Une justice de classe, craint un sociologue

Le sociologue Jean-Marie Tremblay... (Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le sociologue Jean-Marie Tremblay

Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(CHICOUTIMI) Guy Turcotte et Cathie Gauthier: deux parents qui tuent leurs enfants, deux verdicts. Les moyens financiers de Guy Turcotte lui ont-ils permis d'aller chercher un meilleur jugement que Cathie Gauthier?

C'est le questionnement que se pose le sociologue Jean-Marie Tremblay, qui se demande si on n'a pas affaire à une justice de classe au Québec

«D'après ce que j'ai lu en suivant le procès, il est clair que Cathie Gauthier a traversé un moment de détresse lorsqu'elle et son conjoint ont tué leurs enfants, explique-t-il. Pourtant, on ne semble pas avoir pris en compte son désarroi. Elle apparaissait comme une femme totalement démunie et démoralisée devant la justice. Pourtant, elle a été déclarée coupable de meurtre au premier degré, alors que Guy Turcotte a été jugé non responsable».

Le sociologue se demande si Guy Turcotte n'a pas été privilégié par ses moyens financiers et sa condition de médecin. «Il est clair que Cathie Gauthier n'avait pas les moyens d'étirer les procédures et de préparer sa défense sur deux ans», juge-t-il. Le couple avait d'ailleurs décidé de mettre fin à ses jours pour des raisons financières.

Manifestation

«Au lieu de manifester pour une condamnation, les gens devraient manifester pour une meilleure accessibilité à la justice, peu importe les moyens financiers et intellectuels», estime-t-il. Il considère que les mieux nantis sont présentement favorisés dans leur défense par rapport aux personnes démunies.

«Je comprends les gens de ne pas approuver le verdict de Guy Turcotte, mais les personnes mécontentes devraient aborder la situation autrement, explique-t-il. Personnellement, je suis tout à fait en désaccord avec la décision rendue. C'est comme si on nous déresponsabilisait des conséquences de nos actes. Ce qui distingue l'homme de l'animal, après tout, c'est l'intelligence.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer