L'importance des photos dans la vente immobilière

Au-delà de la qualité d'image et de la... (Isabelle Côté)

Agrandir

Au-delà de la qualité d'image et de la résolution des photos, d'autres caractéristiques font d'une photo un bon élément de vente. Les acheteurs potentiels désirent notamment en voir le plus possible. Ainsi, le photographe professionnel est équipé et habilité à prendre ses photos d'un angle intéressant qui permet de voir en tout temps trois murs.

Isabelle Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie Richard
Le Quotidien

(Saguenay) Alors que les ventes de maison continuent de baisser à la grandeur de la province, on cherche à comprendre ce qui distingue une propriété d'une autre et ce qui incite les acheteurs potentiels à s'attarder davantage à certaines inscriptions alors que d'autres sont tout simplement écartées dès les premiers instants. Et si une partie de la réponse résidait dans le premier contact qu'ont les acheteurs potentiels avec les résidences disponibles sur le marché: leurs photos.

Isabelle Côté est photographe à mi-temps. Depuis quelques années, celle qui occupe un autre emploi à temps plein consacre ses temps libres à sa passion pour la photographie. Si elle touche à toutes les sphères de la photo, du portrait à l'événementiel, elle fait également dans l'immobilier.

«Personnellement, je trouve qu'il est beaucoup plus facile de faire de la photo immobilière. Une maison, ça ne bouge pas et ça n'a pas de complexe. Il suffit alors de savoir la mettre en valeur, affirme Mme Côté.

Je prends des photos HDR (High Dynamic Range ou Grande plage dynamique) ce qui donne une qualité d'image extraordinaire. En fait, l'appareil va capter un certain nombre de photos surexposées et sous-exposées qu'y seront ensuite empilées une par-dessus l'autre pour donner une photo parfaite, si cela existe. Ça permet notamment de voir aussi bien l'intérieur d'un salon que la vue extérieure, ce qui est impossible autrement», explique la photographe.

Au-delà de la qualité d'image et de la résolution des photos, d'autres caractéristiques font toutefois d'une photo un bon élément de vente. Les acheteurs potentiels qui magasinent souvent en ligne désirent notamment en voir le plus possible. Ainsi, la photo d'une chambre à coucher qui ne montre que le lit en gros plan est très peu intéressante pour celui qui désire avoir une idée plus précise de la grandeur de la pièce et de la façon dont il pourrait l'aménager.

«Il faut bien entendu prendre la photo d'un angle intéressant. Avec un appareil professionnel, on est capable de voir trois murs en tout temps. Il faut aussi porter une attention particulière à la luminosité des espaces et veiller à ce que les pièces soient les plusépurées et dépersonnalisées possibles, tout en respectant évidemment les propriétaires actuels», affirme Isabelle Côté.

Le travail du photographe va ainsi au-delà de la simple prise de photos. Pour mettre en valeur chacune des propriétés qu'il immortalise, il doit avoir un grand souci du détail. Exit les verres qui traînent près de l'évier, les boites de papiers mouchoirs, les mille et une notes sur le réfrigérateur. Le photographe peut devoir déplacer certains objets pour embellir l'espace.

Les propriétaires des maisons ou le courtier immobilier peuvent par ailleurs se préparer à la venue d'un photographe en libérant les espaces de stationnement, en ouvrant toutes les lumières de la maison (même s'il fait jour, afin de créer de l'ambiance selon Mme Côté) et en s'assurant que chacune des pièces est propre et bien rangée.

«Généralement, les maisons sont encore habitées alors on comprend bien qu'une salle de jeux reste une salle de jeux. Mais le simple fait de ranger les bouteilles de shampoing, de retirer les photos de famille et de ne pas laisser de vaisselle traîner fait toute une différence», soutient la photographe.

Un précieux atout

Alors que certains courtiers n'hésitent pas à confier 100 % de leurs inscriptions à Isabelle Côté, d'autres font appel à ses services que pour les propriétés dont ils sont eux-mêmes incapables de capter l'essence due à la configuration ou à la grandeur des pièces ou encore à une luminosité insuffisante.

Pour sa part, Hélène Lavoie, courtière immobilière agréée DA, de l'Équipe Lavoie2 de Via Capitale, travaille avec la photographe depuis ses débuts en photographie immobilière. Elle lui confie l'ensemble de ses inscriptions.

«Pour moi la qualité des photos a une importance capitale, soutient Mme Lavoie. Aujourd'hui, tout se passe sur Internet. Les gens sont nombreux à aller consulter les inscriptions en ligne avant même d'entrer en contact avec nous. La mise en marché des propriétés se doit d'être soignée pour rendre justice aux maisons et donner envie aux gens d'en voir davantage», affirme-t-elle.

Depuis qu'elle fait affaire avec une photographe professionnelle, la courtière a d'ailleurs vu une augmentation de son chiffre d'affaires.

«Les photos ce n'est pas tout. Il faut bien sûr que le prix corresponde au produit. Si le prix demandé est 50 000 $ au-dessus de la valeur réelle, il y a de fortes chances pour qu'on ait bien peu d'appels. Mais lorsque le prix convient, que la maison est bien listée, que la mise en marché est soignée et qu'en plus on a de belles photos professionnelles, là on a de bonnes chances de vente», ajoute Mme Lavoie.

(Rédaction publicitaire)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer