Le Greenbuild

Le plus important événement en construction écologique

Le groupe Mission Québec est constitué d'une trentaine... (Courtoisie)

Agrandir

Le groupe Mission Québec est constitué d'une trentaine d'entreprises québécoises ayant reçu une subvention afin de prendre part au Greenbuild.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Hélène Jean
Le Quotidien

(Saguenay) Le Greenbuild est sans contredit la plus importante conférence et exposition au monde entièrement consacrées à la construction écologique. C'est à La Nouvelle-Orléans que s'est tenu l'événement échelonné sur trois jours, du 22 au 24 octobre dernier. Chaque année, le Greenbuild réunit 30 000 personnes, la plus importante communauté passionnée par le bâtiment vert.

C'est à La Nouvelle-Orléans que s'est tenu l'événement... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

C'est à La Nouvelle-Orléans que s'est tenu l'événement échelonné sur trois jours, du 22 au 24 octobre dernier

Courtoisie

Membre du conseil d'administration de la section du Québec du Conseil du bâtiment du Canada, Alexandre Bouchard en était à sa première expérience au Greenbuild. Le gouvernement du Québec a mis sur pied un groupe (Mission Québec), constitué d'une trentaine d'entreprises québécoises qui ont reçu une subvention pour prendre part au Greenbuild afin de développer d'éventuels partenariats d'affaires aux États-Unis. L'objectif est de démontrer que le Québec suit la vague du bâtiment durable et souhaite accroître son expertise en la matière.

«C'est vraiment énorme! Il s'agit du plus gros événement en bâtiment durable au monde. C'est le USGBC (U.S. Green Building Council) qui l'organise. Le Greenbuild s'adresse aux professionnels qui travaillent dans le domaine de la construction durable, notamment aux architectes, aux ingénieurs, mais aussi aux dirigeants de l'industrie. On y retrouve des politiciens américains et des décideurs publics qui sont concernés par tout ce qui touche le bâtiment durable ou en général», explique Alexandre Bouchard chez qui l'enthousiasme est encore bien présent.

Ce sont donc trois journées exaltantes qu'ont vécues les milliers de participants du Greenbuild. Conférences, ateliers LEED, visites de bâtiments écologiques à La Nouvelle-Orléans, l'occasion rêvée de recueillir et de renouveler son engagement dans le mouvement vert. Le Greenbuild est une fenêtre sur les tendances actuelles du marché.

«En parallèle aux conférences et aux formations auxquelles il est possible d'assister,  il y a un grand centre d'exposition où une foule de compagnies viennent présenter leurs produits conçus pour le bâtiment durable tels que des matériaux architecturaux comme des planchers en bois ou en verre recyclé, par exemple. Il a aussi été question d'un nouvel éclairage naturel, qui est très à la mode. Pour moi qui suis ingénieur en mécanique du bâtiment, le fait d'avoir accès à toutes les nouveautés qui s'en viennent sur le marché à court terme, ça m'a donné plein d'idées pour des projets ici. C'est un gros avantage.»

Quelques mots sur la biophilie

Parmi les sujets qui ont retenu l'attention de M. Bouchard, mentionnons la biophilie, un nouveau champ d'études. «Il y avait beaucoup de conférences portant sur ce sujet. C'est une grosse tendance qui comporte deux aspects, à commencer par le biomimétisme qui consiste à s'inspirer de la nature, de ce que les animaux font bien dans la conception des bâtiments efficaces ou dans les technologies en général. Par exemple, on regarde de quelle manière les araignées tissent leur toile pour appliquer quelques trucs dans les structures des bâtiments. L'autre principe repose sur l'amour de la nature. Au départ, l'homme a été fait pour vivre dehors où l'éclairage n'est jamais constant. Notre corps réagit à cette lumière et cela affecte notre rendement. Beaucoup d'études portent actuellement sur le bien-être des personnes et leur efficacité au travail. Optimiser l'éclairage naturel dans les bureaux fait toute la différence. Le bâtiment vert, ce n'est plus seulement l'architecture et ce que l'on met dedans. C'est aussi comment on l'éclaire et comment on le ventile. Notre corps étant fait pour vivre dehors, les chercheurs ont démontré  qu'en variant la température ambiante de quelques degrés et en changeant la vitesse à laquelle l'air circule, une personne qui travaille devant son ordinateur toute la journée sera beaucoup plus efficace et réveillée. Ce sont des petits changements qui, en ingénierie, sont simples à faire même pour des ba.»

Place aux écoles vertes

«Les écoles vertes ont été un de mes sujets préférés. C'est le Center for Green Schools, un regroupement du USGBC autour des écoles vertes qui a réuni des chercheurs et des professionnels. Ensemble, ils ont créé des documents complets qui sont gratuits et disponibles en ligne (centerforgreenschools.org sous l'onglet ressources). On y apprend pourquoi concevoir des écoles vertes et comment le faire, de quelle façon les promouvoir, et ce qu'elles représentent d'un point de vue économique. On parle beaucoup de contenu qui est vraiment important, mais on néglige le contenant. Savoir dans quel milieu nos enfants apprennent. Ils font toute sorte de tests sur les impacts du son et de la ventilation dans les écoles et des impacts sur la compréhension et la performance. La qualité de l'air a des conséquences sur la santé (asthme, grippe). Plus il y a de monde dans une pièce fermée, plus on dégage du C02 et plus on a tendance à s'endormir. Les tests démontrent aussi qu'un étudiant est capable d'être vraiment plus concentré s'il a vue sur l'extérieur et qu'il y a une lumière indirecte.»

Alexandre Bouchard s'est vu confié le mandat de faire connaître le Conseil du bâtiment durable en région. La branche Saguenay vient d'ailleurs tout juste de voir le jour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer