Une maison de 1898 retrouve son look d'antan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claudie Laroche
Le Quotidien

(Saguenay) Une demeure élégante du quartier historique de la rue Roussel du secteur Chicoutimi Nord a subi un « lifting » parfait. En effet, la propriétaire, Mélanie Dufour n'a pas attendu de subvention pour rénover sa maison au cachet patrimonial, elle lui a offert un élixir de jeunesse digne des magazines.

La maison, construite en 1898, bien que toujours bien entretenue, nécessitait une cure de rajeunissement. Étant passionnée par les maisons au style ancestral, Mélanie achète la maison en 2006 et commence à planifier.

HistoriquePossédant jadis un style très canadien, son charme a immédiatement plût à Mélanie. Revêtement de planches horizontales peint en blanc, vaste galerie en façade s'étalant sur deux côtés, plan rectangulaire, rez-de-chaussée bien dégagé du sol, espace habitable sur un étage et demi, cette demeure possède toutes les caractéristiques des maisons québécoises inspirées des constructions françaises.

Érigée sur la colline de la rue Roussel, elle possède une belle vue en hauteur. Selon les documents préparés par le Centre d'histoire Sir-William Price, autrefois on creusait une cave et on rehaussait la maison afin de lutter contre la neige et le froid. Ces fondations de pierres devenaient alors un nouvel espace à utiliser. C'est exactement ce qu'on retrouve chez Mélanie.

Rénovations

Par souci de revamper la maison sans en perdre le cachet, Mélanie s'attaque à l'extérieur de la demeure en changeant tout le revêtement extérieur. « Je ne voulais vraiment pas dénaturer la maison. C'était important pour moi de garder son style unique », explique-t-elle. Elle avoue aussi être allée un peu partout au Québec, dont à l'île d'Orléans afin de s'inspirer sur les matériaux et couleurs à choisir pour sa propre maison.

De plus, les deux côtés de la galerie ont été refaits à neuf tout en respectant les normes : augmentation de la hauteur des gardes et diminution de l'espace entre les barreaux. Le fini est épatant avec les massives poutres blanches qui caractérisent ce type de construction. Tout a été pensé afin de préserver le look canadien-français. On remarque que les détails tels les volets de chaque côté des fenêtres neuves et la galerie complètement rénovée en bois redonnent à cette maison son look d'antan.

Rêve père-fille

Reconnaissant tous les détails qu'elle recherchait dans cette maison qu'elle affectionnait particulièrement, Mélanie et son père tombent en amour avec cette demeure qui leur a été suggérée par un membre de la famille oeuvrant dans le domaine de l'immobilier. La maison n'aura été officieusement sur le marché que quelques semaines avant que Mélanie l'acquière en 2008.

Des projets plein la tête, elle ne complètera les travaux extérieurs qu'en 2013, puisque, pendant cette période, son père recevait malheureusement une nouvelle qui allait l'empêcher d'aider sa fille autant qu'il le voulait. Diagnostiqué d'un cancer en 2011, il succombera quelques années après l'acquisition de la maison : «Il aura pu, à sa manière, m'aider dans ce projet qui me tenait à coeur», avoue la touchante propriétaire.

Maintenant fière du résultat, Mélanie s'attaquera à l'intérieur dès qu'elle le pourra, celui-ci complètement fait de lattes de bois du plancher au plafond. La propriétaire passionnée aura donc du pain sur la planche si elle désire tout repeindre. Là encore, il n'est aucunement question de tout refaire. « Je veux vraiment garder la maison telle quelle. Quelques rénovations pour ouvrir les pièces ont été faites par les anciens propriétaires et c'est parfait comme ça », ajoute Mélanie. Ce sera certainement un style campagnard et chaleureux».

(Rédaction publicitaire)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer