Défaite de 9-4

Les Voyageurs ramenés à l'ordre

Devant une autre salle comble, cette fois de... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Devant une autre salle comble, cette fois de 2015 spectateurs au stade Richard-Desmeules, les Voyageurs de Saguenay ont été ramenés à l'ordre par les Aigles de Trois-Rivières qui l'ont emporté 9-4. La série est maintenant égale 1-1 et retourne en Mauricie dès ce soir.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Devant une autre salle comble, cette fois de 2015 spectateurs au stade Richard-Desmeules, les Voyageurs de Saguenay ont été ramenés à l'ordre par les Aigles de Trois-Rivières qui l'ont emporté 9-4. La série quatre de sept est maintenant égale 1-1 et retourne en Mauricie dès ce soir.

«On a manqué une opportunité de faire 2-0, mais on n'a pas manqué la série encore», a laissé tomber l'entraîneur-chef Robert Fatal dans son point de presse.

Hier, les visiteurs ont frappé dès la manche initiale avec une longue balle de Kevin Bergeron. Les Voyageurs ont répliqué avec deux points à leur tour au bâton sur des simples consécutifs, mais la manche a pris fin quand Steven Adam a été trop agressif et s'est fait prendre facilement au marbre après un relais imprécis au marbre. C'est en deuxième que les Aigles ont fait le gros des dommages avec quatre points lors d'un tour au bâton qui ne semblait pas vouloir prendre fin. Déjà en contrôle, ils ont ajouté deux points en troisième et deux autres en quatrième pour se donner un coussin insurmontable de 9-2, chassant le partant Édouard Delage dès la troisième manche. Les Voyageurs ont finalement montré des dents en fin de cinquième, mais ce fut nettement loin d'être suffisant pour un retour spectaculaire.

«C'est nous qui a créé ça et en plus Delage n'avait pas sa petite touche magique, a convenu Robert Fatal qui a pensé enlever son partant plus rapidement, mais avec l'allure offensive que le match semblait prendre, a décidé de le renvoyer en troisième manche, ce qui n'a pas fonctionné.

«Le message qu'ils nous ont envoyé, c'est que si on leur ouvre la porte, ils vont rentrer dedans. C'est une équipe d'expérience et ils en ont profité. C'est à nous d'apporter tout de suite les ajustements», de noter le grand manitou des Voyageurs.

C'est la deuxième semaine de suite que les Voyageurs offrent une performance décevante devant des estrades pleines. Si la semaine dernière ses protégés avaient montré peu de vie, cette fois, Robert Fatal trouvait après la rencontre qu'ils en avaient mis un peu trop.

«On a paniqué un petit peu en début de match. On n'a pas pris les bonnes décisions. On voulait tout de suite faire vite et on cherchait le résultat. J'avais beaucoup insisté avec nos joueurs qu'on devait prendre les devants tout de suite pour tout de suite embarquer la foule, ce qu'on avait pas réussi à faire dans le match numéro 4 contre Saint-Eustache. De ce côté, ça été super. Ils ont frappé un circuit et ensuite, on a bien répondu, mais c'était comme trop. On s'est nous-mêmes coupé les jambes», d'estimer Robert Fatal.

Si son vis-à-vis Rémi Doucet a annoncé qu'il ferait confiance à son as Kevin Bergeron pour le troisième match, Robert Fatal voulait encore un peu plus de réflexion hier soir. «Je ne veux pas partir aveuglément et prendre tout de suite une décision trop vite sous le coup de l'émotion et nommer un nom pour vouloir les battre. Ça va être une longue série et il faut juste bien jouer nos pions», a confié Fatal qui a reçu une très bonne nouvelle dans un effectif des lanceurs hypothéqué avec le retour en forme de Philippe Saad. Ce dernier a même effectué des lancers d'échauffement en début de rencontre, avant que le match tourne à l'avantage des visiteurs. «On va voir comment et quand on va l'utiliser», de mentionner l'entraîneur jonquiérois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer