• Le Soleil 
  • > L'auto en duo ou en trio: les entreprises mènent le bal à Montréal 

L'auto en duo ou en trio: les entreprises mènent le bal à Montréal

<p>Patricia Cloutier</p>
Patricia Cloutier
Collaboration spéciale
Québec

Dans la métropole, les entreprises mènent le bal du covoiturage. En 2000, Bombardier Aéronautique a été une des premières à offrir à ses employés un programme de covoiturage, avec un coup de pouce du programme Allégo, de l'Agence métropolitaine de transport (AMT).

Après huit ans, l'engouement ne faiblit pas. «Le nombre d'équipage est en constante hausse. Ça crée des liens forts entre nos employés. Tellement que certaines équipes s'arrêtent parfois en chemin pour prendre une bière ou souper ensemble après le travail», explique Marc Duchesne, chef des affaires publiques de Bombardier Aéronautique.

Cette année, 1486 participants au programme ont été jumelés, ce qui représente un taux de participation de 12 %.

L'entreprise, qui craignait de devoir agrandir son stationnement, n'a pas eu à le faire. Et malgré qu'elle offre quatre «retours garantis» à ses covoitureurs, qui sont des coupons de taxi d'une valeur maximale de 20 $ à utiliser en cas d'urgence, à peine 20 % d'entre eux sont utilisés.

Quelque 218 autres entreprises ont suivi les traces de Bombardier Aéronautique en s'inscrivant au programme d'Allégo. «C'est un plus! On remarque qu'il y a une diminution des retards et des absences chez les covoitureurs», soutient Martine Rouette, agente d'information pour l'AMT.

Et Montréal continue de pousser dans cette direction. Le 6 juillet, La Presse annonçait que l'AMT aimerait créer des voies réservées au covoiturage et aux autobus express sur toutes les autoroutes de la métropole.

Rimouski, Granby et l'UQTR séduites

En 2005, le Réseau de covoiturage a débuté une vaste opération de séduction.

Depuis, les villes de Rimouski, de Granby, de Saint-Jérôme, l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), de même que le Collège Lionel-Groulx sont tombés sous le charme.

Cette entreprise privée les a attirés avec son service de jumelage par Internet clé en main. Par exemple, un résidant de Rimouski se connecte au portail Internet de sa ville pour trouver un covoitureur local, mais il a, du même coup, accès aux 11 000 membres québécois inscrits.

Le Réseau de covoiturage offre aussi à ses partenaires — les villes et les institutions — un calculateur de gaz à effet de serre et un service de messagerie SMS. Si un covoitureur ne peut se rendre au travail, il envoie un message directement sur le cellulaire de ses équipiers.

«Depuis l'augmentation du prix de l'essence, en mars, on a connu une croissance de 30 %», soutient Pierre-Olivier Girard, président du Réseau.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer