Garder les pieds sur terre

En prévision des deux prochaines rencontres de la série demi-finale entre les... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

En prévision des deux prochaines rencontres de la série demi-finale entre les Saguenéens et les Sea Dogs de Saint-Jean, le travail de préparation de la formation chicoutimienne ne se résume pas à une série de X et de O sur un grand tableau. S'assurer que leurs joueurs auront les deux patins sur la patinoire et toute la tête au hockey dès le début de la troisième rencontre, mardi soir, fait partie des préoccupations de Yanick Jean et de ses adjoints.

Particulièrement depuis la victoire sur les Huskies de Rouyn-Noranda, au deuxième tour des séries éliminatoires de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, il existe un véritable tourbillon autour de l'équipe. Un tourbillon qui pourrait facilement faire oublier que les performances sur la glace sont tout ce qui compte.

Yanick Jean s'est attardé, lundi, sur l'importance pour ses joueurs de rester en contrôle de leurs émotions et d'éviter de se laisser emporter par le grand coup de vent.

« Ça va prendre un focus de tous les instants pour ne pas devenir trop ''high'', a fait remarquer l'entraîneur et directeur général des Saguenéens. Il est important de ramener les émotions au plancher.

« Dans les séries, l'équipe qui va gagner est souvent celle qui va être capable d'avoir le moins de hauts et de bas, celle qui va être capable de garder le focus le plus possible. Oui, c'est important de garder le focus quand tu joues sur la route, mais tu dois aussi le faire à domicile, quand tout le monde parle de toi, quand le monde vit pour ça. »

Yanick Jean ne croit pas qu'il devient plus difficile pour des entraîneurs de garder leurs joueurs dans une certaine bulle au fur et à mesure que les séries éliminatoires avancent. Au contraire, il estime que l'expérience acquise au fil des matchs doit devenir payante.

« Ils grandissent en expérience au fur et à mesure que ça progresse, a-t-il répondu. Ce n'est pas comme dans la Ligue nationale où les joueurs ont un bagage de sept, huit ou dix ans. Là (au hockey junior), plus les séries avancent et plus les joueurs gagnent en expérience. Le ''buzz'' en ville grossit. Les gens sont contents. Les gens ont faim.

« Ce n'est pas seulement une question de préparation d'avant-match. C'est le retour le lendemain après la victoire, c'est la pratique sur la glace aujourd'hui (lundi), c'est le travail mardi matin. C'est vraiment le rôle des entraîneurs. Il y a des réflexes humains là-dedans. Peu importe ce que tu dis ou ce que tu fais comme entraîneur, avec la façon que s'est déroulé le septième match, il était un peu normal d'avoir un peu plus de difficulté lors du match suivant. »

La grande patinoire

L'effet de la grande patinoire du Centre Georges-Vézina, comme c'est le cas depuis le début des séries éliminatoires, a été ramené sur le tapis, lundi. Les Sea Dogs forment une équipe très expérimentée et très rapide qui pourrait tirer profit de l'espace supplémentaire qu'offre la surface glacée de la rue Bégin. Yanick Jean a refusé de trop accorder d'importance à cet élément en soulignant que les adversaires de son équipe forment tout simplement une très bonne formation peu importe où elle évolue. 

« C'est une bonne équipe, a-t-il rappelé. Ils ont de bons patineurs, ils bougent bien la rondelle... Ils sont bons partout. Que ce soit sur le petit rond à Rouyn ou sur la grande glace ici, ils sont bons partout. »

Morgan Nauss... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Morgan Nauss

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Une heureuse surprise

Pendant que les Saguenéens de Chicoutimi poursuivent leur route et que d'autres vétérans attirent souvent l'attention, Morgan Nauss se veut une agréable surprise pour l'équipe chicoutimienne depuis le début des séries éliminatoires. Il a trouvé une place régulière à la ligne bleue après avoir été utilisé sporadiquement au sein d'un trio offensif en saison régulière.

En fait, le hockeyeur natif de la Nouvelle-Écosse a retrouvé sa position habituelle au cours des derniers moments du calendrier régulier. Depuis ce temps, il contribue au succès de l'équipe en évoluant principalement aux côtés de Frédéric Allard.

Avec du recul, Nauss estime que son expérience en attaque lui a permis de corriger des lacunes qui l'ont empêché d'évoluer à la ligne bleue des Saguenéens en début de saison.

« Au début de l'année, je pense que j'essayais d'en faire trop quand je jouais à la défense, avance Morgan Nauss. On m'a donné un rôle d'attaquant pour que je simplifie mon jeu. En jouant à l'attaque, j'ai dû simplifier mon jeu et apprendre à garder ma position. Ça m'a beaucoup aidé à garder les choses simples et à ne pas essayer de trop en faire quand je joue à la défense.

« J'aime jouer à la défense. J'ai occupé cette position pendant mes deux premières années dans la ligue (à Halifax). Jouer avec un gars comme Fred rend mon retour à la défense beaucoup plus facile. J'étais un peu nerveux au début, mais il a été là pour m'aider. Tous les gars sont bons et jouer avec eux rend les choses plus faciles. Je cherche à garder les choses simples et à donner la rondelle aux attaquants pour leur permettre de faire leur travail. »

Nauss a amassé cinq passes au cours des 13 premiers matchs des Saguenéens en séries éliminatoires après avoir obtenu neuf points (deux buts et sept passes) en 55 parties de saison régulière. Acquis des Mooseheads en août 2016, il se réjouit évidemment de la tournure des événements, pour lui et surtout pour l'ensemble de l'équipe.

« Il y a toujours place à amélioration, mais c'est très bien de voir l'équipe continuer à avoir du succès, souligne Morgan Nauss. Nous devons continuer de travailler fort et nous verrons ce qui arrivera.

« Ce fut bien de gagner un match là-bas (à Saint-Jean), mais nous sommes de retour à la maison et nous devons jouer notre jeu, ne pas essayer de trop en faire et travailler. Je ne crois pas que la grande glace changera beaucoup de choses. C'est bien d'être à la maison, mais ça demeure un match de hockey et il faut travailler et jouer comme nous l'avons fait samedi. Il y a plus d'espace pour les joueurs rapides, mais on peut avoir du succès si nous jouons comme nous devons le faire. »

Pointes de plume

• Yanick Jean a eu un commentaire à la fois intéressant et intrigant à propos du gardien des Sea Dogs, Callum Booth, lundi. « Nous avons un plan de match plus précis pour Booth. Nous avons travaillé fort sur leur gardien de but au cours des derniers jours. Nous avons mis beaucoup d'emphase là-dessus à l'entraînement aujourd'hui (lundi) », a dit le pilote de la formation chicoutimienne. Évidemment, il a refusé d'être plus précis...

• À l'image d'autres organisations sportives, les Saguenéens ont décidé d'utiliser l'écran géant de leur domicile pour permettre à leurs partisans de les suivre sur la route. Face à l'intérêt que suscite la série, ils présenteront le cinquième match sur l'écran géant du Centre Georges-Vézina, vendredi, en direct de Saint-Jean. La partie débutera à 18 h, mais les intéressés auront accès aux gradins de l'amphithéâtre à compter de 17 h 30. Un restaurant et un bar seront ouverts pour l'occasion et l'admission au Centre Georges-Vézina sera gratuite. L'organisation dit n'avoir aucune attente précise en tentant l'expérience. « L'objectif de l'organisation est de permettre aux partisans de vivre ces moments en gang et de supporter l'équipe à distance. Nous pensons que le ''buzz'' est assez intense pour tenter cette expérience et donner l'opportunité aux fans de ''triper'' série même si l'équipe est sur la route. Nous sommes très heureux de voir les amateurs avoir autant de plaisir et de les sentir se ranger derrière l'équipe. De les voir s'éblouir devant la prestation de notre équipe, de les voir avec le large sourire au visage et de les observer ''triper'' ainsi est extraordinaire. Les amateurs le méritent bien et c'est pour cette raison que l'on veut leur donner une occasion de plus de festoyer collectivement », souligne le directeur des opérations, Serge Proulx, par voie de communiqué...

• La plainte déposée par les Saguenéens au préfet de discipline de la LHJMQ concernant un geste posé par Mathieu Joseph pendant le match de samedi n'a pas été retenue... 




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer