Les succulentes ont la cote

Faciles d'entretien, ne demandant que très peu d'eau et de nutriments, les... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie Richard
Le Quotidien

Faciles d'entretien, ne demandant que très peu d'eau et de nutriments, les succulentes font le bonheur de tous. Depuis quelque temps, elles ont même atteint le rang de véritables chouchoutes. On les retrouve un peu partout, dans les centres jardins, chez les fleuristes, mais aussi dans les supermarchés, les boutiques cadeaux et les magasins de décoration.

On les apprécie surtout pour leurs formes exotiques, leur facilité d'entretien et les nombreuses possibilités d'agencement qu'elles nous offrent.

Ce que l'on appelle aujourd'hui les plantes succulentes, et que l'on nommait il n'y a pas si longtemps encore les plantes grasses, sont en fait des plantes charnues dont les tissus sont riches en eau.

Pouvant survire dans des régions arides et semi-raides, elles ont la capacité d'emmagasiner l'eau dans leurs feuilles, leurs tiges ou leurs racines.

On les retrouve dans plus d'une cinquantaine de familles botaniques, dont les Cactacées (cactus), les Crassulacées (crassulas), les Euphorbiacées (euphorbes), les Liliacées (aloès), les Agavacées (agaves) et les Aizoacées (lithops).

À l'instar de nombreux autres végétaux, les cactus font ainsi partie de la grande famille des succulentes.

Bien que l'on retrouve la majorité des plantes succulentes dans les régions tropicales ou subtropicales, il existe des variétés qui résistent mieux aux climats froids. On en retrouve d'ailleurs au Canada dont quatre espèces de cactus indigènes : l'Escobaria vivipara, l'Opuntia fragilis, l'O. polyacantha et l'O. humifosa.

Entretien

Selon le jardinier paresseux (Larry Hodgson) «Il n'est pas du tout logique de cultiver des succulentes, qui préfèrent un milieu aride, dans un terrarium, où l'air est très humide...ce qui n'empêche pas aux stylistes d'en préparer pour la vente».

Les succulentes préfèrent évidemment le soleil. Placées près d'une fenêtre exposée au sud, elles seront pour la plupart comblées. On peut tout de même les éloigner de la fenêtre tant qu'elles aient au moins quelques heures d'ensoleillement direct par jour.

On évite de les placer dans des pots sans trou de drainage et dans des terrariums, car il devient alors difficile de contrôler leur apport en eau et les risques de moisissure sont plus élevés.

Quant à leur besoin en eau, les plantes succulentes croisent davantage au printemps et à l'été. On peut ainsi les arroser hebdomadairement, en s'assurant bien que le terreau s'assèche complètement entre les arrosages.

Par contre, à l'automne et à l'hiver, les succulentes entrent dans une sorte de dormance. Il faut alors réduire l'arrosage à raison d'environ une fois par mois.

On peut leur donner de l'engrais entre les mois de mars et d'octobre. Cela n'est toutefois pas indispensable. Sans engrais, elles devraient continuer leur croissance.

Pendant la saison estivale, on peut aussi transporter les succulentes à l'extérieur. Cependant, il est bien important de les acclimater à la température extérieure de façon progressive. On les place d'abord à l'ombre pour quelques jours, puis à la mi-ombre, avant de les exposer graduellement au plein soleil.

Multiplication

Les succulentes offrent diverses possibilités de multiplications généralement assez simples. On peut les multiplier par semis, de la même façon que d'autres végétaux, ou encore par bouture, divisions ou séparation des rejets.

L'une des particularités des succulentes est qu'il importe de laisser sécher la blessure occasionnée par la coupe avant de rempoter la bouture. Cela peut prendre de quelques jours à quelques semaines.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer