Du hockey à l'armée

Gardien des Saguenéens de 1987 à 1989, Peter... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Gardien des Saguenéens de 1987 à 1989, Peter Dawe a ensuite connu une brillante carrière militaire. Il occupe aujourd'hui les postes de brigadier général et commandant adjoint des forces spéciales.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Peter Dawe a peut-être passé seulement 26 matchs devant le filet des Saguenéens, il a par la suite connu une brillante carrière militaire.

Le brigadier général des Forces armées canadiennes a été recruté pour le poste de président d'honneur du Tournoi de golf au profit de la Fondation d'études Desjardins. Les membres du comité organisateur, avec en tête un autre ancien de l'équipe, Jean Labelle, voulaient ainsi démontrer deux éléments cruciaux à leurs yeux. Dans un premier temps, ils désirent se rapprocher des anciens du club, mais aussi qu'il est possible de réussir à l'extérieur du monde du hockey. « J'étais surpris quand j'ai reçu le coup de fil de Jean Labelle. Je savais qu'il ne m'appelait pas pour mes exploits de hockeyeurs. Je peux toutefois servir d'exemple pour les joueurs actuels. Dans le junior majeur et avec les Sags, j'ai acquis des outils pour atteindre certains niveaux dans les forces », d'expliquer le militaire qui habite à Ottawa depuis décembre 1990 même s'il doit souvent se déplacer. 

Le parcours de Peter Dawe n'a rien de conventionnel même si son père, également prénommé Peter et natif de Terre-Neuve, a connu une brillante carrière militaire, notamment comme commandant à Valcartier. À l'adolescence, le gardien de but rêvait plutôt, comme plusieurs autres jeunes, d'une carrière dans la Ligue nationale de hockey. C'est de cette manière qu'il s'est retrouvé à Chicoutimi en 1987, d'abord comme troisième gardien de l'équipe. Le numéro un, Jimmy Waite s'était absenté en début de saison pour le camp des Blackhawks de Chicago, puis pendant la période des Fêtes au Championnat mondial junior. À ces occasions, il complétait un duo avec Denis Desbiens. L'année suivante, Dawe devenait le numéro deux, mais derrière un certain Félix Potvin. 

« J'ai joué avec de très bons gardiens. C'est pour ça que j'ai décidé d'entrer dans l'armée », blague Peter Dawe, rencontré au Club de golf de Chicoutimi, quelques minutes avant qu'il offre une petite conférence aux participants du tournoi. Pour l'occasion, il était accompagné par le nouvel adjudant-chef du Royal 22e régiment Marco Côté, originaire de Chicoutimi-Nord. En début de soirée, les participants ont eu droit à une démonstration.

Marc Denis, les militaires Marco Côté et Peter... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Marc Denis, les militaires Marco Côté et Peter Dawe, Jean-François Nadeau, de Rio Tinto, et le président du comité organisateur, Jean Labelle, ont accueilli 44 équipes pour le Tournoi de golf au profit de la Fondation d'études des Saguenéens.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Peter Dawe a également profité de son passage au Saguenay pour faire le tour des installations du centre Georges-Vézina et revoir certains visages familiers. 

« Comme tout jeune, j'envisageais une carrière professionnelle. C'est certain qu'avec mon cheminement, je savais que j'avais un talent, mais j'étais conscient que ce n'était pas comme d'autres qui ont ensuite atteint la LNH. J'ai donc regardé mes options. J'ai été chanceux, mon père a toujours été une inspiration pour moi. J'ai toujours été très proche de lui. Avec les Sags, j'ai acquis des outils qui m'ont grandement servi dans l'armée comme la condition physique et la gestion du stress. Je ne pensais toutefois pas que j'y passerais les 27 années suivantes », relate le sympathique brigadier général qui est également commandant adjoint des forces spéciales. Ils sont un peu moins d'une centaine à occuper des postes de généraux-amiraux dans l'armée canadienne. 

À l'image de l'aîné, les trois autres frères ont également servi dans les Forces armées canadiennes. En juillet 2007, le plus jeune, Matthew, un capitaine, a été tué avec cinq de ses camarades, lors de l'explosion d'une bombe artisanale près de Kandahar, en Afghanistan. « On comprend que le danger vient avec le métier. On ne prend jamais notre sécurité pour acquise », fait valoir Peter Dawe qui a lui-même été déployé à deux occasions en Afghanistan.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer