Piscine Bertrand Bouchard

Des conseils tout simples

Peu importe la saison, avec ses 20 000 pieds carrés de surface, on trouve tout... (Harman)

Agrandir

Harman

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Hélène Jean
Le Quotidien

(Saguenay) Peu importe la saison, avec ses 20 000 pieds carrés de surface, on trouve tout le nécessaire pour la maison (et bien plus!) chez Piscine Bertrand Bouchard. Implantée dans la région depuis une cinquantaine d'années, l'entreprise a accueilli des milliers de clients ayant tous leurs propres besoins et questions, notamment en ce qui concerne les poêles et foyers.

Peu importe la saison, avec ses 20 000... (Harman) - image 1.0

Agrandir

Harman

Peu importe la saison, avec ses 20 000... (Harman) - image 1.1

Agrandir

Harman

Vous trouverez chez Piscine Bertrand Bouchard tout le nécessaire pour aménager un coin douillet près du feu. De la pierre et de la brique décorative jusqu'au choix d'un appareil de chauffage d'appoint. «Tout ce qui chauffe, nous l'avons. Que ce soit le poêle aux granules, à bois, au gaz, à l'anthracite et même les thermopompes», fait valoir Donald Bouchard, directeur général de l'entreprise familiale.

Ce dernier ne craint pas d'expliquer les caractéristiques des différents types d'appareils. «J'ai commencé à vendre des poêles aux granules il y a environ une quinzaine d'années alors que peu de commerces en vendaient. Je suis en mesure de répondre à presque toutes les questions. Nous avons la particularité de proposer des cheminées de quatre pouces qui donnent une meilleure combustion donc de plus belles flammes. Elles font un meilleur travail et sont plus sécuritaires».

Granules, gaz ou bois?

«La granule s'adresse à ceux qui veulent chauffer économiquement leur maison. C'est un système de chauffage d'appoint qui peut fonctionner tout le temps. Un poêle à gaz, c'est un poêle d'appoint que l'on fait fonctionner comme on le fait avec la télévision. On l'allume un bout de temps pour se réchauffer et on le referme au moment d'aller au lit. Nous dirigeons les gens vers les produits qui leur conviennent le mieux. S'ils veulent n'avoir rien à manipuler, le poêle au gaz est la meilleure solution. Pour un minimum d'effort et un beau confort, on se tournera vers la granule et s'ils souhaitent avoir un feu plus réaliste qui crépite et qu'ils ne voient pas d'inconvénient à devoir poser plus souvent une action, on choisira le bois. La plus belle ambiance, c'est avec le bois qu'on l'obtient!», poursuit-il.

Combien vais-je épargner?

Combien vais-je épargner est une question que l'on pose régulièrement à Donald Bouchard. «Les gens sont nombreux à espérer sauver beaucoup d'argent en se procurant un poêle aux granules. Il faut se procurer ce genre d'appareil pour le confort qu'il procure davantage que pour les économies en coût de chauffage qu'il peut représenter. Il faudra quelques années, 4 ou 5,  avant d'absorber les coûts reliés à cet investissement. Selon le système de chauffage que l'on utilisait avant de changer pour la granule, la différence sera plus marquante. L'huile est particulièrement dispendieuse (2000 $ à 3000 $ par année), la  granule coûte environ de 700 $ à 800 $ par an pour un bungalow standard», explique Donald Bouchard.

Ramoner pour mieux chauffer

Notre spécialiste mentionne qu'en cette période de l'année, tous systèmes confondus, il est temps de procéder au ramonage de la cheminée. Piscine Bertrand Bouchard dispose de tout le nécessaire (conseils et brosses) pour vous acquitter de cette tâche sans trop de tracas.

Aussi appelée «hérisson», la brosse de ramonage doit être de forme et de grosseur adaptées à la cheminée. Les éléments du système d'évacuation (cheminée, tuyaux de raccordement et conduits de fumée) doivent tous être brossés vigoureusement afin de prévenir l'accumulation de créosote ou de particules de suie sur les parois et de réduire les risques d'incendie.

La sécurité d'abord!

Quand on parle de système de chauffage d'appoint, la sécurité est un aspect auquel il faut porter une attention particulière. M. Bouchard conseille donc aux propriétaires de ce type d'appareil de se munir d'un détecteur de monoxyde de carbone, un petit appareil tout simple, conçu pour mesurer, sur une base continue, la concentration de monoxyde de carbone dans l'air ambiant. Il émet un signal d'alarme avant que ce gaz représente un risque important pour la santé et que les personnes éprouvent des symptômes d'intoxication. L'avertisseur de monoxyde de carbone est actuellement le seul moyen de détecter la présence de cette substance afin d'éviter les intoxications et les décès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer