Le Dynamic Seismic Hotel résiste aux secousses sismiques

Plusieurs prédisaient que le début de l'année 2000 nous mènerait directement... (Margot Krasojević)

Agrandir

Margot Krasojević

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claudie Laroche
Le Quotidien

Plusieurs prédisaient que le début de l'année 2000 nous mènerait directement vers des inventions futuristes et que notre monde allait bouleverser. Force est de constater que notre société évolue, mais pas au point où nous conduisons maintenant des automobiles volantes ou que des robots font nos tâches ménagères. Néanmoins, déjà plusieurs concepts innovateurs ont été élaborés sur la planète. Pour commencer l'année 2017, voici une idée originale de l'architecte Margot Krasojevi qui propose un hôtel s'adaptant aux tremblements de terre.

Plusieurs prédisaient que le début de l'année 2000... (Margot Krasojević) - image 1.0

Agrandir

Margot Krasojević

Défiant les règles de la nature et de l'architecture, Margot Krasojevi présentait en janvier 2016 un modèle d'hôtel qui s'ajustera avec les mouvements de la Terre lors d'un tremblement.

La conception de l'hôtel intègre les effets de tremblements de terre et des dislocations dans l'environnement immédiat. La programmation des réactions de l'infrastructure a été effectuée à partir d'une terre en Italie, qui possède une longue histoire de tremblements de terre dont la fréquence de séismes augmente. On a donc donné le pouvoir à ce design de contenir et réduire non seulement la destruction du bâtiment, mais aussi des accidents mortels en conséquence des nombreux tremblements de terre dans la province occidentale, près de Naples.

Un système mouvant

Le plan du Dynamic Seismic Hotel consiste en trois éléments séparés qui s'éloignent l'un de l'autre quand les tremblements sont enregistrés par les sismographes de l'hôtel. Les bâtiments sont construits d'un cadre léger d'aluminium, de verre laminé multicouche et de murs de polymères recyclés résistants, légers et malléables. Ces caractéristiques lui permettent de mieux d'adapter aux éléments qui entourent le bâtiment et de bouger sur sa fondation de la forme d'un parallélogramme. Une fois libérés du cadre, les panneaux (murs) se plient, se déplacent et tournent avec le tremblement. Les plates-formes intérieures sont directement attachées aux amortisseurs sismiques qui vibrent. Ce déplacement est néanmoins d'une force minimum pour aider les résidents à se déplacer dans des chemins d'évasion conçus dans le design.

Le plan entier est assis sur une série de cadres de parallélogramme agissant comme les amortisseurs sismiques. Ceux-ci sont une partie partiellement exposée de la fondation. Faits de caoutchouc, ils absorbent l'énergie produite par le séisme, réduisant l'énergie cinétique alors que les matériaux légers reposant sur la fondation limitent et réduisent l'élan. Dans le cas d'un séisme de niveau 5 sur l'échelle de Richter, la structure est conçue pour se détacher elle-même, évitant une destruction fatale.

Qui plus est, l'hôtel serait équipé de tout l'équipement technologique nécessaire pour capter d'éventuels tremblements de terre et ainsi se préparer à absorber le choc. D'ailleurs, le plateau autour de la construction, qui ressemble à une structure de toit non recouvert, est autant un élément du paysage qu'un autre outil de détection de la force d'un séisme.

Les travaux de Margot Krasojevi sont impressionnants et poussent des idées inconcevables à des projets qui pourraient inspirer des générations à venir. Au Canada, elle avait d'ailleurs élaboré le concept d'une prison dans l'océan Pacifique qui agirait aussi comme centrale hydroélectrique. Ses travaux sur la prison avaient pour but de refléter l'effet de l'architecture sur la psychologie humaine. Bref, Margot Krasojevi repousse les limites du possible dans chaque création.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer