Le Manoir du Saguenay : monument arvidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Bradette
Le Quotidien

(Saguenay) Le Manoir du Saguenay, originellement appelé Saguenay Inn, figure parmi les joyaux architecturaux de la ville de compagnie d'Arvida.

Sis sur un site d'une grande splendeur, cet imposant bâtiment, dont l'architecture rappelle les beaux manoirs de l'ancien régime français, est à l'image des aspirations de la Compagnie au Canada à cette époque.

La volonté d'Harold Wake

Le Manoir du Saguenay a vu le jour grâce à Harold Wake, secrétaire corporatif et gérant des propriétés d'Aluminium Company, qui souhaitait doter la cité d'Arvida d'un grand hôtel pour loger les employés célibataires et les visiteurs internationaux.

M. Wake présenta ses plans à l'Aluminium Company. Puis, en juillet 1938, R.E. Powell, président de la compagnie, donna son aval à ce projet.

Le 7 juin de l'année suivante, on donnait la première pelletée de terre en vue de la construction du Saguenay Inn. Soulignons que 80 % de la main-d'oeuvre qui travaillait à ce chantier provenait de la région.

Les travaux furent achevé le 16 mars 1940, et le Saguenay Inn accueillit ses premiers résidents permanents quelques jours plus tard, soit le 20 mars.

Un édifice aux couleurs du Nord et du Sud

Les architectes montréalais Featherstonhaugh and Durnford sont les concepteurs du Manoir du Saguenay. Ces architectes ont aussi réalisé le Britanny Row, édifice à logement pour les jeunes couples mariés, érigé à proximité du Saguenay Inn à cette même époque.

Le Manoir du Saguenay marie à la fois architecture régionaliste et architecture européenne. Vu de l'extérieur, l'édifice de 13 500 pi2 par étage respecte en tout point la complexité de l'architecture européenne: toit à inclinaison prononcée, grandes et vastes baies vitrées, larges pierres posées en joints perdus de mortiers.

À l'intérieur, on note davantage un mariage de style. En fait, la finition intérieure se veut le reflet de la présence de l'Aluminium Company au Nord et au Sud. On retrouve donc des éléments rappelant la beauté nordique du Québec (pin noueux, granit, etc.), où l'on fabrique l'aluminium, ainsi qu'une touche d'exotisme soulignant l'apport de la Guyane britannique (boiseries en bois exotique et gigantesques panneaux de portes en hubaballi, solarium garni de plantes exotiques), pays pourvoyeur de la bauxite.

Pour orner le somptueux édifice, aucun détail n'a été négligé. Les poutres et les fines boiseries ont été sculptées par des ouvriers finlandais. On utilisa des trésors du Canada, de l'Amérique du Sud, de l'Angleterre et de la France pour compléter le décor de ce chef d'oeuvre architectural aux couleurs du Nord et du Sud. Soulignons que la décoration de l'immense seigneurie de style normand porte la signature de deux femmes: Harwood Byrnes, de New-York, et Edith Shuter, de Montréal.

Visite du rez-de-chaussée

Trois pièces principales composent le rez-de-chaussée, soit Le Foyer (grand salon central), La Seigneurie (salle à manger), et la Maria Chapdelaine (salle de réunion).

Le Foyer, une vaste salle de 60 pi de longueur, se distingue par son plafond à caissons et ses murs de plâtres polis à la main.

La Seigneurie, vaste salle à manger, est encore équipée du mobilier d'origine. Même le piano qui trône devant la grande baie vitrée date de l'ouverture du Manoir. Un magnifique foyer au manteau de granit ajoute une touche de chaleur à cette pièce baignée de lumière.

La salle Maria Chapdelaine, grande pièce de réunion munie d'un foyer, donne accès à l'impressionnante serre du Manoir. Lorsqu'on créa le Manoir, ce solarium fut garni de plantes exotiques, principalement venues de Guyane britannique. Les plantes arrivaient par bateau et devaient être gardées en quarantaine pendant une année complète avant d'être exposées dans la serre. La légende dit que la serre du Manoir regroupait des spécimens de plantes provenant de chaque pays où l'Alcan était impliquée.

Fait remarquable, toutes les pièces ont conservé leur cachet d'antan. Visiter le Manoir, c'est un peu comme faire un bond dans le temps pour se retrouver à l'époque où le somptueux bâtiments était un haut lieu d'hospitalité et un élément important de la vie sociale.

Source: Le Manoir du Saguenay ..., Alcan Aluminium Ltée, 1990, révision 2000.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer