Quartier des Anglais de Dolbeau-Mistassini: une ville de compagnie unique

  • Voici le plan d'urbanisme de l'ingénieur Jules-Armand Beauchemin qui a conçu les plans des maisons, du quartier et des infrastructures. On peut y remarquer les tracés linéaires que M. Wallberg désirait pour sa ville. (Société d'histoire et de généalogie Maria-Chapdelaine)

    Plein écran

    Voici le plan d'urbanisme de l'ingénieur Jules-Armand Beauchemin qui a conçu les plans des maisons, du quartier et des infrastructures. On peut y remarquer les tracés linéaires que M. Wallberg désirait pour sa ville.

    Société d'histoire et de généalogie Maria-Chapdelaine

  • 1 / 21
  •  ()

    Plein écran

  • 2 / 21
  • L'Hôtel Dolbeau a été démolie en 1970 en raison de son coût d'entretient trop élevé. Pendant ces mêmes années, la compagnie commençait à vendre ses terrains et maisons aux travailleurs. (Société d'histoire et de généalogie Maria-Chapdelaine)

    Plein écran

    L'Hôtel Dolbeau a été démolie en 1970 en raison de son coût d'entretient trop élevé. Pendant ces mêmes années, la compagnie commençait à vendre ses terrains et maisons aux travailleurs.

    Société d'histoire et de généalogie Maria-Chapdelaine

  • 3 / 21
  • Ce stationnement, avec le muret de brique sont tout ce qu'il reste de l'Hôtel Dolbeau aujourd'hui. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Ce stationnement, avec le muret de brique sont tout ce qu'il reste de l'Hôtel Dolbeau aujourd'hui.

    Claudie Laroche

  • 4 / 21
  • Une des rares maisons unifamiliales, celles-ci réservées aux

    Plein écran

    Une des rares maisons unifamiliales, celles-ci réservées aux "boss" de la compagnie.

    Claudie Laroche

  • 5 / 21
  • La deuxième maison des cadres supérieurs. On peut remarquer sa superficie et son immence terrain. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    La deuxième maison des cadres supérieurs. On peut remarquer sa superficie et son immence terrain.

    Claudie Laroche

  • 6 / 21
  • Les garages communautaires sont propres aux villes de compagnie de la région. On en retrouve quelques-uns dans le Quartier des Anglais. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Les garages communautaires sont propres aux villes de compagnie de la région. On en retrouve quelques-uns dans le Quartier des Anglais.

    Claudie Laroche

  • 7 / 21
  •  ()

    Plein écran

  • 8 / 21
  • La 4e avenue est la rue principale du quartier. D'un extrémité, on retrouve l'usine qui est toujours en action aujourd'hui, et de l'autre, l'Église Ste-Thérèse D'Avila. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    La 4e avenue est la rue principale du quartier. D'un extrémité, on retrouve l'usine qui est toujours en action aujourd'hui, et de l'autre, l'Église Ste-Thérèse D'Avila.

    Claudie Laroche

  • 9 / 21
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 10 / 21
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 11 / 21
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 12 / 21
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 13 / 21
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 14 / 21
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 15 / 21
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 16 / 21
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 17 / 21
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 18 / 21
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 19 / 21
  • Le Centre civique Desjardins de Dolbeau-Mistassini. (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Le Centre civique Desjardins de Dolbeau-Mistassini.

    Claudie Laroche

  • 20 / 21
  •  (Claudie Laroche)

    Plein écran

    Claudie Laroche

  • 21 / 21

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claudie Laroche
Le Quotidien

(saguenay) Le Quartier des Anglais de la ville de Dolbeau-Mistassini, septième ville de compagnie au Saguenay-Lac-Saint-Jean, se distingue par son uniformité et ses nombreux duplex. Érigé par la compagnie Lake St-John Power and Paper Cie Ltd en 1927, en même temps que la création de l'usine, cet arrondissement situé près de la rivière Mistassini est un autre exemple parfait du paternalisme exercé par les usines de l'époque.

Aperçu

Lors d'une promenade dans les rues de ce quartier qui se démarque des alentours, une uniformité frappante s'installe dans le style des maisons et l'aménagement. Bien que la compagnie ait construit cinq types de résidences, chacune d'elle possède une architecture d'influence vernaculaire industrielle unique, c'est-à-dire d'influence anglo-saxonne. Dans un rapport rédigé par le Service d'aide-conseil en rénovation patrimoniale (SARP), «[ce quartier] se démarque des autres villes de compagnie de la région par l'uniformité de son architecture et par le type d'habitation développé, presque exclusivement des duplex.»

Historique

Dolbeau a été fondée en 1926 par l'ingénieur anglais Emil Andrew Wallberg, qui a, par le fait même, établi la compagnie Lake Saint John Power and Paper Co. Selon l'inspecteur en bâtiment, Alain Mailloux, c'est grâce à lui que les rues et ruelles sont toutes parallèles d'un bout à l'autre : «M. Wallberg n'aimait pas les quartiers ronds. On peut remarquer que le même modèle de développement a été appliqué un peu partout autour du quartier.» En effet, les rues autour de l'Église Ste-Thérèse D'Avila, située tout près du quartier, forment un quadrilatère presque parfait autour du boulevard nommé en l'honneur du fondateur.

L'historien Dany Côté, auteur du livre «Riverbend, Splendeur et déclin d'une ville de compagnie (1925-1962)», explique la singularité de ce quartier : «La compagnie Lake Saint-John Power and Paper a fait exception à Dolbeau-Mistasssini en construisant uniquement des duplex pour ses travailleurs. [...] Cette architecture sobre et de culture anglo-saxonne contribue définitivement à l'attrait et à l'originalité de son milieu.» Celui-ci explique dans ses écrits que les autres villes de compagnie de la région font place à des maisons de type unifamiliales pour la plupart, à l'exception de quelques duplex qui se sont intégrés dans les quartiers.

Pour expliquer la raison pour laquelle le Quartier des Anglais de Dolbeau-Mistassini possède autant de duplex et si peu de maisons unifamiliales, la réponse de M. Côté est intéressante : «Ce type de maison est peu couteux à construire, à entretenir et à chauffer. Il occupe aussi moins de terrain que la maison unifamiliale.» Seuls les cadres supérieurs de la Lake Saint-John Power and Paper avaient droit aux maisons unifamiliales les plus cossues.

Un patrimoine bâti unique

L'historien Dany Côté résume bien ce que Dolbeau-Mistassini représente pour la région : «Aujourd'hui, le «Quartier des Anglais» de Dolbeau-Mistassini représente un secteur d'intérêt patrimonial original et témoigne d'une époque industrielle marquante pour Dolbeau-Mistassini. Il est conçu en harmonie avec son environnement. Le quartier se distingue par la qualité de ses aménagements paysagers, son caractère intime, ses arbres matures, élancés et sa trame résidentielle uniforme. On y retrouve un patrimoine bâti très sobre dont la forme d'habitation est unique dans notre région et représentative des besoins spécifiques en logement de la compagnie à l'époque.»

Une seule promenade dans le Quartier des Anglais ramènera quiconque en 1927. Un peu en retrait de la ville, les maisons et l'aménagement paysager partagent les traits distinctifs des villes de compagnie de la région, en plus de posséder son propre héritage.

Actuellement, les maisons font partie du Règlement sur les plans d'implantation et d'intégration architecturale (PIIA), ce qui permet à la municipalité de pouvoir conserver l'aspect historique de ce quartier. Les habitations sont d'ailleurs dans un état très représentatif de l'époque. Qui plus est, la rue principale du quartier débouche sur l'usine, désormais appartenant à Produits forestiers Résolu, toujours un acteur important de l'économie du secteur.

Faits intéressants

Centre civique Desjardins de Dolbeau

Le Centre civique de Dolbeau, qui accueille toujours les joueurs de curling, a été construit par la compagnie en 1946-1947. À l'époque, seuls les membres pouvaient y accéder pour s'adonner au curling et selon Madame Céline Muirhead, résidente de longue date du quartier et ancienne conseillère municipale, les femmes des travailleurs s'y réunissaient pour y prendre le thé, dans le salon aménagé en face de la grande salle où on organisait des fêtes et des réceptions.

Vente des maisons

C'est à partir des années 1970 que la compagnie procéda graduellement à la vente des maisons à des particuliers. C'est d'ailleurs pendant cette même année que la compagnie démolit l'Hôtel Dolbeau (Le Dolbeau Inn), réputée comme étant un endroit somptueux, autrefois située à l'entrée du quartier. De nos jours, seule le muret de brique du stationnement de l'hôtel est encore visible.

Valeur immobilière

Aujourd'hui, si on compare la valeur des duplex (ou plutôt des « semi-détachés » dans le langage immobilier), aux autres types d'habitations du même genre, les demeures du Quartier des Anglais se vendent particulièrement bien, selon Daniel Maltais, courtier immobilier. De plus, selon l'inspecteur en bâtiment de la Ville de Dolbeau-Mistassini, Monsieur Alain Mailloux, le fait que les habitations soient protégées par le PIIA préserve la valeur globale des maisons du secteur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer