Parfums d'intérieur

Qu'y a-t-il dans l'air que vous respirez?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie Richard
Le Quotidien

(Saguenay) Nombreux sont les Nord-Américains qui, recherchant la fraîcheur, choisissent d'utiliser des parfums d'intérieur. Vendus couramment dans les épiceries, les pharmacies, les dépanneurs et les magasins à grande surface, ces produits sont offerts sous diverses formes.

Alors que certains se branchent, d'autres fonctionnent à pile, plusieurs se vaporisent et d'autres encore nous sont proposés sous forme de chandelle. Promettant de faire disparaître les mauvaises odeurs, vous êtes-vous déjà demandé ce qu'ils faisaient apparaître dans l'air que vous respirez?

Selon la firme de marketing Kline & Company, aux États-Unis seulement, il se serait écoulé pour 3,3 milliards de dollars en «sent-bon» en 2010. Une augmentation de 6 % par année au cours de la dernière décennie.

Mais si les consommateurs sont aussi nombreux à se procurer ces produits, il n'en reste pas moins que ces derniers soulèvent maints questionnements rapportés dans la presse.

C'est qu'actuellement, les fabricants de désodorisants pour la maison ne sont pas tenus d'inscrire la liste des ingrédients qui composent leurs produits. Cela empêche donc les consommateurs de vérifier le contenu de ce qu'ils s'apprêtent à diffuser dans l'air.

Mais si les ingrédients étaient inscrits, seriez-vous reconnaître ceux qui sont nocifs pour votre santé?

Des études qui font réfléchir

Selon l'étude de Anne Steinemann, professeur en génie civil et environnemental ainsi qu'en affaires publiques à l'Université de Washington, en moyenne, sur 25 produits testés pour la maison (détergents, désodorisants pour la maison, assouplisseurs, désinfectants, etc.) 17 composés organiques volatils étaient émis.

De ce nombre, chaque produit libérait entre un à huit produits chimiques toxiques ou dangereux, et près de la moitié d'entre eux généraient au moins un polluant atmosphérique dangereux et cancérigène tel que de l'acétaldéhyde, du formaldéhyde, du chlorure de méthylène ou du 1,4 dioxane.

D'autres études produites aux États-Unis et en Europe font référence à la présence de phtalates dans les parfums d'intérieur. Les phtalates sont un groupe de produits chimiques pouvant rendre certains éléments plus mous et plus flexibles comme le plastique.

Les phtalates sont pointés du doigt et accusés de perturber le système endocrinien et de causer des cancers.

Sur le site Internet de la Société canadienne du cancer, on peut d'ailleurs lire : «La Société canadienne du cancer s'inquiète surtout de l'utilisation des phtalates dans les dispositifs médicaux de même que dans les jouets et produits destinés aux enfants.»

Selon une étude américaine indépendante, réalisée par l'organisme Natural Ressource Defense Council (NRDC), sur 14 parfumeurs d'air populaires, dont aucun ne faisait mention de la présence de phtalates, 12 d'entre eux en contenaient, dont certains produits portant la mention «naturel».

Comme le suggèrent certains spécialistes et défenseurs de l'environnement, peut-être vaut-il mieux éviter complètement l'utilisation des parfums d'intérieur, et ne pas croire que tout ce qui porte la mention naturelle est évidemment inoffensif pour la santé?

Quoi faire pour un intérieur frais?

Il est tout à fait possible de faire disparaître les odeurs de poisson, de friture ou de fondue chez soi sans pour autant recourir à l'utilisation de produits commerciaux.

La solution la plus simple reste évidemment l'aération. Ouvrir un peu les fenêtres pour laisser circuler l'air, c'est efficace et ça ne coûte rien.

Vous pouvez aussi créer votre propre parfum d'intérieur. La Fondation David Suzuki recommande cette recette : une demi-tasse de bicarbonate de soude et vingt gouttes d'huile essentielle. Mélangez le tout dans un bocal et percez des trous sur son couvercle.

Autres petits trucs, vous pouvez vous fabriquer un pot-pourri en utilisant des pétales de rose, des fleurs, des bâtons de cannelle ou autres. Du vinaigre et quelques gouttes de jus de citron suffisent quant à eux à dissiper les odeurs de fumée et de friture.

Source : Protégez-vous, février 2012

Environmental Health Perspective

Natural Ressource Defense Council

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer