• Le Quotidien > 
  • Zone 
  • > Adaptation nécessaire pour les infirmiers et infirmières 

Adaptation nécessaire pour les infirmiers et infirmières

La surcharge de travail des infirmiers et infirmières ne permet pas... (123rf)

Agrandir

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La surcharge de travail des infirmiers et infirmières ne permet pas nécessairement d'avoir des conditions parfaites pour assimiler toutes les informations liées aux nouvelles technologies, mais les intervenants sont les premiers à vouloir maîtriser parfaitement les nouveaux outils.

C'est ce que remarque la présidente du syndicat des professionnels en soins au CIUSSS de Chicoutimi, Martine Côté. Selon elle, les nouveaux appareils qui offrent de meilleures avancées médicinales sont bien entendu accueillis à bras ouverts.

«L'adaptation se fait relativement bien puisque les infirmières ont toujours baigné dans le changement et elles ont toujours su s'adapter, fait valoir Mme Côté. En situation de surcharge de travail, le temps d'adaptation n'est peut-être pas suffisamment long pour leur permettre de tout assimiler. Cela dit, lorsque cette nouvelle technologie permet d'améliorer les soins, le personnel infirmier est toujours ouvert.»

Concernant les finissants en soins infirmiers, Martine Côté souligne qu'une adaptation doit aussi être faite lorsqu'ils atteignent le marché du travail.

«Entre faire un stage avec deux patients et se retrouver en unité de chirurgie avec 10 ou 12 patients le soir, il y a une marge, indique-t-elle. Évidemment, ils ont une base, mais ils n'apprennent pas tout à l'école.»

Profs et élèves dans le même bateau

Pour que les élèves reçoivent les meilleures formations possible, les enseignants doivent du même coup toujours chercher à se moderniser.

La coordonnatrice du programme en soins infirmiers du Collège d'Alma, Lynda Larouche, fait savoir que les enseignants sont dans l'obligation de maintenir leurs connaissances à jour.

«On doit suivre des formations spécifiques à l'aide de colloques, de formations, de colloques ou de lectures, explique la dame, qui remarque que le métier d'infirmière a beaucoup évolué au fil du temps.

«De plus en plus, l'infirmière prend beaucoup plus de place qu'il y a 10, 15 ou 20 ans. Par exemple, un patient peut rencontrer une infirmière sans nécessairement avoir besoin de rencontrer son médecin de famille. C'est pour cette raison que les formations sont tellement importantes. Les fonctions de l'infirmière ont beaucoup évolué et pour les enseignants, c'est important de bien former les élèves. Ça prend de plus en plus de compétences pour prodiguer les soins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer