Les conteneurs maritimes s'établissent

Thinking Habitat, une entreprise québécoise, fabrique des maisons... (Thinking Habitat)

Agrandir

Thinking Habitat, une entreprise québécoise, fabrique des maisons à partir de conteneurs maritimes.

Thinking Habitat

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claudie Laroche
Le Quotidien

(Saguenay) Des produits efficaces, écologiques et recyclés; les consommateurs se conscientisent de plus en plus sur ce qu'ils achètent et utilisent. Le phénomène des maisons fabriquées à partir de conteneurs maritimes entre dans ce concept, où confort et prix abordable se marient avec efficacité énergétique et développement durable.

Des produits efficaces, écologiques et recyclés; les consommateurs... (Thinking Habitat) - image 1.0

Agrandir

Thinking Habitat

Des produits efficaces, écologiques et recyclés; les consommateurs... (Thinking Habitat) - image 1.1

Agrandir

Thinking Habitat

Origines

En Europe et en Angleterre par exemple, des compagnies ont développé des maisons à partir de conteneurs maritimes usés. À Londres, un quartier près des docks appelé Container City propose un nouveau mode d'habitat. Auparavant nomades voyageant partout dans le monde, les conteneurs maritimes deviennent sédentaires et se transforment en bureaux et habitations confortables et ingénieuses.

En 2000, l'entreprise anglaise Urban Space Management, spécialisée dans le développement urbain, économique et dédiée essentiellement aux aménagements collectifs, crée Container City, un quartier utilisant des conteneurs existants, peu onéreux et permettant des aménagements multiples. Empilés au bout d'un quai dans Docklands, un secteur maritime de Londres, 60 appartements prennent place dans 123 conteneurs recyclés. Une idée qui a fait du chemin jusque partout dans le monde.

Pourquoi des conteneurs maritimes?

Faits d'acier spécialement conçu pour le transport, ils sont moins friables, plus solides et ont la caractéristique de ne pas rouiller facilement, puisqu'ils doivent faire face à l'eau salé des océans. Leur passé intéresse aussi plusieurs acheteurs, puisque ces structures ont fait le tour du monde. Leur boulot sur les bateaux dure environ 10 ans et, par la suite, ils se retrouvent dans des cimetières où les entrepreneurs peuvent les racheter à moindre coût. Cette courte durée de vie sur les bateaux est due à des bris du côté des portes et pentures. Les compagnies maritimes et ferroviaires préfèrent acheter du neuf plutôt que de réparer, puisqu'il en coûte moins cher de s'en procurer un de nouveaux.

Comme dit le proverbe : «ce qui fait le malheur des uns, fait le bonheur des autres». En effet, les constructeurs de maisons recherchent la structure d'acier et non pas l'utilisation des portes du conteneur lui-même. La matière première est donc moins dispendieuse, recyclée et parfaite pour les réutiliser en habitation domiciliaire.

Choisi avec précaution, chacun d'eux possède un journal de bord avec des informations telles que les endroits qu'ils ont visités et ce qu'ils ont transporté. Les constructeurs choisiront ceux qui n'ont pas transporté de matières toxiques.

Un tournant «vert»

Les entrepreneurs en construction le disent, le mouvement écologique est enclenché; les gens sont plus soucieux de l'environnement qu'auparavant. En effet, les projets de rénovation écoénergétiques sont de plus en plus prisés. Les détaillants offrent des systèmes de chauffage et climatisation plus écologiques. De nouvelles façons de penser et de faire se développent, ce qui a amené plusieurs compagnies à choisir de nouvelles matières premières.

Ce phénomène cadre aussi parfaitement avec l'avènement des minimaisons. En effet, beaucoup de consommateurs optent pour des maisons plus petites et moins dispendieuses, mais charmantes et ingénieuses. D'ailleurs, ce courant commence à se manifester dans la région comme en témoigne le projet de microchalets à Saint-David de Falardeau, dans le village alpin du Valinouët, initié par l'entrepreneur général Claveau et fils.

(Rédaction publicitaire)

Des produits efficaces, écologiques et recyclés; les... (Thinking Habitat) - image 2.0

Agrandir

Thinking Habitat

Des produits efficaces, écologiques et recyclés; les... (Thinking Habitat) - image 2.1

Agrandir

Thinking Habitat

Les conteneursmaritimes arrivent au Québec

Le nombre de combinaisons et de formes possibles est infini avec ces boîtes pourtant identiques. Faisant maintenant leur apparition au Québec, voici des habitations durables, écologiques et pratiques qui gagnent à être connues.

En effet, que ce soit pour des espaces à bureaux, des restaurants mobiles, des comptoirs de présentation pour les festivals ou pour des résidences, ces conteneurs maritimes s'emboîtent, se découpent et s'empilent pour concrétiser les idées les plus folles.

Dans l'optique d'offrir un produit écologiquement responsable et durable, les compagnies LOKI Homes de la région de Québec et Thinking Habitat d'Estrie se sont lancées dans la course. Deux compagnies offrant ce produit à leur image tirent leur épingle du jeu dans le compétitif domaine de la construction avec des maisons préfabriquées faites de conteneurs maritimes recyclés.

«Ces structures soutiennent parfaitement une habitation», confirme M. Pierre Paquet, vice-président exécutif et associé de Thinking Habitat : «L'acier dont ils sont formés ne rouille pas et contrairement au mythe, ce matériau peut être complètement isolé et ne conduira pas le froid. En plus, son empreinte écologique est moindre puisqu'il n'y a pas de coupe de bois ou de récolte de matière première.» M. Paquet propose même d'utiliser ces demeures dans les endroits propices aux séismes. «C'est tellement solide que ça peut résister à une secousse!» s'exclame-t-il.

M. Pierre-Mathieu Roy, président de la compagnie LOKI Homes, décrit ces demeures comme «des maisons mobiles 2.0. Les conteneurs peuvent se détacher et sont aussi considérés comme des habitations temporaires. C'est-à-dire que là où on ne peut construire, ces habitations peuvent s'y installer et être déménagées en tout temps.» Forts de leur expertise dans le domaine événementiel, LOKI Homes est attaché à la compagnie LOKI box Design, qui a d'ailleurs déjà été présente au Festival des rythmes du monde à Chicoutimi en fournissant à l'entreprise Bell des locaux temporaires sur place.

Côté écologique, les travaux sont généralement faits en usine, les entrepreneurs n'ont qu'à transporter la boîte, et à l'aide d'une excavatrice, peuvent soulever la maison au-dessus des arbres et la déposer directement sur les installations prévues pour recevoir la demeure. Ainsi, la nature tout autour ne sera pas endommagée et les voisins n'auront pas subi le bruit de la construction pendant des mois.

De plus, sans aucune modification de la structure, ces habitations peuvent accueillir un toit vert. Pierre-Mathieu Roy affirme que ces maisons sont isolées à 100%. Même son de cloche du côté de Thinking Habitat : «C'est encore plus facile d'isoler notre maison que d'isoler les maisons en bois. L'isolation qu'on met, on la met directement sur le métal à l'extérieur, il n'y a aucun espace qui laissera passer l'air, l'humidité ou les parasites.»

Le climat du Québec n'est donc pas un défi pour ces compagnies qui n'ont pas froid aux yeux en offrant un tout nouveau produit aux Québécois fervents des habitations en bois. Une solution ingénieuse, innovatrice et durable, ces demeures conviennent à tout type de projet et de budget. Il suffit de s'ouvrir à la nouveauté et de faire confiance à ces entreprises soucieuses de leur empreinte écologique.

(Rédaction publicitaire)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer