• Le Quotidien > 
  • Toit et moi 
  • > Église Saint-Édouard de Port-Alfred: trésor du patrimoine architectural baieriverain 

Église Saint-Édouard de Port-Alfred: trésor du patrimoine architectural baieriverain

L'église Saint-Édouard, qui est sise sur un petit... (Mélissa Bradette)

Agrandir

L'église Saint-Édouard, qui est sise sur un petit promontoire, domine l'ancien complexe industriel et le port de Port-Alfred. En fait, le positionnement du lieu de culte constitue l'exemple typique d'implantation d'une paroisse urbaine au coeur d'un paysage industriel. Le fait que l'église soit établie sur une hauteur augmentait sa visibilité et contribuait à souligner son importance dans la trame villageoise.

Mélissa Bradette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Bradette
Le Quotidien

(Saguenay) L'église Saint-Édouard de Port-Alfred a une valeur architecturale et patrimoniale indéniable.

Tirez-vous le portrait pour Saint-Édouard! Tous ceux et... (Mélissa Bradette) - image 1.0

Agrandir

Tirez-vous le portrait pour Saint-Édouard! Tous ceux et toutes celles qui souhaitent appuyer la démarche peuvent se prendre en photo devant l'église Saint-Édouard et les envoyer sur la page Facebook «Comité Saint-Édouard». Elles seront partagées avec plaisir!

Mélissa Bradette

L'église Saint-Édouard de Port-Alfred a une valeur architecturale... (Mélissa Bradette) - image 1.1

Agrandir

Mélissa Bradette

Cet édifice, datant de 1927, fait partie du site du patrimoine du Noyau-Institutionnel-de-Saint-Édouard-de-Port-Alfred (formé de l'église et de son presbytère, de l'école paroissiale devenue l'école Médéric-Gravel, de l'ancien hôtel de ville de Port-Alfred et du parc Ernest Bergeron). Il figure aussi au nombre des bâtiments classés au Registre du patrimoine culturel.

Un style pour séduire les dirigeants anglais

Sur le plan architectural, le principal trait distinctif de l'église Saint-Édouard est son style gothique anglais. D'ailleurs, l'édifice dessiné par l'architecte Alfred Lamontagne et érigé par le constructeur Armand Gravel, est parmi les rares lieux de culte catholique québécois de cette époque dont l'architecture évoque les édifices religieux médiévaux anglais. Or, ce choix stylistique distinctif n'est pas le fruit du hasard.

«La base du projet de création de la paroisse Saint-Édouard et surtout, de l'église était un projet de grande séduction. Médéric Gravel, le curé fondateur de la paroisse, voulait plaire aux dirigeants anglais de la papetière et principaux bailleurs de fonds, d'où le choix du style gothique. L'appellation de la paroisse reflète aussi ce désir de séduction. Le vocable Saint-Édouard se veut un hommage à Julien-Édouard-Alfred Dubuc, initiateur de la ville de compagnie de Port-Alfred. Ce nom évoque aussi le roi d'Angleterre, Édouard le confesseur (1042 à 1066)», raconte l'historien Mario Lalancette.

«L'opération charme était aussi à double sens. Puisque les dirigeants anglais avaient compris qu'ils devaient s'arrimer avec les villageois pour concrétiser leurs projets. Ils ont donc apporté leur contribution à l'édification de ce lieu de culte, dont le coût de construction s'élève à 100 000 $. Par exemple, c'est M. Meckee, surintendant à l'usine, qui a payé les trois cloches de l'église. Autre point intéressant, le clocher était muni d'un mécanisme relié à l'usine de Port-Alfred et c'est le moulin qui actionnait les cloches de l'église.»

Outre son style gothique, l'église Saint-Édouard se démarque par son plan en croix latine avec chevet plat, sa tour latérale en façade, sa haute flèche, ses bas-côtés, son toit à deux versants pentus, sa sacristie de plan rectangulaire, ses arcs et vitraux, ainsi que ses matériaux: granit à bossage rustique, pierre de taille lisse des éléments décoratifs, tôle canadienne de la toiture, ouvertures en bois, (pour ne nommer que ceux-ci).

En fait, aucun détail n'a été négligé pour créer une église digne de ce nom. Le curé Médéric Gravel, fondateur de la paroisse, a construit un édifice solide et imposant, à l'image de ses ambitions, comme en fait foi le double coffrage de béton qui caractérise la structure.

Donner une seconde vie à l'église Saint-Édouard

L'église Saint-Édouard de Port-Alfred ayant fermé ses portes depuis janvier 2006 et l'édifice étant inutilisé depuis, des citoyens de Saguenay, soucieux de redonner vie à ce bâtiment patrimonial, ont créé un comité de mobilisation: le Comité Saint-Édouard. Ce dernier est formé de Emmanuelle Arth, Philippe Belley, Isabel Brochu, Éric Dubois, Lucien Frenette, Florent Gingras, André Girard, Germain Laberge, Mario Lalancette, Hanny Rasmussen, Claude Richard, Marc Saint-Pierre, Martin Saint-Pierre, Mario Simard et Reine Tremblay.

Selon le porte-parole du Comité M. Martin Saint-Pierre, il n'y a jamais eu une démarche formelle et structurée de consultation où des citoyens et des experts ont pu discuter de l'avenir de ce lieu patrimonial. En créant le Comité Saint-Édouard, les citoyens engagés dans cette démarche espèrent voir émerger un projet mobilisateur et structurant qui permettra de donner une seconde vie à cet édifice patrimoniale.

Comme l'explique ce dernier l'objectif premier du Comité Saint-Édouard est de mobiliser les gens dans une démarche constructive et positive. «Nous voulons travailler avec toutes les instances, notamment le Conseil de Fabrique, le Diocèse et les instances gouvernementales. Surtout, nous voulons faire participer les citoyens. À cet effet nous avons lancé une page Facebook Comité Saint-Édouard. En un peu plus d'une semaine quelque 400 personnes ont «aimé» notre page, affirme M. St-Pierre.

«Notre démarche s'appuie essentiellement sur un projet d'aménagement d'une nouvelle bibliothèque. Toutefois par cet exercice de concertation, nous visons aussi de faire émerger de nouvelles idées. En somme, le Comité Saint-Édouard veut stimuler l'appropriation de l'église et de ses environs».

Le Comité Saint-Édouard se réunira à l'automne pour planifier la démarche d'information et de consultation qui se veut ouverte, rassembleuse et transparente. La période estivale sera consacrée à former les différents comités de travail qui lui permettront de structurer davantage ses actions.

(Rédaction publicitaire)

L'église Saint-Édouard de Port-Alfred a une valeur... (Mélissa Bradette) - image 2.0

Agrandir

Mélissa Bradette

Comité Saint-Édouard et Mario Lalancette, historien et membre... (Mélissa Bradette) - image 2.1

Agrandir

Comité Saint-Édouard et Mario Lalancette, historien et membre du Comité Saint-Édouar

Mélissa Bradette

Histoire de clocher

Lorsqu'on compare le plan d'origine de la façade de l'église Saint-Édouard et l'édifice actuel, on remarque que le clocher a été inversé. En effet, sur le plan de l'architecte Lamontagne le clocher est situé à gauche, tandis que dans la réalité, ce dernier est à droite. Cette inversion aurait été faite pour éviter que les cloches, qui sonnaient souvent à l'époque, ne dérangent Monsieur le curé, le presbytère étant situé à gauche de l'église. Le positionnement à droite du clocher laisse aussi croire que la paroisse et ville de Port-Alfred voulaient mieux s'affirmer du côté de Bagotville. Il s'agirait donc en quelque sorte d'une «guerre de clochers»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer