Les Voyageurs signent un exploit à Trois-Rivières

Yan-Éric Tremblay a été très efficace au monticule... (Photo Le Nouvelliste, Stéphane Lessard)

Agrandir

Yan-Éric Tremblay a été très efficace au monticule pendant un peu plus de six manches et il a aidé les Voyageurs à surprendre les Aigles de Trois-Rivières.

Photo Le Nouvelliste, Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Voyageurs ont réussi un premier tour de force, lundi soir, à Trois-Rivières. Ils ont surpris les puissants Aigles de Trois-Rivières par la marque de 5-4, pour ainsi prendre les devants 1-0 dans la série huitièmes de finale de la Ligue de baseball junior élite du Québec.

L'exploit est encore plus digne de mention puisque Saguenay n'avait pas réussi à battre Trois-Rivières en six matchs cette saison, en plus de deux défaites subies pendant le calendrier préparatoire. Disons que le moment a été bien choisi pour mettre fin à cette vilaine séquence. La victoire a été portée à la fiche de Yan-Éric Tremblay, qui n'a permis qu'un seul point mérité en six manches et un tiers, sur huit coups sûrs.

La série trois de cinq se poursuit mardi soir, au Stade Richard-Desmeules, avec la présentation du second duel dès 19h30. Derek Côté aura l'occasion de pousser les champions de la division Financière Sun Life dans les câbles en amorçant le match au monticule.

«C'est bon pour notre confiance et ça prouve qu'on est capable de jouer contre eux, a résumé l'entraîneur des vainqueurs, Martin Pouliot. Ça va être un bon match demain (mardi) et j'espère qu'on va être en mesure de profiter de notre foule. Dans les dernières années, au lieu de se servir de l'appui des spectateurs, on s'est plutôt écrasés. Ce n'est pas comme ça qu'il faut voir les choses. Il ne faut pas avoir peur de faire des erreurs et d'essayer des choses. Il faut utiliser l'énergie de la foule de la bonne façon.»

Bon début

Les Voyageurs ont débuté la rencontre sur les chapeaux de roues en inscrivant trois points dès leur premier tour au bâton. Les trois premiers coureurs se sont rendus sur les buts, puis Raphael John Leblanc a produit le premier point en obtenant un but sur balles. Samuel Sirois-Paradis et Jean-Michel Acquin ont enchaîné avec des simples, produisant chacun un point.

Philippe Saad affrontait ses anciens coéquipiers et le bouillant lanceur aurait certainement souhaité un meilleur scénario. Le vétéran de 22 ans a été d'office pendant cinq manches, au cours desquelles il a donné cinq points, dont quatre mérités, sur sept coups sûrs.

«J'avais parlé à (Christopher) Stanford à propos de la possibilité de le mettre au troisième ou quatrième rang du rôle des frappeurs, mais j'ai décidé de le laisser au premier rang parce que je voulais qu'il commence en force, a mentionné Martin Pouliot. Je ne voulais pas que Saad commence et qu'il nous retire un ou deux gars et qu'il se mette en marche. Après Stanford, Simon Tremblay a déposé l'amorti et Saad, qui n'est pas bon en défensive, a hésité. La manche s'est ouverte et ça a donné le ton.»

Acquin a produit un deuxième point en troisième, avant que Simon Tremblay pousse Jacob Thériault au marbre avec un optionnel à la quatrième manche. Stanford a toutefois été épinglé en voulant voler le troisième coussin, ce qui a mis fin à la menace. Le pointage était alors de 5-0 en faveur des visiteurs et tout baignait dans l'huile.

Les Aigles ont connu leurs meilleurs moments en quatrième manche avec une poussée de trois points sur deux coups sûrs et une erreur. Les Voyageurs ont su limiter les dégâts jusqu'en fin de septième manche, alors que la situation s'est sérieusement corsée. Venu en relève à Yan-Éric Tremblay, Gabriel Côté devait composer avec les deux premiers buts occupés avec un seul retrait. Le lanceur a failli à la tâche en atteignant Ismael Ballard. Côté a ensuite été en mesure d'aller chercher le deuxième retrait, avant de céder sa place à Christopher Stanford. Ce dernier a rendu les choses excitantes en allouant un but sur balles avec les buts remplis. À 5-4 pour les Voyageurs, Simon Loranger a été retiré sur trois prises pour mettre fin à cette folle fin de match. Au total, sept frappeurs ont défilé à la plaque en septième.

Malgré ce premier gain, Martin Pouliot est d'avis que ses ouailles sont capables d'offrir une performance encore plus convaincante dans plusieurs aspects.

«On a manqué quelques jeux d'exécution, que ce soit des amortis sacrifices ratés ou des coureurs qui dormaient sur les buts, a observé Pouliot. Pour battre Trois-Rivières, il faut être sur la coche. Mardi, il faut mieux jouer encore et il faut que tout ce qu'on demande soit exécuté à la perfection. On sort d'ici avec une grosse victoire et ça fait du bien de les avoir enfin battus. Le plan de match demeure de rester le plus longtemps possible dans le match. Plus on va réussir à le faire, plus les bâtons des frappeurs de Trois-Rivières vont être pesants. Une série trois de cinq, c'est court.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer