Les secrets du style français

Le château des dames

  •  (chenonceau.com)

    Plein écran

    chenonceau.com

  • 1 / 12
  • Le Cher (Roxanne Simard)

    Plein écran

    Le Cher

    Roxanne Simard

  • 2 / 12
  • Vue en hauteur du magnifique château de Chenonceau (Chenonceau.com)

    Plein écran

    Vue en hauteur du magnifique château de Chenonceau

    Chenonceau.com

  • 3 / 12
  • Salon Louis XIV (Roxanne Simard)

    Plein écran

    Salon Louis XIV

    Roxanne Simard

  • 4 / 12
  • Galerie construite sur le pont (Guide de visite)

    Plein écran

    Galerie construite sur le pont

    Guide de visite

  • 5 / 12
  • Voûtes d'ogives en ligne brisée, vestibule (Roxanne Simard)

    Plein écran

    Voûtes d'ogives en ligne brisée, vestibule

    Roxanne Simard

  • 6 / 12
  • Cuisine (Roxanne Simard)

    Plein écran

    Cuisine

    Roxanne Simard

  • 7 / 12
  • Chambre de Louise de Lorraine (Guide de visite)

    Plein écran

    Chambre de Louise de Lorraine

    Guide de visite

  • 8 / 12
  • Cabinet vert de Catherine de Médicis. (guide de visite)

    Plein écran

    Cabinet vert de Catherine de Médicis.

    guide de visite

  • 9 / 12
  • Chambre de Catherine de Médicis (Guide de visite)

    Plein écran

    Chambre de Catherine de Médicis

    Guide de visite

  • 10 / 12
  • Jardins (Guide de visite)

    Plein écran

    Jardins

    Guide de visite

  • 11 / 12
  • Château et Tour des Marques du XVe siècle. (Roxanne Simard)

    Plein écran

    Château et Tour des Marques du XVe siècle.

    Roxanne Simard

  • 12 / 12

Partager

Sur le même thème

Roxanne Simard
Le Quotidien

(Chicoutimi) Dans ma première chronique, je vous ai parlé du château des Ducs de Bretagne à Nantes, celui que j'aimais bien surnommer «mon» château. Je me dois de vous dévoiler mon secret : J'en aime un autre! En effet, lors de ma visite dans une partie de la magnifique vallée de la Loire, j'ai visité deux somptueux châteaux, dont celui qui m'a fait craquer: Chenonceau. Ne le dites pas trop fort...j'ai peur que ma prochaine visite à Nantes ne se passe pas très bien!

La vallée de la Loire déborde de trésors architecturaux. Plus de 400 châteaux se trouvent en bordure de ce long cours d'eau qui était autre fois une route fluviale majeure en France. Familles riches et membres de la noblesse se bâtissaient d'incroyables demeures tout au long de la Loire. Aujourd'hui classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, le Val de Loire, dénombre 20 châteaux touristiques accueillant chaque année un nombre impressionnant de visiteurs.

Château des dames

Le château de Chenonceau est le plus visité après Versailles. De style Renaissance, il est l'une des constructions représentant la rupture avec le style médiévale. Ce qui est impressionnant c'est que cette demeure luxueuse a uniquement été habitée par des femmes, d'où son surnom «Château des dames». C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il dégage grâce et féminité et que toutes les filles qui le visitent tombent littéralement sous le charme. Bref, Chenonceau est clairement dans mon «top trois» de châteaux de princesse. (Pour satisfaire votre curiosité, le premier est le Neuschwanstein en Allemagne).

Retournons à Chenonceau. Ce château a donc été habité par de nombreuses femmes, qui ont toutes joué un rôle, de près ou de loin, dans la construction de ce chef-d'oeuvre de la renaissance. Construit en 1513, par Thomas Bohier, c'est toutefois sa femme, Katherine Briçonnet, qui supervise les travaux et lui donne le style que l'on retrouve encore aujourd'hui.

Autrefois, les terres du château étaient occupées par la famille des Marques au XIIIe siècle. Le seul vestige de ces constructions est le donjon, appelé aujourd'hui Tour des Marques, qui date du XVe siècle. Ayant été transformé par Mme Briçonnet au goût Renaissance, il se dresse encore aujourd'hui dans l'avant-cour, avec le puits.

Le célèbre pont

Comme paiement de dettes à la mort de M. Bohier et sa femme, le château devient la propriété du roi Henri II, qui l'offre à sa maîtresse Diane de Poitiers. Cette dernière y fait construire le superbe pont enjambant le Cher. Se démarquant par son style et son unicité, il deviendra la particularité de l'architecture de Chenonceau. Les magnifiques jardins, qui étaient d'ailleurs les plus modernes et spectaculaires de l'époque, ont aussi été créés par cette brillante femme.

Une résidence royale

À la mort d'Henri II, sa femme, Catherine de Médicis s'approprie le château de sa rivale Diane de Potiers. Devenue régente, elle souhaite faire de Chenonceau une résidence royale et gère le pays depuis son cabinet vert. Elle fait construite une galerie sur le pont de Diane de Poitiers. Longue de 60 mètres, cette salle de bal est éclairée par 18 fenêtres et est dotée d'un magnifique plancher en tuffeau avec des dalles noires et blanches. Notons aussi les deux imposantes cheminées Renaissance aux extrémités, dont l'une n'est qu'une décoration cachant la sortie vers l'autre rive du Cher.

C'est ensuite Louise de Lorraine, qui déménage à Chenonceau suite à la mort du roi Henri III pour y vivre son deuil. Sa chambre sera d'ailleurs reconstituée autour du plafond d'origine de couleur noire, qui souligne le côté funèbre de la pièce. Cette femme sera la dernière présence royale dans ce château.

De salon littéraire à hôpital

Alors que le siècle des Lumières est en plein essor, Louise Dupin habita Chenonceau et y organisa de nombreux salons. Ces rassemblements intellectuels de l'élite du XVIIIe siècle amènent de nombreux écrivains et philosophes à venir au château, dont Voltaire, Rousseau et Montesquieu. Cette femme brillante permettra d'ailleurs de sauver Chenonceau lors de la révolution.

Au XIXe siècle, c'est la bourgeoise Marguerite Pelouze qui habita le Château. On lui doit l'importante et couteuse restauration de Chenonceau, selon le modèle de l'époque de Diane de Poitiers. Finalement, la dernière femme qui joua un rôle majeur dans l'histoire de Chenonceau est l'infirmière Simone Menier, qui transforma les galeries du château en hôpital lors de la Première Guerre mondiale. Lors de la Deuxième Guerre, le cher servait de démarcation de la zone occupée. Le château a donc servi à évacuer de nombreuses personnes en zone libre.

Style et architecture

Dans de nombreuses pièces du château, des tapisseries qui ornent les murs et représentant diverses scènes religieuses, mythologiques ou scènes de genre. Ce sont majoritairement des tapisseries de Flandres, datant du XVIe siècle, ainsi que de la tapisserie de Bruxelles des XVe et XVIIe siècles.

Bien que l'architecture du château soit de type renaissance, certains meubles ou décorations sont de style gothique. Dans la librairie se trouve un plafond en chêne à caissons, de style italien, datant de 1525. Quant aux cuisines, elles sont aussi de style renaissance, mais ont été énormément modernisées lorsque le château fut transformé en hôpital. Autre élément intéressant, le vestibule, avec ses magnifiques voûtes d'ogives formant une ligne brisée, datant de 1515.

Visite

Vous souhaitez découvrir les nombreuses pièces de ce château? Le site internet de Chenonceau offre une visite interactive à 360 degrés, qui nous donne vraiment l'impression d'y être! Visitez le www.chenonceau.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer