Kotkov: le temps de l'adaptation

Le nouvel attaquant russe des Sags, Vladislav Kotkov,... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le nouvel attaquant russe des Sags, Vladislav Kotkov, a rencontré la presse saguenéenne au lendemain de son arrivée. Ses propos étaient traduits par Alexandra Lebedeva.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Maintenant qu'il est débarqué au Canada, plus précisément à Chicoutimi, l'attaquant russe des Saguenéens, Vladislav Kotkov, doit s'adapter à un tout nouvel environnement.

«Ça va prendre un certain temps, mais je suis très content d'être ici», a laissé tomber le jeune homme de 17 ans et 6 pieds 4 pouces mercredi matin lors d'une première apparition médiatique au cours de laquelle la traduction était assurée par Alexandra Lebedeva, une Russe d'origine installée dans la région depuis quelques années. 

«J'ai hâte de commencer mes cours d'anglais, pour mieux comprendre les exigences et mieux communiquer», a-t-il poursuivi, n'ayant pas d'échéancier précis pour se sentir à l'aise sur la glace, mais aussi à l'extérieur. 

Encore une fois avec un large sourire accroché au visage, Vladislav Kotkov ne s'attendait pas à un tel accueil dans sa nouvelle ville d'adoption. Cette attention le flatte, même si elle le gêne. «Mes amis en Russie me disaient que ça se pouvait que ça arrive, mais je n'ai jamais cru que ça se passerait comme ça. Je suis surpris», d'admettre le nouveau membre des Saguenéens qui demeure très humble malgré tout. 

«Je ne suis pas une star. Pour le devenir, il faut travailler», a-t-il rappelé, avouant ne rien connaître de l'histoire des Saguenéens. «Niet», a-t-il répondu, ce qui a bien été compris par tout le monde et déclenché des rires bien sentis dans l'auditoire. Le Russe a tout de même tenté d'en savoir un peu plus lors des dernières semaines auprès de son compatriote German Rubtsov, qui pourrait bien être son coéquipier la saison prochaine, mais n'a pas été capable de le joindre, tout comme Dmitry Zhukenov. 

Comme la veille, Vladislav Kotkov a préféré ne pas trop parler de ses qualités comme joueur de hockey. «Je ne sais pas, de côté on voit mieux», a-t-il exprimé, disant également ne pas avoir d'idole. «Je prends un peu de chacun, mais je n'ai pas de préféré», de confier le nouveau venu. 

Toute cette attention vient également avec une certaine pression, ce qui est loin de sembler déranger Vladislav Kotkov. Ce dernier donnera ses premiers coups de patin sur la glace du centre Georges-Vézina en début de semaine prochaine. «J'ai hâte. Je n'ai pas sauté sur la glace de l'été», a-t-il exprimé, poursuivant que la Ligue canadienne représentait la meilleure option pour ses ambitions d'accéder aux niveaux supérieurs. L'attaquant format géant sera éligible au prochain repêchage de la Ligue nationale. 

«Pour l'instant, je suis concentré sur ma première année. Je veux devenir meilleur et apporter le plus possible à l'équipe, de confier Vladislav Kotkov. Je veux être à la hauteur et le meilleur de l'équipe pour l'amener au sommet.»

Un style nord-américain

Depuis le temps qu'il est dans le giron de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Yanick Jean a appris au fil des ans à composer avec l'intégration des joueurs européens. Pour l'entraîneur-chef et directeur général des Sags, l'important est d'y aller étape par étape. 

« On va premièrement lui montrer les lieux. Pour communiquer, on y va vraiment avec les moyens du bord, que ce soit avec un téléphone cellulaire, une tablette, Google traduction ou quelque chose comme ça. Il a déjà une base surprenante. Peut-être que ça va aller plus vite », prévoit Yanick Jean, rappelant que tout comme dans le cas de Dmitry Zhukenov en 2014, Vladislav Kotkov arrive en pleine période estivale, ce qui permet de gagner du temps. 

« Ça fait en sorte que tu n'as pas à tout faire en même temps. Il n'arrive pas pour tout de suite apprendre un système dans les entraînements sans parler anglais. Au moins, il va pouvoir commencer à se familiariser avec l'environnement et commencer à s'entraîner hors glace. Quand le camp va commencer dans une dizaine de jours, il va être ici depuis un bout et savoir à quoi s'en tenir », d'indiquer le pilote des Bleus qui était accompagné lors de la rencontre de presse par le vice-président hockey, Marc Denis.

« Quand on voit que ça ''bogue'', on utilise les moyens électroniques pour y arriver », souligne Yanick Jean, notant que les deux frères Kevin et Kelly Klima sont également d'origine russe et qu'ils pourront aider leur compatriote dans son adaptation. 

Bon choix

Le grand manitou des Sags estime que le choix de Vladislav Kotkov de poursuivre sa carrière de l'autre côté de l'Atlantique sera bénéfique pour son développement. Il pense que son style cadrera bien avec la Ligue de hockey junior majeur du Québec. « Il n'y a pas eu beaucoup de joueurs européens de ce gabarit à cet âge ici au Québec. Je ne pense pas qu'il joue une ''game'' européenne. Il se rapproche plus d'un style nord-américain d'après moi », d'évaluer Yanick Jean. 

« C'est un gros bonhomme capable de bien protéger la rondelle et de couper au filet derrière les défenseurs. Il prend beaucoup de place sur la glace et il montre un vouloir de bien faire dans les deux sens de la patinoire. Il a également le désir de constamment s'améliorer », pointe-t-il.

Pointes de plume

• Le gardien chicoutimien Olivier Rodrigue a encore eu droit à une soirée de travail tranquille au tournoi de la Coupe commémorative Ivan-Hlinka, en Slovaquie. Opposé à l'équipe hôtesse, le gardien des Voltigeurs de Drummondville a repoussé 11 tirs dans une victoire de 6-1 du Canada qui a ainsi assuré sa place en demi-finale. Gabriel Fortier, du Drakkar de Baie-Comeau, Joe Veleno, des Sea Dogs de Saint-Jean, et Anderson MacDonald, du Phoenix de Sherbrooke, ont tous touché la cible dans la victoire. La formation canadienne croisera maintenant le fer avec la Suède vendredi avec à l'enjeu une place en grande finale...

• Lors de la présentation de Vladislav Kotkov, Yanick Jean a indiqué avoir tenté le coup avec un agent libre de l'Ontario au cours des dernières semaines. Il devait toutefois passer par le système de ballottage et a été réclamé par une équipe, mettant ainsi fin aux ambitions du directeur général saguenéen...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer