Des patates pour tous les goûts!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claudie Laroche
Le Quotidien

(Saguenay) La patate, servie sur les tables du Québec de génération en génération et bien appréciée de tous, semble toutefois être un mystère aux yeux de plusieurs. En effet, Marie-Ève Lemieux, agronome, affirme que les consommateurs en savent peu sur cet aliment vieux de plus de 8000 ans et que celui-ci gagne à être connu.

Aliment riche en vitamine C et en potassium, il a sauvé la vie de bien des familles lors de grandes périodes de famine. Au temps de l'Empire inca, l'empereur entreposait les pommes de terre pour les distribuer aux paysans lors des temps difficiles. En Europe, elles ont aussi contribué au boom de naissances dans le début des années 1800. Par contre, entre 1845 et 1852, les Irlandais ont dû immigrer en grand nombre en Amérique du Nord en raison, entre autres, de l'apparition d'un parasite qui a anéanti presque intégralement les semences de pommes de terre, dont ils se nourissaient principalement.

Dernièrement, on a même mis la patate en vedette à Hollywood dans le film Seul sur Mars avec Matt Damon, dans lequel ce dernier est laissé par lui-même sur cette planète et pour subsister, il cultive ce légume ingénieusement. Aujourd'hui, toujours populaire, elle se classe troisième dans les aliments les plus consommés dans le monde après le riz et le blé.

L'agronome Marie-Ève Lemieux explique que les consommateurs connaissent très peu cet aliment, mais qu'il fait tout de même partie de notre patrimoine «Si on recule de 20 ans, la plupart des gens achetaient un 50 livres de patates et ne se préoccupaient pas de la sorte qu'ils utilisaient». Par contre, elle mentionne qu'aujourd'hui, les consommateurs ont tendance à acheter en moins grande quantité, ils optent donc pour de plus petits emballages, ce qui leur permet de découvrir de nouvelles variétés.

À chaque patate sa propriété

Mme Lemieux rappelle que les patates se distinguent selon leur forme, leur couleur, leur taille, ainsi que par leur saveur et leur contenu en amidon. Le Centre international de la patate, basé à Lima au Pérou a dénombré plus de 4000 variétés de pommes de terre dans le monde. Inutile donc de décrire chaque variété, par contre, l'important, c'est de savoir les grandes lignes afin d'utiliser cet aliment à sa juste valeur.

Les pommes de terre allongées de couleur généralement blanche sont excellentes en bouillies, au four ou pour les frites. La ronde et blanche, une des plus consommée au Québec, fait d'excellentes croustilles, alors que la ronde et jaune généralement connue sous le nom de Yukon Gold se déguste en bouillie, cuite au four et en frites, mais elle ne convient pas pour les croustilles. Les variétés de pommes terre rouges les plus connues sont la Nordland, de qualité moyenne pour la cuisson, et la Chieftain, dont la qualité est parfaite pour les frites et bonne pour la cuisson à l'eau.

Au final, Marie-Ève Lemieux rappelle «que le meilleur truc avec les pommes de terre, c'est de les observer et les goûter. Après tout, une patate n'est pas qu'une simple patate».

Quoi faire avec la patate?

Puisque la patate peut être utilisée à plusieurs sauces et qu'on peut aussi la cultiver nous-mêmes, voici quelques conseils qui vous feront découvrir ce légume fascinant.

En purée

Afin de cuire de bonnes purées, il faut choisir la bonne patate, de même taille de préférence pour une cuisson uniforme. Ainsi, on choisirait les pommes de terre blanches de forme allongée ou la Yukon Gold, même les pommes de terre à peau rouge peuvent faire l'affaire. Ensuite, il faut bien les couvrir d'eau salée, sans exagération, et les cuire jusqu'à ce qu'elles soient tendres, mais toujours fermes. Utiliser un couteau au besoin.

Les faire bouillir avec ou sans la peau? Si elles sont cuites sans leur pelure, il ne faut simplement pas les laisser reposer dans leur eau de cuisson, elles risquent d'absorber le liquide et devenir moins goûteuses.

Savez-vous cultiver la patate?

Bonne pour la purée, les frites ou la cuisson, il faut bien s'informer afin de choisir la bonne variété qui nous rendra fiers des fruits de notre dur labeur. À ce moment-ci de l'année, il vaudra mieux acheter des tubercules de pommes de terre à la serre du coin quand sera venu le temps de commencer à jardiner.

La pomme de terre aime les sols aérés, le soleil, une terre bien drainante, mais elle n'est pas très exigeante. Elle peut même pousser en pot, à condition qu'il soit de 50 cm de profondeur. Dans le jardin, il faut espacer les tubercules de 30 à 40 cm en orientant les germes vers le haut et à une profondeur de 8 à 10 cm. Après 6 semaines, les tiges auront besoin de soutien et il faudra remonter la terre autour de chacune d'elles, ce qu'on appelle «butter» pour les consolider et les protéger de la lumière. La récolte se fera 4 mois après la plantation.

Une autre option pour l'année prochaine sera de faire germer les pommes de terre désirées. Vers janvier ou février, il suffit de placer la pomme de terre qui a commencé à germer dans des cartons d'oeufs récupérés. Dans chaque petite alvéole, placer une patate avec les germes vers le haut et disposer le contenant dans un endroit ensolleillé de la maison afin de hâter la germination. Quand viendra le printemps, vous pourrez planter ces patates germées, recouvertes de tubercules.

Comment les conserver?

Les pommes de terre peuvent se conserver pendant plusieurs mois. Pour les aider, il faut les entreposer loin d'une source de chaleur et de lumière, où la température demeure pratiquement toujours la même. Ainsi, le meilleur endroit serait la cave ou un sous-sol, hors gel, c'est-à-dire entre 5 et 10 degrés celcius.

À noter que les patates germées ne devraient pas être consommées. Elles se digéreront mal en raison de la solanine produite, qui ne disparaît pas à la cuisson.

(Rédaction publicitaire)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer