Thomas Chabot: occupé et content de l'être

Les joueurs des Sea Dogs de Saint-Jean ont... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Les joueurs des Sea Dogs de Saint-Jean ont participé à une séance d'entraînement au Centre Georges-Vézina, lundi, en prévision du troisième match de leur série contre les Saguenéens.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Pendant que ses coéquipiers se familiarisaient avec la grande patinoire du Centre Georges-Vézina, Thomas Chabot bénéficiait d'un petit repos, lundi après-midi. Il faut dire que le défenseur des Sea Dogs de Saint-Jean n'a pas volé ce petit moment de tranquillité après avoir pris les bouchées doubles, samedi, lors du deuxième match de la série demi-finale contre les Saguenéens.

Chabot a vu énormément de glace samedi, particulièrement pendant les 25 minutes de prolongation qui ont été nécessaires pour faire un maître. Il doit avoir passé 17 ou 18 minutes sur la surface de jeu, mais il ne va surtout pas s'en plaindre. Bien au contraire.

« Je pense avoir quitté la glace quatre ou cinq fois (en prolongation), a noté le premier choix des Sénateurs d'Ottawa en 2015. Je suis capable d'en prendre. Je l'ai dit à Paul (Boutilier), notre entraîneur des défenseurs, ça m'a fait penser un peu au Championnat mondial de hockey junior. C'est quelque chose que j'avais déjà vu. Je l'avais vu aussi à Shawinigan, un peu avant le championnat mondial junior.

« Plus tu es sur la patinoire et plus tu restes dans le match et plus tu as confiance. Tu dois choisir les bons moments pour te porter en attaque. C'est un ajustement, mais être souvent sur la patinoire est quelque chose que j'adore. Ce n'est pas un problème pour moi. Je ne dirai jamais non à être sur la patinoire. Si je pouvais passer tout le match sur la patinoire, je le ferais. Mais ce n'est pas comme ça que le hockey fonctionne. »

Par ailleurs, Thomas Chabot n'est pas inquiété par la première défaite subie par son équipe en séries. Il a noté que les Saguenéens ont joué un solide match, samedi, et assuré que son équipe s'attendait à une opposition de qualité.

« Ce sera juste bon pour notre équipe, a-t-il avancé. Ça va juste mieux nous préparer pour le prochain match. »

Chabot a aussi mentionné que son équipe ne doit pas changer toute sa façon de faire à court d'un homme parce que le jeu de puissance des Saguenéens a produit trois buts, samedi. Dans les deux premières séries, le désavantage numérique des Sea Dogs n'avait cédé qu'une fois en neuf occasions.

« Quand on regarde leurs buts, Ratelle en a marqué un en frappant la rondelle au vol et un autre quand la rondelle a dévié sur son patin ou sa jambière, a fait remarquer celui qui croit que la grande patinoire chicoutimienne pourra aider les rapides patineurs des Sea Dogs. Ce sont de petits bonds chanceux qui ont mené à ces buts et ça peut arriver dans les séries. Nous allons certainement faire de petits ajustements, mais nous sommes encore très satisfaits de notre travail en désavantage numérique. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer