7e édition de midi-passiona

François Soucy, Laurence Roy Trembay et Daniel Tremblay... (Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

François Soucy, Laurence Roy Trembay et Daniel Tremblay se passionnent pour la musique rock.

Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

CHRONIQUE / Le 24 novembre dernier, l'école secondaire Charles-Gravel, située à Chicoutimi Nord, présentait sa septième édition de son événement Midi-Passion. Cette activité, se déroulant de 11h30 à 13h, a permis aux élèves de visiter une trentaine de stands tenus par des passionnés de musique, d'animaux, de sports, de dessin, etc.

L'enseignant en éthique et culture religieuse, Régis Aubé,... (Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau) - image 1.0

Agrandir

L'enseignant en éthique et culture religieuse, Régis Aubé, a rassuré les élèves qui appréhendent déjà le fameux cours de philo au cégep.

Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Parmi les exposants, on retrouvait une dizaine d'enseignants, dont Daniel Tremblay, qui enseigne l'anglais, et François Soucy, qui enseigne en éthique et culture religieuse. Les deux collègues s'étaient réunis pour tenir un stand sur la musique rock. Ils étaient accompagnés de Laurence Roy Tremblay, la fille de monsieur Daniel, qui a la même passion que son père. «Pour son premier spectacle, j'ai amené ma fille voir Paul McCartney en 2011», souligne monsieur Daniel. Celle qui a grandi dans cette musique des années 70-80, dont la qualité sonore est selon elle incomparable, a quand même laissé la chance à la musique actuelle d'entrer dans sa vie. «Le 25 février prochain, je vais aller voir Maroon 5 au Centre Bell avec ma soeur de 15 ans», projette la jeune fille de 16 ans. Leur complice paternel ira les reconduire.

Selon l'éducateur en prévention des dépendances, Tommy Duchesne, avoir une passion prévient les risques de dépendances. Quand on parle de dépendances, on pointe tout abus qui devient malsain, que ce soit la dépendance à son cellulaire, à son chum, à sa blonde, à la drogue, etc.

Régis Aubé, qui enseigne en éthique et culture religieuse, a présenté sa passion pour la lecture philosophique. Sa collection compte une centaine de livres. «À ceux qui s'intéressent à la philosophie, je leur conseille toujours de commencer par lire des livres qui parlent de philosophes, comme Platon, par exemple», explique monsieur Régis. Il a rassuré Sarah Rebaine et Gabrielle Bergeron Tremblay qui appréhendent leurs études collégiales à cause de ce cours obligatoire qu'est la philo. Depuis toujours, on entretient un mythe comme quoi le prof demandera à ses étudiants si une roche a des sentiments! Monsieur Régis leur a dit que ce n'était pas si compliqué que ça!

Dans la logistique de cet événement, qui présentait une trentaine de kiosques, monsieur Tommy a pu compter sur l'aide de trois étudiantes en éducation spécialisée du Cégep de Chicoutimi. «Hier, plusieurs représentants de différents organismes, qui gravitent autour des jeunes, sont venus présenter leurs services. Ces services, comme Nez Rouge, peuvent les encadrer et les protéger», souligne Sara Boivin, stagiaire en prévention des toxicomanies, qui a aussi épaulé monsieur Tommy dans cet audacieux midi bien rempli.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer