Deux revers des Voyageurs: la magie n'a pas opéré

Dans le premier match, le partant des Aigles,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Dans le premier match, le partant des Aigles, Martin Gagnon, a lancé une partie complète, ne permettant que cinq coups sûrs.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La magie de l'édition 1983 n'a pas opéré sur la formation actuelle des Voyageurs (11-23) samedi au Stade Richard-Desmeules. Les Jonquiérois ont été balayés par les Aigles de Trois-Rivières (24-11), par des pointages de 5-2 et 8-4.

Dans le premier duel, devant des estrades bien garnies avec les retrouvailles, comme la veille les Jonquiérois ont laissé les visiteurs se forger une avance de 3-0 en début de match, mais n'ont pas été en mesure de rebondir ensuite. Encore une fois, la défensive jonquiéroise a ouvert la porte avec quatre erreurs, ce qui a permis aux Aigles de prendre les devants 5-0. Les Voyageurs ne semblaient plus du tout dans le coup, mais Yan-Éric Tremblay a redonné un peu d'espoir aux siens avec un retentissant circuit de deux points en sixième, ce qui n'a pas eu de suites.

Dans le deuxième affrontement et le troisième en moins de 24 heures, les locaux ont réussi à prendre les devants. Un triple du partant Yan-Éric Tremblay, suivi d'un double de Mathieu Tremblay ont porté le pointage à 3-1. À leur retour au bâton, les Trifluviens ont marqué un point, mais les Voyageurs ont aussitôt répliqué pour reprendre leur priorité de deux points.

Les Aigles ont frappé le grand coup en début de cinquième, à la suite d'une décision controversée des officiels. Avec un coureur au premier but, Louis-Xavier Labrosse a semblé attraper au vol une flèche pour doubler le coureur au premier but. L'arbitre a toutefois jugé qu'il n'avait pas capté la balle avant qu'elle fasse un bond, même s'il avait indiqué le contraire dans le feu de l'action. «C'était une balle à double jeu des deux bords», de soupirer l'entraîneur-chef Martin Pouliot. Labrosse a été expulsé pour avoir laissé sortir sa frustration et sera suspendu pour un match dimanche. Avec un seul retrait au lieu de deux et un coureur sur les buts, les Aigles se sont ensuite mis en marche et ont marqué quatre points, dont deux sur une longue balle de Raphaël Gladu, et n'ont plus jamais été inquiétés par la suite. «Celle-là est dure à avaler», de laisser tomber Martin Pouliot qui a également perdu les services de Sami Martel dans cette manche infernale, victime d'un contact au marbre. Des examens révéleront la nature exacte de la blessure.

Stanford de retour

L'entraîneur jonquiérois avait toutefois une bonne nouvelle à communiquer en fin de soirée. Le receveur Christopher Stanford lui a confirmé qu'il serait au Saguenay à compter de vendredi et terminera la saison dans l'uniforme jonquiérois. L'an dernier, celui qui a passé l'été dans un circuit professionnel mineur avait maintenu une moyenne de .467 en six rencontres. Il sera un atout important dans la lutte pour les séries éliminatoires.

Les Voyageurs disputeront un autre programme double dimanche alors qu'ils recevront la visite de Coaticook qui a été lessivé deux fois samedi à Lasalle. «On n'a pas le choix d'oublier vite», de convenir Martin Pouliot, espérant que ses protégés seront plus solides défensivement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer