Du houblon pour remplacer la haie de cèdres

Une clôture de houblon : une idée écologique et originale tout droit sortie de... (Photo Claudie Laroche)

Agrandir

Photo Claudie Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claudie Laroche
Le Quotidien

(Saguenay) Une clôture de houblon : une idée écologique et originale tout droit sortie de la tête de Mathieu Roy, cofondateur, président et maître brasseur de la microbrasserie l'Hopéra de Jonquière. Aussi efficace que la haie de cèdres, elle détient beaucoup plus d'utilités que la simple recherche d'intimité.

Une clôture de houblon : une idée écologique... (Photo Claudie Laroche) - image 1.0

Agrandir

Photo Claudie Laroche

Une clôture de houblon : une idée écologique... (Photo Claudie Laroche) - image 1.1

Agrandir

Photo Claudie Laroche

«Chez nous, tout ce qu'on fait pousser (ou presque) dans notre cour peut se manger, ou se boire!», explique Mathieu. Arbres fruitiers, fines herbes, houblon, etc., ce courant dans lequel produire ses aliments soi-même devient de plus en plus populaire et a su envenimer ce maître brasseur. D'un commun accord avec la propriétaire de la maison voisine, il décide d'y faire pousser du houblon depuis maintenant sept ans.

Quelle que soit son utilité, cette barrière au look original permet à Mathieu d'avoir plus d'intimité dans sa cour et de produire environ 100 litres de bière. Ajoutant un aspect beaucoup plus vert et unique à la clôture de treillis métallique, les fleurs produites lui donnent l'opportunité d'offrir à sa clientèle, pour un temps très limité, une bière saisonnière tout droit sortie de sa cour. «Ça donne une bière fraîche, on sent et on goûte son côté vert», décrit-il.

La culture du houblon

Le houblon peut atteindre une hauteur de dix mètres en s'enroulant autour de tiges installées en hauteur. Ingénieusement, Mathieu a donc placé des poteaux enfoncés dans le sol, à chaque extrémité de sa clôture en treillis, et les a reliés à l'aide d'un câble de fer. À partir de celui-ci, il a étendu verticalement plusieurs fils de fer afin que le houblon s'y accroche. Au moment où celui-ci atteint son point culminant, il commence à fleurir. C'est pourquoi les installations en hauteur sont importantes afin d'obtenir le plus de fleurs possible, celles-ci prisées par les brasseurs et artisans.

Selon M. Roy, la variété qu'il possède est facile d'entretien. Repoussant chaque année, le plant a besoin d'environ trois ans avant d'être à maturité. Cela se traduit par un houblon plus fourni et une production de fleurs plus grande. «Il faut quand même le désherber de temps à autre et le vérifier pour ne pas qu'il y ait de vers ou d'insectes nuisibles», explique-t-il.

Cette plante grimpante urticacée a la réputation d'être envahissante. Elle recouvre une clôture sans problème et saura s'étendre. Il faut donc la surveiller et la tailler au besoin. Celle-ci aime les endroits ensoleillés, la chaleur et un sol aéré. Mathieu assure qu'il est assez facile d'en faire la culture chez soi.

Le houblon est aussi recherché pour ses multiples propriétés, que ce soit pour faire de la bière, de la tisane ou obtenir les arômes de la fleur. Le maître brasseur de l'Hopéra, quant à lui, en profite pour créer une bière saisonnière qu'il offre pendant environ une semaine à sa microbrasserie l'Hopéra de Jonquière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer