Un travail scolaire pour stériliser des animaux

Dans le cadre d'un projet scolaire, Rose Taillon... (Photo courtoisie)

Agrandir

Dans le cadre d'un projet scolaire, Rose Taillon a organisé un événement pour parler de l'importance de la stérilisation. La voici accompagnée de Snoopy, son petit bichon maltais.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE / Rose Taillon est finissante cette année à la Polyvalente des Quatre-Vents de Saint-Félicien au programme d'éducation internationale (PEI). Dans le cadre de son projet personnel, la jeune fille de 16 ans souhaitait venir en aide aux animaux tout en ayant un impact dans la communauté.

«Au départ, je voulais venir en aide aux animaux abandonnés et je me suis rendu compte que tout découlait d'un manque de sensibilisation face à la stérilisation», précise Rose. Elle a donc fait un petit sondage parmi ses contacts afin de voir si les propriétaires de chats et de chiens étaient sensibilisés à la stérilisation. Après avoir compilé les 1500 réponses, elle s'est aperçue que c'était un véritable besoin. Avec la collaboration de la clinique vétérinaire Robervaloise, elle a donc vendu des billets pour amasser de l'argent dans le but de faire tirer deux stérilisations parmi les participants. Le 11 décembre 2016, elle organisait une soirée-conférence où le Dr Cherrouk Yacine, propriétaire de la clinique vétérinaire Robervaloise, et Tania Girard, comportementaliste, sont venus parler de stérilisation. 

À la fin de la soirée, Rose a pigé les gagnants. Son projet a permis à deux chiots de recevoir prochainement leur stérilisation gratuitement. De plus, ils partiront du bon pied grâce à une consultation gratuite avec la comportementaliste, Tania Girard. 

Animaux

Rose vit sur une ferme laitière à Saint-Prime. La ferme Larouche et frères, complètement modernisée et robotisée, compte 300 vaches. Plusieurs chats non stérilisés y vivent afin de repousser la vermine. «On accueille parfois des chats abandonnés et quand on a des chatons, on leur trouve des familles», souligne Rose. Éventuellement, elle aimerait avoir du budget pour faire stériliser les chats de la ferme. Dans la maison, elle a deux lapins, deux oiseaux, deux chiens et un chat. Les chiens et le chat sont stérilisés. Bien qu'elle aime les animaux, l'an prochain elle compte poursuivre au cégep en sciences humaines pour peut-être se diriger vers des études en langue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer