Des bâtisses tout droit sorties d'un film western

Vous avez sans doute déjà remarqué, dans les centres-villes, ces bâtisses... (Mélissa Bradette)

Agrandir

Mélissa Bradette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Bradette
Le Quotidien

Vous avez sans doute déjà remarqué, dans les centres-villes, ces bâtisses carrées, à toiture plate, parées d'une ornementation concentrée dans la partie supérieure de la façade qui leur donne un air de maisons du Far West. Il s'agit de bâtisses de style Boomtown. D'ailleurs, la maison Boomtown est aussi connue sous le nom de «maison à façade postiche», désignation qui souligne sa ressemblance avec les décors du cinéma western.

Vous avez sans doute déjà remarqué, dans les... (Mélissa Bradette) - image 1.0

Agrandir

Mélissa Bradette

Vous avez sans doute déjà remarqué, dans les... (Mélissa Bradette) - image 1.1

Agrandir

Mélissa Bradette

Le style «American Boomtown», courant de l'architecture domestique et commerciale, est associée aux villes champignons créées en périphérie des usines et des industries minières. Plus précisément, l'architecture «American Boomtown» s'est surtout développée au sortir de la crise économique de 1870. La charpente à claire-voie, ou «Balloon Frame» des maisons Boomtown constituait à l'époque une option de construction à la fois économique et rapide pour faire face à la forte croissance des villes industrielles.

Caractéristiques architecturales

De facture sobre, les maisons Boomtown sont généralement habillées de briques, parfois de bois ou de bardeaux d'amiante. Sur le plan architectural, elles se distinguent par leur façade simple, leur volume carré ou rectangulaire de deux ou trois étages, leur toiture plate (toit dit à bassin), ou à très faible pente vers l'arrière (toit dit à égout extérieur), leurs ouvertures alignées entre les étages en façade, leur ornementation au niveau du couronnement (corniches et/ou parapet décoratif qui s'élève au-delà du toit), ainsi que leurs galeries, souvent déployées sur toute la partie avant et parfois sur plusieurs faces. Certains modèles arborent aussi de fausses mansardes élaborées inspirées du style Second Empire.

En milieu urbain, on remarque que le rez-de-chaussée des maisons Boomtown est souvent à vocation commerciale. La devanture se distingue alors par ses imposantes vitrines donnant sur la rue.

Portes et fenêtres

En ce qui a trait aux ouvertures, sur les modèles d'origine, on retrouve des portes à panneaux en bois peint, parfois couronnées d'une imposte. Les fenêtres sont à guillotine, en bois peint, avec ou sans meneaux décoratifs dans la partie supérieure. Dans le cas des maisons dotées de fenêtres à battant, ces dernières sont en bois peint avec imposte.

La maison familiale idéale

Volumineuses et bien éclairées, les maisons Boomtown pouvaient aisément loger des familles nombreuses. C'est d'ailleurs à ce gain d'espace, combiné à un faible coût de construction, que la maison Boomtown doit sa grande popularité.

Comme le démontre cet extrait d'un texte dithyrambique paru dans le catalogue de la Sears, Roebuck and Company, la maison Boomtown constituait une option à la fois pratique et économique pour les familles. C'est une maison, assure-t-il, «avec des appartements pour quatre familles, réservant quatre pièces à chaque famille» et dont «l'agencement économique du plan prévoit un unique escalier pour l'étage et une seule porte menant au vestibule». De quoi rentabiliser les quelque deux mille dollars nécessaires à sa construction et en faire «un investissement exceptionnellement payant »!

De 1910 à 1950

Courant architectural né au tournant du 19e siècle, le style Boomtown a connu une certaine popularité jusque dans les années 1950.

Au Québec, la municipalité de <saxo:ch value="226 128 168"/>Malartic, ville minière de la MRC de La Vallée-de-l'Or (Abitibi-Témiscamingue), est une agglomération qui se distingue par la forte présence du style Boomtown. Le patrimoine bâti du Saguenay-Lac-Saint-Jean, région comportant plusieurs villes de compagnies fondées au début du 20e siècle, renferme aussi de beaux bâtiments unifamiliaux de style Boomtown. En outre, on retrouve encore quelques modèles de maisons Boomtown qui ont conservé leur style d'antan, dans plusieurs secteurs de Saguenay, notamment dans les centres-villes de Jonquière, Chicoutimi et La Baie. La prochaine fois que vous irez dans ces secteurs, portez une attention particulière aux détails architecturaux de ces bâtiments d'une autre époque!

Sources:

Musée Virtuel Canada, www.virtualmuseum.ca/sgc-cms/expositions-exhibitions/toit-roof/fr/lestemps/chaine/boom_histo.html

Fiche 8. Fiche-conseil à la rénovation patrimoniale, Ville de Saguenay, http://ville.saguenay.ca/fr/media/viewst/services_aux_citoyens/construire_et_renover/renovations_patrimoniales/fiche8_la_maison_boomtown.pdf

Stevenson, Katherine Cole et Jandl, H. Ward. Houses by Mail. A Guide to Houses from Sears, Roebuck and Company. Washington, Preservation Press, 1986, p. 337.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer