Résidence des Dumais-Simard

Un décor éclaté, jeune et dynamique à l'image de ses propriétaires

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie Richard
Le Quotidien

(Saguenay) Il y a de ces gens qui nous inspirent de par leur talent, leur audace ou encore leur créativité. Ils nous amènent souvent à rêver à de plus hauts sommets et disons-le, suscitent parfois l'envie. C'est notamment le cas d'un jeune couple de La Baie qui a osé se lancer dans un projet que certains disent perdu d'avance, celui de l'autoconstruction. Leur résidence, aux antipodes de ces maisons unifamiliales sans personnalité, respire le bonheur et le plaisir créatif. Bienvenue chez les Dumais-Simard.

À l'entrée, un mur de rangement complet est... - image 1.0

Agrandir

À l'entrée, un mur de rangement complet est enjolivé par des peintures de style «pop art», création de Geneviève Dumais.

À la mezzanine, l'espace est maximisé. Un bureau... - image 1.1

Agrandir

À la mezzanine, l'espace est maximisé. Un bureau ainsi qu'un coin lecteur pour maman et fiston ont été aménagés.

Les pièces monochromes, les espaces fermés et les accessoires décoratifs sans caractère; très peu pour eux. Geneviève Dumais et Luc Simard apprécient les belles choses, mais surtout celles qui ont de la vie. Leur maison en est la preuve.

Située à La Baie, là où jadis prenait place une grange, la maison est spacieuse. «Les gens pensent qu'on est aisé financièrement parce que notre maison est grande, mais disons que nous avons su saisir les opportunités qui se sont présentées», affirme Geneviève. «Notre terrain appartenait à mes beaux-parents qui vivent juste à côté, et pour ce qui est des matériaux qui ont servi à bâtir la maison, ce sont pour la plupart de bonnes aubaines sur lesquelles on est tombé».

Il faut dire que les propriétaires, parents de deux jeunes enfants, ne manquent pas d'imagination pour transformer l'ordinaire en extraordinaire. Dans chacune des pièces, le visiteur a de quoi être agréablement surpris.

À la cuisine, le dosseret en carreaux blancs semble s'envoler vers le plafond alors qu'un bar prend littéralement place sous une vitre dans l'îlot comptoir-lunch. À la salle de bains, d'énormes bulles d'eau faites de styromousse agrémentent les murs, et au salon, une imposante plate-forme recouverte de bois de grange accueille des luminaires en forme de boule. Cette dernière reliée à un câble se descend et se remonte au gré des envies.

Vraiment, il y a de quoi se rincer l'oeil! Et tout cela, c'est sans compter l'explosion de couleur qui agit comme toile de fond au décor. Bleu, blanc, jaune, orange, vert, charcoal; elles y sont toutes ou presque. Mais aussi judicieusement utilisées et agencées, les multiples couleurs créent une ambiance chaleureuse et familiale.

Une construction sans compromis

Depuis maintenant trois ans et demi, Geneviève et Luc occupent la résidence. Au fil des mois, les travaux se sont poursuivis, lentement mais sûrement. Il faut dire que les autoconstructeurs ne voulaient pas faire les choses à moitié en ce qui a trait à leurs besoins et leur confort.

«On voulait une maison qui soit parfaite pour élever notre famille. Il était important pour nous que tout soit à portée de main et que l'espace soit ouvert. Dès le départ, on savait quel modèle de maison on voulait (le plan Nadine des Industries Bonneville). On a tout de même fait faire certaines modifications au plan original», exprime la mère de famille qui possède une formation en décoration.

Des fondations au décor final, le couple a tout fait ce qu'il pouvait légalement faire. Créatifs et habiles de leurs mains, les propriétaires se sont aussi bien entourés.

«Nous avons reçu beaucoup d'aide de nos amis et de notre famille. Tout le monde y a mis du sien. Ils ont été généreux de leur temps. La gestion du projet a tout de même été l'aspect le plus difficile de notre autoconstruction», affirme Geneviève. Mais dans l'ensemble, le couple a vécu une expérience enrichissante.

«Beaucoup de personnes nous disaient que nous risquions de nous séparer ou de nous engueuler durant la construction, mais ça n'a pas été le cas. Notre mot d'ordre était: lorsque l'un de nous dit non, c'est non. Et ça a fonctionné. On a aussi beaucoup appris durant les travaux. Nous avons commis des erreurs et nous nous sommes rattrapés. L'expérience a été positive et si c'était à refaire, nous recommencerions sans hésiter», assure la jeune femme.

Encore beaucoup de tâches attendent les propriétaires qui ont accueilli une jolie petite fille au printemps dernier. Ils espèrent notamment décorer la chambre principale et éventuellement finaliser le sous-sol pour y installer les enfants. Une petite cachette pour ces derniers devrait aussi voir le jour dans les années à venir, sur la mezzanine.

De beaux projets à compléter pour cette famille remplie d'imagination et d'ingéniosité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer