Riverbend: la dernière de Sir William Price

  • La maison du gérant, construite en 1926, loge le gérant de l'usine. Celui-ci avait le privilège de posséder le seul et immense terrain longeant la rivière Petite-Décharge.<br /><br /> (Société d'histoire Lac-Saint-Jean)

    Plein écran

    La maison du gérant, construite en 1926, loge le gérant de l'usine. Celui-ci avait le privilège de posséder le seul et immense terrain longeant la rivière Petite-Décharge.

    Société d'histoire Lac-Saint-Jean

  • 1 / 18
  • Aujourd'hui, la maison du gérant a été rénovée, mais on peut bien la reconnaître avec sa façade de brique. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Aujourd'hui, la maison du gérant a été rénovée, mais on peut bien la reconnaître avec sa façade de brique.

    Claudie Laroche

  • 2 / 18
  • Le bureau de poste fait partie d'un bon exemple d'infrastructure établi par la compagnie pour fournir tous les services dont les résidents avaient besoin. (Société d'histoire Lac-Saint-Jean)

    Plein écran

    Le bureau de poste fait partie d'un bon exemple d'infrastructure établi par la compagnie pour fournir tous les services dont les résidents avaient besoin.

    Société d'histoire Lac-Saint-Jean

  • 3 / 18
  • Aujourd'hui, la bâtisse a conservé son style de l'époque et a été aménagée en résidence unifamiliale. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Aujourd'hui, la bâtisse a conservé son style de l'époque et a été aménagée en résidence unifamiliale.

    Claudie Laroche

  • 4 / 18
  • Le Staff House accueillait les dignitaires et visiteurs prestigieux en plus des cadres célibataires. <br /><br /> (Société d'histoire Lac-Saint-Jean)

    Plein écran

    Le Staff House accueillait les dignitaires et visiteurs prestigieux en plus des cadres célibataires.

    Société d'histoire Lac-Saint-Jean

  • 5 / 18
  • Possédant toujours son revêtement d'origine. Il a été converti en coopérative d'habitation, le Manoir des Pins. ()

    Plein écran

    Possédant toujours son revêtement d'origine. Il a été converti en coopérative d'habitation, le Manoir des Pins.

  • 6 / 18
  • Autrefois, Le King Edouard avait la même vocation que le Staff House, disponible pour les visiteurs de marque et les employés célibataires. <br /><br /> (Société d'histoire Lac-Saint-Jean)

    Plein écran

    Autrefois, Le King Edouard avait la même vocation que le Staff House, disponible pour les visiteurs de marque et les employés célibataires.

    Société d'histoire Lac-Saint-Jean

  • 7 / 18
  • L'immeuble a été converti en édifice à logements. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    L'immeuble a été converti en édifice à logements.

    Claudie Laroche

  • 8 / 18
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 9 / 18
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 10 / 18
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 11 / 18
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 12 / 18
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 13 / 18
  •  ()

    Plein écran

  • 14 / 18
  •  ()

    Plein écran

  • 15 / 18
  •  ()

    Plein écran

  • 16 / 18
  •  ()

    Plein écran

  • 17 / 18
  •  (Société d'histoire Lac-Saint-Jean)

    Plein écran

    Société d'histoire Lac-Saint-Jean

  • 18 / 18

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claudie Laroche
Le Quotidien

(Saguenay) Riverbend, un nom qui prend tout son sens quand on le traduit en français, borde la Petite-Décharge d'Alma et était à l'origine construite exclusivement pour loger les cadres supérieurs de la compagnie Price Brothers. Intrinsèquement liée avec la centrale hydroélectrique Isle-Maligne, cette ville de compagnie se caractérise par L'uniformité et le sentiment d'intimité qui s'y dégage, malgré la proximité des municipalités voisines

Historique

L'homme d'affaires sir William Price, fort du succès des installations de Kénogami, joua bien ses cartes avant d'entreprendre la construction de son usine, près de la rivière Petite-Décharge d'Alma. En effet, il approcha James Buchanan Duke, propriétaire des droits à l'Isle-Maligne et fondateur de la Quebec Development Company, afin d'ériger une centrale sur la Grande-Décharge qui produirait l'énergie nécessaire au fonctionnement de l'usine de pâte de la Price Brothers. Ce fut les balbutiements d'une entente entre les deux hommes d'affaires qui mena à la création de l'usine hydroélectrique la plus puissante de l'époque.

Price réussit par la suite à obtenir du Premier Ministre Louis-Alexandre Taschereau les autorisations nécessaires afin de maintenir l'eau à une hauteur maximale et d'exploiter les ressources hydroélectriques. C'est en 1925, après la mort de Price, que l'usine de Riverbend commença sa production et la centrale hydroélectrique de l'Isle- Maligne transmit ses premiers kilowatts. Dans la même année, la compagnie Price procèda à l'élaboration des maisons pour ses employés-cadres.

Ségrégation spatiale

La compagnie Price Brothers élabore les plans de sa ville en ayant en tête que ses employés supérieurs bénéficieraient des maisons les plus cossues et des terrains les plus grands. En effet, les ouvriers n'étant pas autorisés à bâtir leur demeure sur le territoire de Riverbend, ils durent s'installer à Saint-Joseph d'Alma.

C'est sur l'Avenue road (rue Price) que se distinguent ces maisons construites pour les cadres supérieurs, dont la maison du gérant, se trouvant à côté du «Staff House» (aujourd'hui la coopérative d'habitation Le Manoir des Pins), celui-ci accueillait les dignitaires de la compagnie et les visiteurs de marque. Il logeait aussi les cadres supérieurs célibataires, ceux-ci n'ayant pas droit à une maison de type unifamiliale.

À noter que ces habitations ont été construites pendant la première phase de construction en 1925 selon les cartes publiées dans le livre Riverbend, Spendeur et déclin d'une ville de compagnie (1925-1962) de l'historien Dany Côté. Peu à peu, jusqu'en 1962, la compagnie bâtit des maisons de taille moyenne pour ses cadres intermédiaires et employés administratifs alors que les cadres inférieurs et quelques employés bénéficieraient des constructions plus modestes, rapprochées les unes des autres, celles-ci se retrouvant pour la plupart sur l'avenue Mcnaughton.

La délimitation du parc

Les rues Price, Malhoney et Mcnaughton forment un quadrilatère entourant le parc Riverbend, un parc presque centenaire selon Madame Dominique Poirat, directrice du Service d'aide-conseil en rénovation patrimoniale (SARP). La distinction entre les maisons des cadres et les ouvriers est indéniable dans ce secteur. Les résidents jouissent de l'effet intime des rues courbes de ce quartier dans lequel certaines maisons possèdent encore leur revêtement d'origine.

Aujourd'hui

De nos jours, le quartier Riverbend fait place à des maisons qui ont perduré dans le temps. Comme l'explique Mme Poirat, ce revêtement de bardeau était ce qu'il y avait de plus durable au Québec à l'époque : «la preuve, il a plus de 90 ans et est encore en bon état sur plusieurs maisons du quartier», relate-t-elle.

De style d'architecture pour la plupart néo-Tudor et vernaculaire américain, ces constructions domiciliaires possèdent les caractéristiques que partagent plusieurs villes de compagnie de la région : bardeau de cèdre, répartition spatiale des maisons des employés et style architectural. Toutefois, son uniformité et ses rues érigées autour du parc Riverbend donnent un cachet unique à cette ville de compagnie fondée en 1925 qui fusionnera à la Ville d'Alma en 1962. L'usine est maintenant la possession de la compagnie Produits Résolus depuis 2011.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer