Conseils d'achat : souffleuses

Êtes-vous bien équipé pour affronter l'hiver?

La semaine dernière, les amateurs de ski et de raquettes ont été comblés tout... (Ariens)

Agrandir

Ariens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie Richard
Le Quotidien

(Saguenay) La semaine dernière, les amateurs de ski et de raquettes ont été comblés tout comme les enfants qui se sont vu être exemptés d'école. C'est que la région a reçu d'importantes chutes de neige; près de 30 cm sont tombés en l'espace d'une seule journée. Mais ce qui fait le bonheur des uns fait souvent le malheur des autres, ainsi de nombreux propriétaires de maison se sont retrouvés plutôt mal pris, ne sachant comment venir à bout de toute cette neige. En pareille circonstance, on peut se demander si on est bien équipé pour affronter les hivers québécois. Et si votre souffleuse était mûre pour la retraite?

Les souffleuses d'aujourd'hui ne sont plus ce qu'elles étaient. Les fabricants en ont amélioré les composantes, augmenté la puissance, en plus de leur ajouter différents dispositifs les rendant plus agréables à utiliser comme la direction assistée.

Avec la bonne machine répondant à vos besoins, déneiger son entrée devient pratiquement un jeu d'enfant. Mais parmi tous les modèles de souffleuses offerts en magasin comment arrêter son choix.

Modèle, puissance et options

Responsable du département mécanique à la Coop Nutrinor Chicoutimi, Frédéric Fitzmorris nous rappelle que le premier élément dont il faut tenir compte pour l'achat de sa souffleuse est la superficie de la surface à déneiger.

Il existe en effet différentes largeurs de boîtiers convenant à différents besoins. Dans les marques proposées à La Coop Nutrinor Chicoutimi (Cub Cadet et Ariens), on parle de boîtiers dont les dimensions peuvent varier de 24 à 45 pouces. Ceux de 28 pouces conviennent généralement pour la plupart des besoins résidentiels.

Mais au-delà de la largeur du boîtier, on parle souvent de puissance et de mécanisme. Il faut savoir qu'il existe trois catégories de souffleuses soit celles à une phase, à deux phases ou encore les nouveaux modèles Cub Cadet à trois phases. Une phase correspond à une opération effectuée pour éjecter la neige.

«Les modèles à une phase ne sont pas recommandés. Ils sont souvent moins robustes et durables et servent surtout à déneiger les patios et les galeries, explique Frédéric Fitzmorris. Dans la marque américaine Ariens, on a de très bons modèles à deux phases, c'est-à-dire qui comprennent une tarière qui broie la neige avant de l'envoyer au rotor qui l'expulse. On a aussi depuis maintenant deux ans, les souffleuses à trois phases de Cub Cadet qui ont en plus de la tarière, deux turbines qui poussent la neige vers le rotor».

Pour ce qui est de la puissance des souffleuses, on observe généralement des modèles variant de 5 à 14 chevaux-vapeur. M. Fitzmorris nous met toutefois en garde : «Ce qu'il faut vérifier, c'est surtout le ratio grosseur-force. Plus le boîtier est gros, plus la souffleuse aura besoin de puissance. Par contre, chez Cub Cadet, la plupart des modèles à trois phases ont un moteur de 14 forces. Il est conçu pour un boîtier de 45 pouces ce qui veut dire que ce sont tous les autres modèles de plus petites tailles qui ont un moteur plus fort que ce dont ils ont réellement besoin», précise-t-il.

Finalement, comme autre élément influençant le choix des consommateurs, on retrouve les accessoires et autres options. Certains utilisateurs apprécieront que leur souffleuse soit munie d'un démarreur électrique, comme c'est le cas des modèles offerts à la Coop Nutrinor Chicoutimi, ou encore de poignées chauffantes pour plus de confort.

Service après-vente

Lors de l'achat de votre souffleuse, au-delà de la machine elle-même, il faut également tenir compte du service offert par l'entreprise auprès de laquelle vous effectuez votre achat. Offre-t-elle du soutien mécanique? Tient-elle en inventaire différentes pièces de remplacement? Compte-t-elle parmi son équipe des mécaniciens de véhicules légers expérimentés?

Si vous ne croyez pas être en mesure d'effectuer vous-même l'entretien régulier de votre souffleuse ou les réparations mécaniques qui peuvent être nécessaires après un bris, il peut être rassurant de savoir que l'entreprise qui vous l'a vendue peut s'en charger pour vous et est qualifiée pour le faire.

Entretien

Comme l'achat d'une souffleuse est une décision assez importante, on prend soin de se questionner sur nos besoins et sur les différents modèles offerts en magasin, mais une fois l'achat complété encore faut-il entretenir adéquatement notre machine pour en prolonger la durée de vie.

«Même si on dit des modèles récents qu'ils demandent moins d'entretien, on conseille de procéder à une mise au point chaque année. Il faut faire le changement d'huile et le changement de bougie. Il est aussi important d'ajuster les câbles, de vérifier le roulement et la lubrification de certaines pièces», explique M. Fitzmorris. La Coop Nutrinor Chicoutimi est d'ailleurs l'une des entreprises de la région à offrir le service de mise au point à sa clientèle.

Au niveau de l'entretien, bien qu'il ne soit pas nécessaire de ranger la souffleuse au garage, il est judicieux de la protéger par une toile. Et à la fin de la saison hivernale, il ne faut pas oublier d'ajouter du stabilisateur d'essence dans le réservoir. «Certains fabricants vont conseiller de vider le réservoir d'essence avant l'entreposage, d'autres vont dire de le remplir. Qu'importe le niveau d'essence, en ajoutant du stabilisateur, on protège notre souffleuse. D'ailleurs, on devrait toujours mettre de l'essence «super» dans notre souffleuse étant donné qu'on ne l'utilise pas de façon régulière», explique le spécialiste.

Une souffleuse de bonne qualité, bien entretenue, devrait avoir une durée de vie de 15 à 20 ans et parfois encore plus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer