du shutdown

Boehner a toutefois été confronté à la rébellion des membres les plus conservateurs du Parti républicain. Il aurait probablement été forcé de se soumettre à un vote de ses collègues pour déterminer s'il pouvait rester en poste - ce qui aurait été une première en plus de 100 ans.

Ces ultraconservateurs exigent que le financement accordé à un programme de planification des naissances soit retiré d'une loi devant permettre au gouvernement fédéral d'avoir le financement nécessaire pour continuer à fonctionner au-delà de l'échéancier de mercredi, à minuit. Si les élus ne s'entendent pas, le gouvernement américain pourrait être contraint d'interrompre ses activités, une fois de plus.

On ne sait pas encore avec certitude qui remplacera M. Boehner, mais le candidat le plus probable est le leader de la majorité républicaine à la Chambre, le représentant californien Kevin McCarthy.

McCarthy n'a pas manifesté son intention de briguer la présidence, vendredi, mais il pourrait le faire prochainement.

Le Tea Party convoite le poste

Les conservateurs du mouvement Tea Party voudront probablement placer un de leurs candidats à la tête de la Chambre.

«La première tâche d'un président [de la Chambre] est de protéger cette institution que nous chérissons tous. Je crois cependant que des bouleversements prolongés dans le leadership pourraient causer des dommages irréparables à l'institution. À cette fin, je vais démissionner de la présidence et de mon siège au Congrès le 30 octobre», a déclaré le politicien dans un communiqué publié peu après qu'il eut annoncé sa décision à ses collègues.

Ces querelles intestines au Congrès sont susceptibles d'embarrasser les candidats à l'investiture républicaine issus de Washington, qui se font vertement critiquer par les meneurs qui proviennent notamment du milieu des affaires.

Plusieurs d'entre eux se sont d'ailleurs réjouis de la décision de M. Boehner. «Je ne suis pas là pour insulter qui que ce soit, mais il était temps de tourner la page», a affirmé le candidat Marco Rubio.

Lors d'une conférence à la Maison-Blanche, le président Barack Obama s'est dit surpris par la nouvelle, qualifiant M. Boehner de «patriote». «C'est quelqu'un qui a compris que pour gouverner, tu n'as pas 100 pour 100 de ce que tu veux. Tu dois travailler avec des gens avec qui tu as des désaccords», a-t-il souligné.

 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer