Quand rénover devient une passion

  • Le salon avant les travaux. (France Morin)

    Plein écran

    Le salon avant les travaux.

    France Morin

  • 1 / 12
  • Le salon après les rénovations. (Mélissa Bradette)

    Plein écran

    Le salon après les rénovations.

    Mélissa Bradette

  • 2 / 12
  • Le salon et le hall d'entrée étaient à aire ouverte à l'origine. (France Morin)

    Plein écran

    Le salon et le hall d'entrée étaient à aire ouverte à l'origine.

    France Morin

  • 3 / 12
  • France a installé un mur et une porte coulissante pour séparer le hall d'entrée du salon. (Mélissa Bradette)

    Plein écran

    France a installé un mur et une porte coulissante pour séparer le hall d'entrée du salon.

    Mélissa Bradette

  • 4 / 12
  • La salle à manger avant les travaux. (France Morin)

    Plein écran

    La salle à manger avant les travaux.

    France Morin

  • 5 / 12
  • L'ajout d'une banquette d'un nouveau luminaire et d'une table antique a complètement transformé la salle à manger. (Mélissa Bradette)

    Plein écran

    L'ajout d'une banquette d'un nouveau luminaire et d'une table antique a complètement transformé la salle à manger.

    Mélissa Bradette

  • 6 / 12
  • La cuisine actuelle. (Mélissa Bradette)

    Plein écran

    La cuisine actuelle.

    Mélissa Bradette

  • 7 / 12
  • Le meuble de la salle d'eau a été fait à partir d'une pièce du mobilier de salon. (Mélissa Bradette)

    Plein écran

    Le meuble de la salle d'eau a été fait à partir d'une pièce du mobilier de salon.

    Mélissa Bradette

  • 8 / 12
  • Un prélart couvrait le plancher de bois d'origine. La propriétaire a retiré le vieux revêtement et restauré le plancher de bois. (Mélissa Bradette)

    Plein écran

    Un prélart couvrait le plancher de bois d'origine. La propriétaire a retiré le vieux revêtement et restauré le plancher de bois.

    Mélissa Bradette

  • 9 / 12
  • La chambre principale. (Mélissa Bradette)

    Plein écran

    La chambre principale.

    Mélissa Bradette

  • 10 / 12
  • Le papier peint de la pièce qui sert aujourd'hui d'atelier a été conservé pour donner une touche vieillotte au décor. (Mélissa Bradette)

    Plein écran

    Le papier peint de la pièce qui sert aujourd'hui d'atelier a été conservé pour donner une touche vieillotte au décor.

    Mélissa Bradette

  • 11 / 12
  • Une belle grande terrasse garnie de fleurs. (Mélissa Bradette)

    Plein écran

    Une belle grande terrasse garnie de fleurs.

    Mélissa Bradette

  • 12 / 12

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Bradette
Le Quotidien

La rénovation est devenue une véritable passion pour France Morin. Cette dernière a fait l'acquisition de dix maisons au cours de sa vie. De ce nombre, elle en a rénové neuf. Au fil de ses achats et rénovations, France a développé une expertise qui fait maintenant d'elle rénovatrice aguerrie.

France Morin est une rénovatrice aguerrie. Sa propriété... (Mélissa Bradette) - image 1.0

Agrandir

France Morin est une rénovatrice aguerrie. Sa propriété actuelle est sa neuvième rénovation. Lorsqu'elle choisi une maison, elle s'attarde beaucoup au secteur pour s'assurer que le quartier correspondra à son monde de vie, ainsi qu'à celui de sa fidèle compagne, Gala.

Mélissa Bradette

Astuces de magasinage

Lorsqu'elle magasine une maison, elle sait exactement à quels éléments elle doit s'attarder et elle est capable de percevoir le potentiel d'un bâtiment.

«Quand j'ai un nouveau projet de maison en tête, je ne recherche pas un coup de coeur. J'ai même déjà acheté des maisons en très mauvais état, pour les remettre belles. Ce qui ne veut pas dire pour autant que j'achète n'importe quoi. Au contraire, chacun de mes achats est réfléchi. Avant de me lancer dans un nouveau projet de maison, je prends le temps de dresser la liste de mes besoins et j'étudie les secteurs de la ville où il pourrait être intéressant de m'établir. En fait, le choix du quartier apparaît en tête de liste de mes critères de sélection. Le quartier, c'est notre milieu de vie, il ne faut surtout pas négliger cet aspect ! Pour moi qui aime la nature, qui vit seule avec un chien très actif, les quartiers peuplés d'arbres matures, qui profitent de parcs ou d'espaces permettant la pratique d'activités de plein-air sont très attrayant, parce qu'ils correspondent davantage à mes besoins. C'est d'ailleurs pour ces raisons que je suis tombée sous le charme du quartier que j'habite présentement. À quelque pas de ma maison, j'ai accès à des sentiers en forêt où je peux aller marcher avec mon chien», explique France Morin, qui s'Est récemment établie à proximité du Mont Jacob.

«Une fois que mon choix de quartier est fait, je me lance dans la recherche de propriétés. Quand je visite une maison, je m'attarde à la coquille, à la structure. Le bâtiment est-il en bon état ? A-t-il été bien entretenu ? À quand remontent les dernières rénovations ? Y a-t-il eu des travaux majeurs d'effectués dans les dernières années ? Les fondations sont-elles saines ? Voilà autant de points auxquels je m'attarde. Un petit conseil : il ne faut surtout pas avoir peur de demander à visiter la maison de la cave au grenier et d'avoir recours à un professionnel en inspection de bâtiment pour avoir l'heure juste.»

Mme Morin s'attarde beaucoup à l'état général d'un bâtiment, par contre, elle prête peu d'importance aux divisions intérieures. «Pour moi, il s'agit d'un élément secondaire, puisqu'avec les nouvelles technologies on peut déplacer des divisions et des murs porteurs.»

L'orientation du bâtiment est un autre point auquel France porte une attention particulière. «Lorsqu'une maison m'intéresse, je prends le temps de venir plusieurs fois sur les lieux, à des heures différentes de la journée pour voir si l'orientation correspond au type de vie que je fais. Cette façon de faire m'aide à bien orienter les transformations que j'envisage apporter au bâtiment», affirme cette dernière.

La fonction avant le beau

Bien qu'elle adore le design d'intérieur et l'architecture, France demeure néanmoins très classique lorsque vient le temps d'aménager ses habitations.

« Au fil de mes expériences j'ai appris qu'il ne faut pas acheter en fonction des aménagements et structures à la mode. Souvent les gens achètent parce qu'ils ont un coup de coeur pour la déco et les aménagements dont le design s'inspire des tendances dernier cris. Au final, ce choix est rarement gagnant, car nos goûts changent et on se lasse rapidement des aménagements «trendy». J'adhère davantage à la nouvelle vision des architectes, selon laquelle les nouveaux espaces à vivre doivent être étudiés et conçus en fonction de notre mode de vie. L'idée derrière cette philosophie est de maximiser l'utilisation de l'espace en se collant aux besoins et aux habitudes de vie des occupants. Aussi, lorsque je refais une maison j'y vais toujours très simple. J'analyse mes besoins et je conçois les plans de chaque pièce en fonction de ceux-ci. Par exemple, je suis petite, donc, même si j'avais une grande quantité d'armoires en hauteur dans la cuisine, je ne les utiliserais pratiquement pas et les murs de cette pièce seraient inutilement chargés ce qui aurait pour effet d'alourdir le décor. Je conçois donc mes plans de cuisine en aménageant les armoires uniquement dans les structures du bas», souligne la rénovatrice d'expérience.

« Une maison ce n'est pas un bibelot, c'est un lieu vivant, qu'on habite et qu'on fera évoluer dans le temps. D'où l'importance de s'approprier son intérieur. Lorsqu'on crée des aménagements, il ne faut pas le faire dans une optique esthétique, mais pratique. La fonction doit primer sur le beau. D'une manière ou d'une autre, lorsque des aménagements sont biens conçus l'esthétique vient naturellement compléter ceux-ci. En somme, une bonne conception de l'organisation spatiale constitue la pierre angulaire d'un projet de réno réussi.»

Restaurer et recycler au maximum

Dans chacun de ses projets de réno, France se fait un devoir de récupérer le maximum de matériaux. Elle recycle aussi beaucoup de vieux meubles. Par exemple, le meuble sur lequel repose le lavabo dans la salle d'eau de sa maison actuelle a été fait à partir d'une structure en bois du salon qui servait de bibliothèque, de meuble télé et de bar. Le plancher de bois est aussi d'origine. Il a seulement été sablé et huilé.

«Pour chaque travaux effectué, il faut estimer le coût en matériaux, mais aussi en temps homme. Parfois, on pense que retaper sera moins dispendieux que remplacer, mais si on calcule le temps homme investit, l'option des matériaux neuf s'avère plus économique. Il importe donc de bien analyser chacun des travaux que l'on prévoit effectuer en tenant compte de tous les aspects, c'est-à-dire le coût des matériaux, le travail requis (nombre d'heures estimées) et le budget dont on dispose. Par exemple, les murs de ma maison actuelle étaient très endommagés et du papier peint recouvrait la majorité de ceux-ci. Au départ je voulais retirer le papier peint et restaurer tous les murs, ce qui aurait nécessité un très gros travail. À la place, j'ai choisi de recouvrir les murs de planches en Fibrex, qu'un ami a fabriqué pour moi. Au final, j'ai réalisé des économies de temps et d'argent, et le style des planches donne un cachet distinctif aux pièces», fait valoir Mme Morin.

Pourquoi rénover au lieu d'acheter du neuf ?

«J'aime les maisons existantes parce qu'elles ont du vécue, elles font partie de l'histoire d'un quartier. Lorsque je les rénove, j'ai l'impression de faire revivre le bâtiment et j'ai le sentiment de contribuer à revitaliser le secteur où j'ai choisi de m'établir. Je prends le temps d'élaborer chaque projet de rénovation de manière à préserver le cachet du bâtiment. Trop souvent, les gens souhaitent moderniser à tout prix une bâtisse et au final le style architectural n'est pas respecté, ce qui a pour effet de dénaturer le bâtiment», note France Morin.

« Sur le plan plus pratico-pratique, le fait de s'installer dans une maison existante permet de profiter d'éléments qui, dans le cas d'une construction neuve, sont souvent réalisés dans les années qui suivent le chantier. Je pense, notamment, à l'aménagement paysager, aux arbres matures, au fait de profiter d'une belle galerie et d'une terrasse garnie de vivaces et de grimpants. Ces éléments sont dispendieux et doivent être prévus dans un budget, tandis que dans le cas d'une maison existante, tout est déjà là.»

France vient tout juste de compléter la rénovation intérieure de sa plus récente acquisition, mais déjà, elle planifie de s'attaquer à l'extérieur de ce bâtiment. « Ce ne sera pas pour cette année, mais j'ai déjà commencé à travailler des croquis », dit-elle sur une note enthousiaste.

D'ici là, la bricoleuse aura bien d'autres occasions de s'amuser à transformer des maisons, puisque plusieurs connaissances se réfèrent régulièrement à son expertise lorsqu'ils ont des projets de rénovation.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer