Les maisons Wartime: des constructions pour la guerre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claudie Laroche
Le Quotidien

(Saguenay) Lorsque le Canada entre en guerre contre l'Allemagne en 1939, l'économie va bon train et tous les travailleurs se concentrent vers les villes où les usines se trouvent afin de contribuer à l'effort de guerre. Avec la venue de ces nouveaux travailleurs, une pénurie de logements s'installe, si bien que des familles doivent s'entasser par dizaine dans de petites maisons beaucoup trop exigües pour leur nombre.

Pour pallier à ce problème, le gouvernement fédéral canadien crée, en 1941, la compagnie Wartime Housing Limited, ancêtre de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, pour construire et louer des maisons aux travailleurs des usines de guerre. Il s'agit de maisons unifamiliales de très petite taille, conçues pour être assemblées très rapidement (notamment grâce à leurs toits, murs et charpente préfabriqués) et facilement démontables. Dans l'esprit d'ériger des constructions temporaires, soutenues sur des piliers de cèdre, sans sous-sol et entièrement faites de bois, un matériau jugé non essentiel à l'industrie de la guerre.

Le quartier Saint-Mathias d'Arvida constitue l'un des meilleurs exemples au Canada de l'application de ce programme, puisqu'on y trouvait près de 500 maisons de la Wartime Housing en 1946. À la fin de la guerre, certaines de ces maisons seront démontées et reconstruites ailleurs, mais, en raison de la pénurie de matériaux qui fera augmenter les coûts de construction, la majorité resteront sur leur lieu d'origine et plusieurs seront remises aux soldats qui reviennent de la guerre.

Quelques maisons de cette époque se retrouvent aussi à Isle-Maligne à Alma, où on peut supposer que l'effort de guerre y était aussi présent avec la compagnie Alcan implantée à Isle-Maligne. Après la guerre, ces constructions d'un étage à un étage et demie, devenues propriété des occupants ou anciens combattants, voient plus d'attention leur être accordée. En effet, puisqu'elles étaient détenues par la Wartime Housing Limited, les locataires ne pouvaient en aucune façon modifier leur résidence, que ce soit pour une rénovation ou de la peinture intérieure.

Rôle des femmes

Lorsque que la Watime Housing Limited décida de vendre ces maisons à des prix très avantageux, il semblerait que les femmes ont eu un grand rôle à jouer dans le maintien et l'amélioration de la Wartime House. Ces travailleuses ayant perdu leur emploi lorsque les hommes sont revenus de la guerre, elles auraient donc pris en main la gestion de la maison, ce qui aurait amélioré grandement leur état. Certaines ont d'ailleurs été modifiées pour ajouter un solage de béton afin de mieux les isoler.

Aujourd'hui, apercevoir ces maisons dans les quartiers d'Arvida et d'Isle-Maligne rappelle l'époque de la Deuxième Guerre mondiale et l'évolution vers la société d'aujourd'hui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer