Vivre et habiter le mode écologique en famille

  • La maison fait face au Sud afin de tirer le plus d'ensoleillement possible. De la rue, on peut donc apercevoir le derrière de la maison qui possède moins de fenêtres possible, ce qui aide à conserver la chaleur à l'intérieur. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    La maison fait face au Sud afin de tirer le plus d'ensoleillement possible. De la rue, on peut donc apercevoir le derrière de la maison qui possède moins de fenêtres possible, ce qui aide à conserver la chaleur à l'intérieur.

    Claudie Laroche

  • 1 / 9
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 2 / 9
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 3 / 9
  • Le foyer de masse. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Le foyer de masse.

    Claudie Laroche

  • 4 / 9
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 5 / 9
  • Stéphanie a aménagé sa cuisine afin qu'elle soit efficace et de façon à optimiser tout l'espace. L'îlot est d'ailleurs un coffre à outil sur lequel un plan de travail a été installé. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Stéphanie a aménagé sa cuisine afin qu'elle soit efficace et de façon à optimiser tout l'espace. L'îlot est d'ailleurs un coffre à outil sur lequel un plan de travail a été installé.

    Claudie Laroche

  • 6 / 9
  • Dans l'optique de ne pas acheter du neuf lorsqu'on peut éviter, le bain sur pattes a été acheté sur un site d'annonces classées et remaillé. Pour le couple, il est important de redonner vie à des objets qui sont toujours viables afin de participer à la protection de l'environnement. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Dans l'optique de ne pas acheter du neuf lorsqu'on peut éviter, le bain sur pattes a été acheté sur un site d'annonces classées et remaillé. Pour le couple, il est important de redonner vie à des objets qui sont toujours viables afin de participer à la protection de l'environnement.

    Claudie Laroche

  • 7 / 9
  • Ce lavabo est aussi un article de seconde main que le couple a déniché. Une pièce magnifique dans la petite salle de bain. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Ce lavabo est aussi un article de seconde main que le couple a déniché. Une pièce magnifique dans la petite salle de bain.

    Claudie Laroche

  • 8 / 9
  • Le garde-manger est un endroit non-chauffé. Il a été conçu afin de maximiser l'espace de rangement. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Le garde-manger est un endroit non-chauffé. Il a été conçu afin de maximiser l'espace de rangement.

    Claudie Laroche

  • 9 / 9

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claudie Laroche
Le Quotidien

David Marcoux et Stéphanie Bourguignon vivent dans l'Écohameau de La Baie, un magnifique endroit où les habitants partagent les mêmes valeurs : l'écologie, l'entraide et le partage. Un choix de vie que le couple ne regrette pas une miette.

L'idée de déménager au Saguenay, plus précisément sur le chemin des battures à La Baie trottait dans la tête de David et Stéphanie depuis déjà un certain temps. Étant à l'emploi d'une grande compagnie minière sur la Cote Nord, David avait les moyens financiers nécessaires pour s'acheter une grosse maison et y loger ses trois enfants. En plus du domicile familial, la famille possédait tous les jouets désirés tels que des motocross, des motoneiges et des véhicules tout terrain. La vie rêvée.

Après quelques années, David et Stéphanie sentaient que leur mode de vie ne leur convenait plus. Ils possédaient tout ce dont ils désiraient autrefois, mais l'appel vers une façon de vivre différente les a interpelés. C'est donc en passant des heures à faire des recherches qu'ils découvrent l'Écohameau de La Baie, l'endroit idéal selon eux pour satisfaire leur envie de simplifier leur mode de vie et de respecter l'environnement. « On s'est rendu compte qu'on n'avait pas besoin de tout le matériel que nous avions. Ça ne nous rendait pas plus heureux », décrit celui qui a vécu dans plusieurs villes de l'est des États-Unis avec sa famille et qui croit que leur nouveau pied à terre est le meilleur endroit qu'ils ont habité.

Vivre au Écohameau

L'Écohameau de La Baie est situé au confluent du fjord du Saguenay et de la Baie des Ha ! Ha !, à une dizaine de kilomètres du centre-ville de La Baie. Il est un projet du Groupe de recherches écologiques de La Baie (GREB). Sa particularité repose sur une règlementation municipale spécifique: un plan d'implantation et d'intégration architecturale (PIIA). Dans ce secteur, les demeures doivent entre autres, être construites de façon à utiliser au maximum le chauffage solaire passif et les matériaux permis à l'extérieur, sauf pour la toiture, sont le bois, le crépis ou la pierre. Les toits végétaux de chaume et de bardeaux de bois sont privilégiés alors que le bardeaux d'asphalte et le métal (cuivre, tôle ondulée, bardeaux, etc.) sont interdits.

La décision

David et Stéphanie, avant d'emménager, décident de rendre visite aux gens du quartier avant de confirmer leur choix et ils ne sont pas déçus. Tous les gens du voisinage les ont reçus chaleureusement et ont répondu à leurs 1001 questions, tout comme le couple l'a fait avec l'auteure de ces lignes. Ils se sont aperçus que non seulement le mode d'habitation était ce qu'ils recherchaient, mais aussi que le mode de vie correspondait à leurs valeurs. « Tout le monde s'entraide ici. Il y a des fêtes de quartier, on s'aide tous ensemble lorsque quelqu'un a besoin. Nous partageons nos outils. C'est vraiment le fun de partager nos connaissances tous ensemble », explique David.

La maison des Marcoux-Bourguignon respecte les conditions du PIIA en utilisant la cellulose soufflée pour son isolation, un toit de bardeau de cèdres, un recouvrement extérieur de bois et des murs à double ossature pour ne nommer que ceux-là. Le chauffage provient de l'ensoleillement et du foyer de masse, que David recommande à n'importe quelle habitation. Sa demeure a été pensée pour utiliser le moins possible d'énergie. « Puisque le GREB a comme mission de trouver des solutions pour vivre à une ère post-pétrolière, nous faisons en sorte de trouver des solutions pour utiliser le moins possible les produits du pétrole. Par exemple, si nous avions du gazon, nous ne pourrions le tondre avec une tondeuse à gaz », image David.

Certains habitants vont plus loin dans leur concept en utilisant des fours à bois pour la cuisson des aliments, de la paille pour la construction de la maison ou des toilettes à compost. Plusieurs s'adonnent au jardinage, créant de magnifiques jardins et serres. Au final, le GREB vise à « favoriser l'essor d'un mode de vie écologiquement, socialement et économiquement viable », peut-on lire sur la Toile.

Pour David, Stéphanie et leur famille, leur nouveau mode de vie cadre parfaitement avec leur vision des choses. La maison a été bâtie selon les gouts des propriétaires, leur but étant de construire intelligemment, selon leurs besoins, et ce, dans le respect de l'environnement.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer