Les partisans, un atout à exploiter

L'entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean.... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De retour à la maison après avoir nivelé 1-1 la série demi-finale contre Saint John, les Saguenéens de Chicoutimi entendent profiter des deux prochains matchs à la maison pour imposer leur rythme aux Sea Dogs, stimulés par l'appui massif des partisans.

Car même si l'entraîneur-chef Yanik Jean a confiance en ses joueurs, à ses yeux, la foule sera un atout important pour les matchs au Centre Georges-Vézina.

« C'est important de mettre la foule de notre côté, confirme l'entraîneur-chef Yanick Jean. La foule sera exceptionnelle. Les gens sont embarqués ; ils nous attendent à l'aéroport. Les joueurs voient la qualité de la ville de hockey.

« Je pense qu'ici, la foule est tellement bonne qu'elle nous transporte. Ça va être incroyable, l'atmosphère lors du match #3. Les partisans sont incroyables et on veut continuer. Les gens sont derrière nous, on veut juste que ça se poursuive. Ça va nous donner un momentum ainsi que de l'énergie et une confiance supplémentaire. On va en avoir besoin. »

S'imposer et non s'ajuster 

À l'instar de la série contre Rouyn-Noranda, les Sags donnent l'impression d'avoir besoin d'un match pour s'ajuster et rebondir au suivant. Dans le cas de la série contre les Sea Dogs, Yanik Jean ne croit pas que ses troupes aient été intimidées à l'idée de se mesurer à la meilleure formation du circuit Courteau lors du premier match. Il y voit plutôt le ressac d'un trop-plein d'émotions vécues lors du 7e match contre les Huskies.

« Je pense que nous étions montés tellement haut en émotions lors du dernier match contre Rouyn-Noranda que c'est un réflexe humain (de prendre un peu de temps pour retomber sur ses pieds). On s'en attendait et on en avait discuté avec les joueurs, a indiqué l'entraîneur-chef des Saguenéens. On ne voulait pas nécessairement s'arrêter à ça, mais de la manière dont le septième match s'est déroulé, les émotions ont tellement monté haut que ça a pris un match pour se remettre dans notre série. »

Pour les matchs de mardi et de mercredi au Centre Georges-Vézina, le pilote des Bleus s'attend à ce que ses troupes se mettent en marche dès le premier match. « Je vais leur demander de prendre l'initiative, de ne pas attendre de s'ajuster à l'adversaire, mais de s'imposer. »

De plus, il voit une belle démonstration du leadership dont ses protégés font preuve, lorsqu'ils rebondissent comme ils l'ont fait à quelques reprises en séries et il n'avait pas de doute quant aux chances des siens de relancer la série. « Nos joueurs continuent de nous impressionner, mais je ne suis pas surpris du tout. Les vétérans ont pris les choses en main dans le deuxième match et ils doivent continuer de le faire. Ce sont ces gars-là qui tirent la baraque. »

Les Sea Dogs prêts à travailler

(Jonathan Hudon) - Lorsqu'ils ont vu Nicolas Roy glisser la rondelle sous la jambière de Callum Booth, samedi soir, en deuxième prolongation du second match de la série face aux Saguenéens, les Sea Dogs ont vécu une situation encore inconnue en 10 rencontres éliminatoires. C'était la première fois qu'ils retraitaient au vestiaire avec l'amer goût de la défaite dans la bouche.

Malgré 54 lancers, autant que les Sags en 85 minutes de jeu, la formation néo-brunswickoise n'a pas été en mesure d'enfiler le but qui allait faire la différence. Elle se prépare maintenant à disputer les deux prochains duels au Centre Georges-Vézina, où plus de 4000 spectateurs n'en auront que pour les Bleus.

« On a un groupe de joueurs compétitifs et ils n'aiment pas perdre, a fait remarquer l'entraîneur-chef des Sea Dogs, Danny Flynn, interrogé quelques minutes après le match numéro deux, samedi. C'est pour cette raison qu'on a terminé premiers au classement général et qu'on a gagné deux rondes en séries. On est déçu de l'issue du match, mais on a généré plus de 50 tirs au but et on a fait assez de bonnes choses. Tu apprends toujours plus dans la défaite que dans la victoire et on croit que certains éléments du deuxième match vont nous aider pour le prochain. »

Flynn et ses adjoints se préparent à modifier légèrement la stratégie en vue des affrontements sur la grande glace du Centre Georges-Vézina.

« Il va y avoir des ajustements à apporter en vue de notre jeu sur une glace olympique, a convenu l'entraîneur d'expérience. Pour gagner en séries, un but peut faire la différence. On s'en va à Chicoutimi et il faut être prêt à travailler. »

Auteur du premier but des Sea Dogs samedi, Julien Gauthier ne s'en faisait pas trop avec le fait que son équipe venait de subir un premier échec en séries de fin de saison.

« On n'est pas trop inquiet, on savait qu'on n'allait pas balayer toutes les séries », a assuré l'attaquant de puissance après le match samedi, précisant que ses coéquipiers étaient prêts à mettre les bouchées doubles à Chicoutimi.

« On va arriver avec la même énergie là-bas et on va travailler, a ajouté Gauthier. On n'aura peut-être pas l'avantage de la foule, mais on sait qu'on est capable de bien jouer sur la route. On est excité du défi qui se présente. »

Pointes de plume

(Johanne Saint-Pierre) - • Après une séance hors glace dimanche (vélo et étirements), les Saguenéens tiendront un entraînement sur glace lundi matin, vers 10 h...

• Suspendu pour un match samedi, Vincent Lapalme sera de retour au jeu, mardi. Yanick Jean pourra compter sur un alignement complet...

• Lors du match de samedi, les Saguenéens ont tiqué sur une mise en échec de Mathieu Joseph à l'endroit de Frédéric Allard et sur un geste de Julien Gauthier envers Samuel Houde. Yanick Jean confirme qu'une vidéo a été envoyée au comité disciplinaire de la ligue, sans préciser lequel des deux cas...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer